Déclaration de Mumbai

En juillet 1997 se tint à Hambourg la 5e Conférence mondiale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA V) où fut créé le groupe de travail sur l’éducation des adultes et les universités. En avril 1998, une conférence qui y faisait suite fut organisée à Mumbai, en Inde. On y prépara la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur au 21e siècle. La déclaration adoptée à Mumbai et publiée ci-après a été élaborée sur la base de la Déclaration de Hambourg et de l’Agenda sur l’avenir. Nous pouvons déjà signaler qu’une conférence y fera suite. Elle se tiendra du 27 au 29 mars 2001 au Cap, en Afrique du Sud, et s’intitulera Globalisation et enseignement supérieur – Opinions du Sud – Une conférence internationale. Le département de politique éducative de l’université sud-africaine de la province du Cap Ouest et la Société de recherche sur l’enseignement supérieur, dont le siège se situe au Royaume-Uni, en seront les hôtes. Renseignements et contact aux adresses suivantes: globalHE@srhe.ac.uk et tania@uwc.ac.za. Adresse du site Internet de la conférence: www.srhe.ac.uk.

Déclaration de Mumbai sur l’éducation permanente, la citoyenneté active et la réforme de l’enseignement supérieur


Nous, responsables de formation et spécialistes en éducation des adultes, à l’oeuvre dans les universités de toutes les régions du monde, ayant engagé notre action en coopération avec les délégués d’organisations non gouvernementales lors de la Conférence internationale de l’UNESCO sur l’éducation des adultes tenue du 14 au 18 juillet 1997 à Hambourg (Allemagne), et réunis actuellement au département de l’éducation des adultes et de la formation continue de l’université de Mumbai (Inde) du 21 au 23 avril 1998 dans le but de préparer la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur (L’enseignement supérieur au XXIe siècle), qui aura lieu en octobre 1998 à Paris,

Rappelant les termes de la Déclaration de Hambourg proclamée en juillet 1997 par la Conférence internationale de l’UNESCO sur l’éducation des adultes:

L’éducation des adultes devient donc plus qu’un droit; elle est une clé pour le XXIe siècle. Elle est à la fois la conséquence d’une citoyenneté active et la condition d’une pleine et entière participation à la vie de la société. Il s’agit d’un concept propre à contribuer puissamment à l’instauration d’un développement écologiquement durable, à la promotion de la démocratie, de la justice, de l’équité entre les sexes et du développement scientifique, social et économique, ainsi qu’à l’édification d’un monde qui, à la violence, préférera le dialogue et une culture de la paix fondée sur la justice. L’éducation des adultes peut forger l’identité et donner sens à la vie. La notion d’éducation tout au long de la vie suppose que l’on repense le contenu de l’éducation de manière à prendre en compte des facteurs tels que l’âge, l’égalité des sexes, les handicaps, la langue, la culture et les disparités économiques.

En considération du paragraphe 19 de l’Agenda pour l’avenir adopté par la même conférence de l’UNESCO,

nous nous engageons à:

ouvrir aux adultes les établissements d’enseignement primaire, secondaire et supérieur:

a) en demandant aux établissements d’enseignement, à partir du primaire, d’être prêts à s’ouvrir aux adultes, hommes et femmes, et d’adapter les programmes et les conditions de l’apprentissage pour répondre à leurs besoins;

b) en élaborant des mécanismes cohérents pour reconnaître les acquis des apprentissages effectués dans différents contextes et faire en sorte que leur validation soit transférable à l’intérieur des établissements, des secteurs et des États et entre eux;

c) en mettant en place des partenariats de recherche et formation entre l’université et la communauté et en rendant les services des universités accessibles à l’extérieur;

d) en effectuant des recherches interdisciplinaires sur tous les aspects de l’éducation et de l’apprentissage des adultes avec la participation des apprenants adultes eux-mêmes;

e) en créant à l’intention des adultes des possibilités de s’instruire de manière souple, ouverte et créative, eu égard aux conditions d’existence respectives des femmes et des hommes;

f) en offrant aux éducateurs d’adultes des possibilités de formation permanente systématique;

g) en invitant la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur (Paris, 1998) à préconiser la transformation des établissements d’enseignement postsecondaire en établissements d’éducation permanente et à redéfinir le rôle des universités en conséquence.

Gardant à l’esprit les paroles de Federico Mayor, directeur général de l’UNESCO, annonçant l’objectif de la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur, qui consiste entre autres à

... établir des principes fondamentaux en vue de réformer en profondeur les systèmes d’enseignement supérieur du monde entier.

Ainsi que l’article XXIII du document politique de la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur, selon lequel

La réalisation de l’éducation de base pour tous et la multiplication des possibilités d’apprendre tout au long de la vie constituent la priorité de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation.

Faisons la déclaration suivante:

  1. De profonds changements, tant au niveau local que mondial, se manifestent suite à la mondialisation des systèmes économiques, au développement rapide des sciences et de la technologie, à la nouvelle pyramide des âges de nos sociétés et à l’apparition de sociétés de l’information fondées sur le savoir. Nos sociétés doivent en outre faire face à une disparité des modèles d’emploi, à des stades inégaux de développement, à un fossé croissant entre les pays les plus riches et ceux les plus pauvres, à une crise écologique mondiale et à des tensions entre groupes sociaux en matière de culture, d’ethnicité, de répartition des rôles entre les sexes, de religion et de revenus. Ces tendances se répercutent sur les universités et autres institutions de l’enseignement supérieur, qui s’efforcent de répondre aux nouveaux besoins par des solutions nouvelles, avec souvent des ressources en baisse à leur disposition. Cette situation complexe a conduit à un stade où les établissements d’enseignement supérieur sont appelés à assumer de nouvelles tâches dans l’optique de l’éducation tout au long de la vie. Les impératifs de l’éducation permanente découlent des diverses exigences de l’économie mondiale et de l’instauration de sociétés équitables et viables. Pour répondre aux besoins de la majorité, il nous faut prendre en compte l’étroite corrélation qu’il y a entre les domaines économiques, sociaux, politiques et écologiques.
  2. L’éducation tout au long de la vie est devenue dans le monde entier une notion essentielle dans la réflexion sur l’éducation, la formation générale et la formation professionnelle. Tout en reconnaissant que l’éducation permanente fait naturellement partie de la vie de toutes les femmes et de tous les hommes de la planète et qu’elle s’accomplit à travers un grand nombre d’autres institutions telles qu’employeurs, organismes oeuvrant au niveau communautaire, bibliothèques, syndicats et autres organisations sociales, la présente déclaration porte essentiellement sur la signification de l’éducation permanente et de ses conséquences pour les établissements de l’enseignement supérieur. L’éducation tout au long de la vie peut être fondée à la fois sur des considérations instrumentales comme la nécessité de garantir la mobilité professionnelle et de disposer d’une main-d’oeuvre compétitive sur le marché international, et sur des préoccupations plus générales et plus conviviales telles que l’enrichissement de la société et l’épanouissement des citoyens.
  3. Nous voyons en la citoyenneté démocratique un objectif fondamental de l’éducation tout au long de la vie, tout en admettant que la citoyenneté démocratique dépend de facteurs tels qu’un développement économique efficace, l’attention portée aux revendications des personnes détenant le moins de pouvoir dans nos sociétés, ou des conséquences de l’activité industrielle sur les ressources vitales de la planète, notre patrie collective. La notion de citoyenneté active est essentielle en ce qu’elle relie groupes et individus aux structures de l’activité sociale, politique et économique des niveaux local et mondial. La citoyenneté démocratique souligne le rôle des femmes et des hommes en tant qu’artisans de l’histoire dans tous les domaines de leur vie: l’acte d’apprendre, en effet, qui est au coeur de l’activité éducative, fait passer l’être humain d’état d’objet à la merci de l’événement au statut de sujet créateur de son histoire (extrait de la Déclaration de la quatrième Conférence de l’UNESCO sur l’éducation des adultes, Paris, 1985).
  4. Sur le plan conceptuel, l’éducation permanente a pour caractéristique essentielle d’être dispensée tout au long de la vie des femmes et des hommes, et de développer chez chacun et chacune les compétences nécessaires pour apprendre tout au long de la vie. Dans sa pratique pédagogique, l’éducation permanente intègre la diversité et les différences entre les apprenants comme éléments potentiellement productifs de la démarche d’enseignement et de l’acte d’apprendre. Elle favorise en outre la tendance croissante vers des modèles transdisciplinaires de recherche, d’enseignement et d’apprentissage. Et si nous insistons sur le mot «vie» dans la définition de l’éducation tout au long de la vie, c’est parce que nous sommes amenés à concevoir l’acte d’apprendre comme partie intégrante de toutes les dimensions écologiques de notre existence.
  5. L’éducation tout au long de la vie est au coeur de l’interaction entre apprenants, éducateurs et connaissances les plus diverses. La longue tradition de l’éducation des adultes de favoriser les possibilités d’apprendre pour les groupes exclus d’hommes et de femmes de nos communautés met en évidence la richesse et la variété des formes d’apprentissages et de représentation du savoir dans nos sociétés. L’élaboration, la compréhension et la diffusion des connaissances constituent la première raison d’être des universités et autres établissements de l’enseignement supérieur; une vision large de l’éducation tout au long de la vie nous amène à nous interroger sur ce que nous enseignons et pour quelles raisons.
  6. Tout en considérant qu’ils ne sont pas les seuls dans ce domaine, les établissements de l’enseignement supérieur ont une responsabilité et une compétence particulières dans la production et la diffusion des connaissances. Le fait de prendre au sérieux l’éducation permanente a des conséquences considérables sur ce que signifient pour nous le savoir, l’enseignement, la recherche et l’engagement communautaire. Il a été parfois évoqué que les savoirs légitimés par nos institutions peuvent constituer un ensemble arbitraire et, dans un sens historique, «colonisé» des connaissances. L’éducation tout au long de la vie permet la décolonisation de l’esprit en encourageant la remise en question des relations entre le savoir scientifique, souvent considéré comme le savoir «officiel», et les diverses connaissances spécifiques des communautés locales, des cultures et des contextes. Une attention particulière doit être portée à la valorisation des formes autochtones de savoir et de transmission du savoir, en les considérant comme partie intégrante du patrimoine intellectuel initial et ancestral de notre planète.
  7. L’éducation tout au long de la vie entraîne un profond bouleversement des aspects académiques, administratifs, financiers et du partenariat communautaire de l’enseignement supérieur. Certains principes de l’éducation permanente contribueront à la mutation de ces établissements, soit la reconnaissance des expériences vécues par tous les apprenants, femmes et hommes, le respect de la différence et de la diversité, une flexibilité dans les programmes qui tienne compte de la nature complexe de la vie adulte, une sensibilité pour les acquis tant cognitifs qu’affectifs et une prise de conscience du fait que le savoir existe dans tous les secteurs de la société, chez chaque femme et chaque homme de notre planète, et que ce savoir doit être partagé dans un esprit de respect mutuel.
  8. Les changements et adaptations de l’activité universitaire impliquée par l’éducation tout au long de la vie comprennent diverses mesures telles que des modèles d’accès, de cours, de programmes et de validation souples et réceptifs qui tiennent compte du parcours, des horaires quotidiens, des acquis antérieurs et du contexte de vie de l’apprenant adulte. Par exemple, les services de conseils et d’orientation peuvent devoir être fournis, pour des raisons de facilité d’accès, à des horaires plus tardifs ou dans le cadre de la communauté. La formation du corps enseignant universitaire doit être repensée à partir de la formation initiale de ses membres et de la formation continue tout au long de la vie. Il est essentiel que le corps enseignant et administratif des établissements de l’enseignement supérieur reçoive un soutien et des possibilités de développement personnel à la lumière des changements dus à la mise en place de l’éducation permanente.
  9. La transformation en véritables institutions d’éducation permanente nécessite une approche globale qui a) permet à l’institution de devenir elle-même une communauté d’éducation permanente; b) intègre les aspects universitaires, financiers et administratifs d’une telle transition; c) met en place des structures chargées d’adapter l’organisation, le personnel, les étudiants et les programmes et d’établir les liens avec la communauté et d) aligne les diverses structures de soutien telles que services d’information universitaire, accès aux bibliothèques ou technologies d’apprentissage sur la nouvelle mission de l’université ouverte aux adultes et oeuvrant dans une société éducative.
  10. L’instauration de modèles plus larges d’intervention et de partenariat communautaire avec le monde du travail et les divers groupes de nouveaux apprenants constituera un aspect important de cette transition. Nous préconisons un service communautaire qui encourage les adultes à participer aux programmes offerts à celles et ceux qui n’ont pas eu jusqu’ici accès à l’enseignement supérieur. Au niveau de la recherche et de l’enseignement, des structures devront être mises en place pour permettre aux institutions de l’enseignement supérieur de mettre leurs connaissances universitaires et leurs résultats de recherche à la disposition des groupes communautaires tels qu’organisations de femmes, mouvements associatifs ou syndicats.
  11. Il est de la plus grande importance d’attirer l’attention des gouvernements, des entreprises, des fondations et autres organisations sur le fait que la transformation de nos établissements d’enseignement supérieur en véritables organismes d’éducation permanente nécessite un soutien à la fois financier et politique. Pour accomplir les tâches administratives, universitaires et de portée communautaire nécessaires et complexes, un important soutien financier devra faire place aux restrictions budgétaires. Nous aurons besoin de la volonté politique aux niveaux national et international pour aider toutes nos institutions de l’enseignement supérieur à appuyer la volonté de continuer d’apprendre chez toutes les femmes et tous les hommes de tous âges dans le monde entier.

Appel à l’action: nous sollicitons

  1. les délégués à la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur d’intégrer l’esprit et le contenu de cette déclaration dans les documents définitifs de la conférence et de tenir compte des aspirations éducatives de la population adulte;
  2. la transformation des établissements de l’enseignement supérieur en institutions d’éducation permanente tant au niveau interne que dans leurs rapports avec le reste de la société;
  3. les établissements de l’enseignement supérieur de renforcer leurs capacités de coopérer à la production de connaissances, à des travaux de recherche et à des projets , d’enseignement et d’apprentissage en coopération avec diverses communautés de femmes et d’hommes de tous âges;
  4. les établissements de l’enseignement supérieur de devenir partenaires de l’éducation et de la formation des adultes et de coopérer avec les organisations non gouvernementales, les établissements privés et publics, l’UNESCO et les autres organismes intergouvernementaux et de mettre à la disposition de ces derniers leurs compétences spécifiques et considérables, en vue de réaliser pleinement l’éducation tout au long de la vie dans le monde entier;
  5. l’UNESCO, tous les organismes intergouvernementaux, les gouvernements et bailleurs de fonds internationaux de soutenir les établissements de l’enseignement supérieur des pays les moins avancés dans l’optique de l’éducation tout au long de la vie;
  6. l’UNESCO, tous les organismes intergouvernementaux, les gouvernements et bailleurs de fonds internationaux de consolider les structures de communication entre éducateurs d’adultes, éducateurs de la formation permanente et tous ceux et celles qui se consacrent à la pleine concrétisation de l’éducation tout au long de la vie au sein de l’enseignement supérieur du monde entier, ceci étant une mesure nécessaire pour garantir l’adoption universelle de l’éducation tout au long de la vie.

 

Signatories

Dr Kamalini Bhansali, membre UGC du comité permanent du département de l’éducation périscolaire, des adultes et de la formation continue, Mumbai, Inde
Hashim Abuzeid Elsafi, Association soudanaise de l’éducation des adultes, Khartoum, Soudan
Dr Ina Grieb, vice-présidente de l’université d’Oldenbourg, Allemagne
Dr Budd Hall‘ président du département de l’éducation des adultes, du développement communautaire et de psychologie d’orientation, OISE/UT, Toronto, Canada
Dr Claudia Harvey, déléguée (région Nord) et conseillère en éducation auprès de l’UNESCO pour la région Caraïbes
Dr Peter Jarvis, département des études pédagogiques, centre post-universitaire, université de Surrey, Grande-Bretagne
Werner Mauch, chercheur auprès de l’Institut de l’UNESCO pour l’éducation
Dr Renuka Narang, directrice du département de l’éducation périscolaire, des adultes et de la formation continue, Mumbai, Inde
Jennifer Newman, faculté de pédagogie, université de technologie, Sydney, Australie
Dr Daphne Ntiri, université de l’Etat de Wayne, faculté d’éducation permanente, États-Unis
Pr Paolo Orefice, titulaire de la chaire d’éducation des adultes, université de Florence, Italie
Dr Gita Shah, directrice du département des études péri-universitaires, Institut Tata des sciences sociales, Deonar, Mumbai, Inde
Sue Shore, directrice du réseau de recherche sur l’alphabétisation des adultes, université d’Australie Sud, Australie
Dr Shirley Walters, CACE (Centre d’éducation des adultes et de la formation continue), université du Cap, République d’Afrique du Sud
Dr Shizheng Wang président de l’université polytechnique II de Shanghai, Chine

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.