Éditorial

Les projets auxquels nous nous consacrons à l’institut nous ont montré que nos partenaires s’intéressent beaucoup à l’éducation des adultes dans d’autres régions du globe. Nous pensons que c’est également le cas de la majorité de nos lecteurs. Généralement, cet intérêt est moins suscité par l’envie de faire des comparaisons que par l’impression que le travail personnel, souvent difficile, est plus aisé et meilleur autre part; de là le désir de s’informer sur la situation ailleurs et de découvrir des choses nouvelles pouvant s’avérer utiles dans la pratique.

Tous les cinq ans, la Confédération allemande pour l’éducation des adultes organise la Journée des universités populaires allemandes qui se déroulera cette année déjà pour la onzième fois. Il s’agit principalement en quelque sorte d’une présentation des prestations et d’un échange d’informations sur le travail actuel des universités populaires, l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie en Allemagne. Toutefois, cette journée a toujours eu une dimension internationale. L’accélération de la globalisation a peut-être contribué cette fois-ci à renforcer plus que jamais cet aspect international – autant en ce qui concerne les thèmes abordés que les participants. Ces derniers auront l’occasion de s’informer au cours de plus de cent manifestations – et d’en discuter avec plus de 1 000 confrères. Pour nos lecteurs, nous souhaitons tout au moins présenter ici quelques expériences et suggestions avec une rétrospective historique mais aussi en nous référant au présent.

Nous savons également qu’un grand nombre de nos partenaires du Sud attendent de nous, dans le Nord, que nous intervenions en faveur d’une situation de l’environnement et de conditions de vie favorisant un développement durable. Il convient de réconcilier l’écologie et l’économie, souvent qualifiées de pôles contraires. L’apprentissage global, dont on peut considérer que l’éducation politique au développement était le précurseur, va dans ce sens. Son importance ne croît pas seulement dans les nations industrialisées. Ici aussi, il convient toutefois d’apprendre les uns des autres et d’établir des liens entre les différentes activités. Pour cela, nous devons cependant en savoir plus les uns des autres. Certaines approches, pratiques et théoriques, qui jouent actuellement un rôle primordial en Allemagne doivent y contribuer.

Nous nous sommes largement consacrés dans le dernier numéro de notre revue au débat sur l’amélioration de l’éducation de base en tant que condition décisive pour réaliser l’éducation pour tous. Bien des textes avaient un caractère déclaratoire. De ce fait, il convenait de publier et de diffuser largement les résultats et recommandations des dernières conférences internationales pour qu’ils deviennent encore plus des exigences et obligations personnelles. Les besoins et expériences concrets de la pratique ont une fois de plus la primauté. Nous souhaiterions justement y consacrer encore plus nos prochains numéros – ce qui constitue une invitation à l’adresse de nos lecteurs!

Dans notre dernière rubrique, nous soulevons différents sujets qui reprennent d’un côté des thèmes déjà largement traités comme les nouveaux médias ou la Semaine des apprenants adultes ou qui abordent de nouvelles problématiques potentielles (Pourquoi la disposition des adultes à continuer à s’éduquer est-elle si inégale?). Ceci est également une invitation: contribuez avec vos idées et suggestions à soulever ces problèmes en en faisant des sujets qui feront l’objet d’articles pour notre revue.

Heribert Hinzen