CIEA - Déclaration d'Ocho-Rios

L'éducation et la formation des adultes: une clé pour une citoyenneté démocratique et une action globale

Nous, les participants à la sixième Assemblée mondiale du Conseil international d’éducation des adultes, réunis à Ocho Rios en Jamaïque, du 9 au 12 août 2001, affirmons l’importance vitale de l’éducation et de la formation des adultes.

Depuis la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 jusqu’à la Déclaration adoptée en 1997 par la Conférence internationale sur l’éducation des adultes à Hambourg en 1997, ainsi qu’à celle du Forum de Dakar sur l’Éducation pour tous en 2000, un consensus international s’est fortement constitué sur le droit à l’éducation ainsi que sur le droit des femmes et des hommes à apprendre tout au long de la vie et sur le rôle central de l’éducation pour soutenir la citoyenneté créative et démocratique. Tel qu’affirmé à Hambourg,

La participation informée et effective des femmes dans toutes les sphères de la vie est nécessaire si l’humanité doit survivre et affronter les défis de l’avenir.

Nous sommes venus à Ocho Rios de tous les coins du monde, portant le rêve d’une nouvelle communauté internationale basée sur la justice, la démocratie et le respect des différences. Toutefois, nous sommes partout témoins d’une globalisation économique qui accroît l’écart entre les riches et les pauvres, qui détériore l’environnement, créant des besoins nouveaux au sein d’un nombre croissant de femmes et d’hommes marginalisés. Cette globalisation détourne l’attention, de la communauté vers l’individu. Ce contexte exacerbe les multiples formes de discrimination basées sur le sexe, la race, les incapacités physiques et mentales, la religion, la classe sociale, l’orientation sexuelle ou personnelle, l’âge, les différences linguistiques et ethniques; sans oublier la discrimination dont sont l’objet les peuples autochtones ainsi que les personnes migrantes et déplacées ou réfugiées.

Nous avons pris compte de la mobilisation d’un grand nombre de citoyens et citoyennes qui, de tous les coins du monde, à Porto Allegre, Goteberg, Québec, Gênes et ailleurs, ont exprimé leurs profondes préoccupations face aux orientations proposées par les acteurs financiers de cette globalisation. Tout à la fois, nous observons l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté mondiale et l’importance d’activités à la base défiant la globalisation.

Nous sommes confrontés à un dilemme, d’un côté, entre les possibilités d’une société éducative vraiment démocratique et durable et, de l’autre, la passivité, la pauvreté, la vulnérabilité et le chaos que cette globalisation économique est en voie de créer partout. Nous nous engageons à travailler pour un monde de justice où toutes les formes de discrimination seront éliminées et où la paix deviendra possible.

Dans ce contexte, le Conseil international de l’éducation des adultes, avec ses instances régionales, ses associations nationales et ses réseaux, entend soutenir les sans-voix pour que leur parole soit entendue à l’échelle mondiale; le Conseil entend également être critique vis-à-vis de ses propres pratiques. À cette fin, nous avons pris des engagements et adopté des propositions d’action qui nous concernent en premier lieu.

Propositions d’actions et d’engagements:

  • Nous allons travailler à ce que la voix des apprenants, femmes et hommes, soit entendue et prise en compte dans l’élaboration des politiques sur le plan mondial.
  • Nous nous engageons à soutenir, dans une variété de contextes, les meilleures possibilités de formation pour les adultes de manière suffisamment flexible pour qu’elles répondent à leurs besoins et leurs espoirs. Nous entendons améliorer les possibilités de mise en réseau tant des apprenants que des formateurs et autres acteurs qui rendent ces divers apprentissages possibles.
  • Nous allons appuyer les initiatives qui renforceront la prise de position populaire et démocratique dans nos propres réseaux et dans notre environnement immédiat, de façon à contribuer à l’émergence d’un modèle créatif et démocratique de gouvernance.
  • Nous allons aussi renforcer les capacités des associations à promouvoir l’éducation tout au long de la vie, de sorte que les individus et les communautés puissent actualiser leur potentiel. À cette fin, nous publierons en 2002 un guide pratique pour permettre aux adultes de mieux faire valoir leurs aspirations.
  • Nous rendrons compte, grâce à de nouvelles approches, de la façon dont les agences des Nations Unies, les gouvernements, les ONG, les entreprises et les autres acteurs mettent en pratique les engagements pris pour permettre aux adultes d’apprendre tout au long de leur vie. Nous rendrons aussi compte de la manière dont notre propre Conseil et ses réseaux mettent en pratique les engagements pris à la CONFINTEA à Hambourg en 1997 ainsi qu’au Forum de Dakar sur l’Éducation pour tous. En outre, nous entendons démontrer la contribution de l’éducation et de la formation des adultes à la transformation sociale et au développement économique.
  • Nous publierons en 2003 un rapport sur l’état d’exécution des engagements pris dans le cadre du plan d’action sur l’éducation des adultes de la CONFINTEA de 1997.
  • Nous contribuerons à l’établissement d’un Observatoire international sur l’éducation dans les prisons.
  • Nous allons appuyer et faciliter les échanges sur les pratiques de formation et nous allons soutenir les meilleures prestations qui renforcent l’égalité, la justice et le renouvellement de la démocratie.
  • Nous multiplierons les possibilités d’échange sur les diverses expériences en cours par une meilleure information grâce à une utilisation créatrice des nouvelles technologies. Nous reconnaissons l’importance de la documentation et activités provenant de la base et des efforts pour mieux les documenter.
  • Nous allons promouvoir l’éducation populaire qui reconnaît le savoir propre des apprenants et qui utilise des méthodes participatives.
  • À la lumière des engagements pris à Dakar, nous allons établir le coût de réalisation du Plan d’action de l’Éducation pour tous et faire pression pour que la communauté mondiale remplisse ses engagements.
  • Nous allons montrer que les milieux de travail peuvent devenir des lieux d’apprentissage et des environnements éducatifs contribuant au développement intégral des personnes, des organisations et des communautés.
  • Nous allons promouvoir des initiatives susceptibles de créer des synergies entre la formation continue des professionnels et des programmes d’éducation à la santé basés sur une approche d’animation populaire et communautaire, tenant compte de l’urgent besoin de réforme des soins de santé primaire ainsi que du droit de toutes les femmes et de tous les hommes aux soins de santé.
  • Nous allons démontrer la contribution importante de l’éducation non formelle et informelle en complémentarité avec une éducation formelle encore prépondérante.
  • Nous allons nous-mêmes réévaluer nos façons de travailler pour nous assurer qu’elles s’opposent aux discriminations et marginalisations sur la base du sexe ou d’autres formes d’inégalité et d’intolérance.
  • Nous allons œuvrer à renforcer la solidarité avec les adultes qui se voient nier le droit d’apprendre dans les situations de conflits violents et d’occupation étrangère.
  • Nous allons renforcer la solidarité entre nos réseaux en appuyant les initiatives pour célébrer l’éducation et la formation des adultes à travers les Semaines des apprenants adultes et d’autres modes de célébration, ainsi qu’en veillant à la réussite des Plans d’action nationaux de l’Éducation pour tous.
  • Nous allons développer des relations plus actives avec les médias pour renforcer leurs rôles en matière d’éducation et de citoyenneté démocratiques.

Nous demandons à nos partenaires dans les gouvernements et dans les agences multilatérales et bilatérales de nous appuyer dans notre effort pour réaliser ce programme de travail.

Nous faisons appel aux mouvements sociaux, aux organisations non gouvernementales et aux autres instances de la société civile à travers les différents secteurs de la vie publique et des champs d’activité, pour travailler en partenariat avec nous de façon à nous renforcer mutuellement dans la poursuite d’objectifs communs.

Nous lançons un appel pour que l’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation - institution mandatée par les Nations Unies pour l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie - reçoive tous les appuis nécessaires pour organiser, en 2003, la rencontre internationale de suivi de CONFINTEA V.

Nous sommes déterminés à saisir le moment présent pour passer des mots à l’action.

Pour en savoir plus, contacter:

International Council for Adult Education,
720 Bathurst Street, Suite 500,
Toronto, ON, Canada M5S 2R4

Telephone: 1-416-588-1211
Fax: 1-416-588-5725
icae@icae.ca