Roger K. Morris

Le mouvement de la Semaine des apprenants adultes, évoquée à plusieurs reprises dans notre revue, a des partisans de plus en plus nombreux. Roger K. Morris, de la Faculté d’Éducation de l’UTS, Australie et Secrétaire de l’ALA Adult Learning Australia Inc., nous fait part de ses expériences dans le cadre de la Semaine des apprenants adultes en Australie. Entre le 2 et le 8 septembre, l’Australie a célébré sa septième Semaine annuelle et la deuxième Semaine internationale des apprenants adultes. Ce fut un grand succès. Mais qu’est-ce que cette Semaine? D’où vient-elle? Quel est son but? Comment est-elle parvenue en Australie? Comment la célèbre-t-on? Quel a été son impact?

La Semaine des apprenants adultes: l’expérience australienne

L’origine de la Semaine des apprenants adultes

Au cours des vingt dernières années, le rôle de l’apprentissage tout au long de la vie longtemps promu par l’UNESCO a été reconnu par d’autres organismes internationaux, par divers gouvernements du monde entier et plus récemment par les entreprises commerciales et industrielles. Parallèlement, de nombreux efforts ont été entrepris pour promouvoir l’image de l’éducation des adultes au sein du public et améliorer les taux de participation aux programmes de formation longtemps considérés comme le parent pauvre de l’éducation.

C’est dans ce contexte qu’a été organisée la Semaine des apprenants adultes aux États-Unis, à la fin des années 80. Au Royaume-Uni, le National Institute of Adult and Continuing Education (Institut national d’éducation des adultes et de formation continue, NIACE) influencé par l’expérience américaine, a également mis en place et coordonné une Semaine des apprenants adultes en 1992. Depuis, la forme sous laquelle a été conçue cette Semaine par le NIACE a influencé les autres pays, plus particulièrement l’Australie qui s’est directement ­inspirée de l’expérience britannique.

Au début de 1993, Alan Tuckett, directeur exécutif du NIACE, s’est rendu en Australie pour y avoir des entretiens avec l’ancienne association Australian Association of Adult and Community Education (Association australienne de formation des adultes et d’éducation communautaire, AAACE), devenue en 1999 l’Adult Learning Australia (L’Australie de la formation des adultes, ALA). Dans la même année, les ministres de l’Éducation et de la Formation au niveau fédéral d’une part, des États et des territoires d’autre part, ont opté pour la première fois en faveur d’une politique nationale de formation des adultes et d’éducation communautaire. L’auteur principal de cette initiative politique était l’AAACE, qui demanda ensuite au ministre de l’Éducation, de l’Emploi, de la Formation et de la Jeunesse de soutenir l’organisation d’une Semaine australienne des apprenants adultes. Après des consultations intenses, des propositions détaillées furent élaborées qui aboutirent à l’attribution d’une subvention de l’Australian National Training Authority (Autorités nationales australiennes de formation, ANTA) à l’AAACE, qui fut chargée de mettre en place, coordonner et diriger une Semaine nationale pilote des apprenants adultes en 1995.

Un comité de pilotage national et des comités fédéraux furent mis en place. À chaque niveau, il importait que le partenariat entre les prestataires gouvernementaux et communautaires soit assuré. Après une évaluation favorable de la première Semaine, l’ANTA donna son accord pour financer la coordination d’une Semaine par l’AAACE dans les mêmes conditions pour deux années supplémentaires (Berlin, 1995). Depuis, le financement est maintenu à peu près aux mêmes conditions.

Les aspects organisationnels

Au niveau national, la Semaine des apprenants adultes est gérée par l’ALA avec le concours du National Advisory Committee - la moitié de ce comité consultatif national étant des membres d’organismes de formation des adultes et d’éducation communautaire, l’autre moitié des membres d’organismes gouvernementaux. L’ALA, fondée en 1960, s’appela successivement AAAE (Association australienne d’éducation des adultes), puis à la fin des années 80 AAACE (Association australienne de formation des adultes et d’éducation communautaire) et enfin ALA (L’Australie de la formation des adultes) en 1999. C’est une association bénévole de promotion de l’éducation et de la formation des adultes. Depuis 1970, elle est subventionnée par le gouvernement fédéral et poursuit les objectifs suivants: agir en tant que principal organisme national dans ce secteur; conseiller le parlement, les ministres et les bureaucrates fédéraux; représenter le secteur au niveau national et dans les forums internationaux; être fournisseur d’informations, de recherches et de services de conseil dans ce secteur. Bien que soumise à une direction nationale, la Semaine des apprenants adultes est fortement décentralisée au niveau de la planification détaillée et de la mise en œuvre. Au niveau des États et des territoires, le représentant supérieur de l’unité gouvernementale chargé de la formation des adultes et de l’éducation communautaire convoque, conjointement avec les organes locaux de formation des adultes et d’éducation communautaire, un groupe de coordination des États et des territoires. Le fait que ce processus provoque des différences énormes d’un État ou d’un territoire à l’autre n’a rien de surprenant.

Objectifs

En décembre 1994, le premier comité consultatif national a adopté un plan de mise en œuvre définissant les objectifs de la Semaine:

  • célébrer l’idée de l’apprentissage tout au long de la vie
  • améliorer l’image de la formation des adultes
  • encourager un plus grand nombre d’adultes à participer à des actions éducatives
  • soutenir la création de réseaux entre les prestataires
  • promouvoir le programme national de réforme de l’éducation

Mis à part des changements minimes, les objectifs sont restés les mêmes jusqu’à aujourd’hui avec des priorités différentes selon les années.

Reconnaissance officielle

Outre les financements assurés chaque année par le gouvernement fédéral, la Semaine des apprenants adultes jouit d’une véritable reconnaissance officielle. Les trois gouverneurs généraux en fonction depuis 1995 ont chacun patronné une Semaine des apprenants adultes. Chaque année, cette dernière est inaugurée à l’échelon national par le ministre fédéral de l’Éducation, de l’Emploi, de la Formation et de la Jeunesse. Dans la plupart des États et des territoires, la Semaine est lancée chaque année par le ministre de l’Éducation et de la Formation compétent et le Premier ministre envoie un message officiel. Enfin, la Chambre fédérale des députés et le Sénat, mais aussi de nombreux corps législatifs des États et des territoires ont adopté des résolutions officielles d’appui.

Financement

L’ANTA alloue environ 250 000 $ par an à l’ALA pour assurer la coordination nationale de la Semaine. Les États et territoires ont dépensé 500 000 $ par an à l’échelon local. En outre, de petits parrainages et des dons ont pu être obtenus chaque année. En tout et pour tout, la somme approximative d’un million de dollars a été dépensée chaque année pour financer les activités organisées dans le cadre de la Semaine. Comme les populations et les ressources, l’engagement financier varie considérablement d’un État et d’un territoire à l’autre: aucun financement dans les territoires du Nord alors que l’État de Victoria a dépensé environ 150 000$. Les 250 000$ sont répartis comme suit: 40% pour les frais de personnel et annexes, 10% pour les frais administratifs, 30% pour les frais de promotion et de publicité, 6% pour les frais de déplacements et 4% pour l’évaluation.

Les aspects internationaux

Les relations avec les autres pays, notamment avec ceux qui ont organisé des Semaines similaires, ont constitué un aspect important des Semaines des apprenants adultes. La première Semaine a accueilli six visiteurs internationaux dont le Dr. Paul Bélanger, ancien directeur de l’Institut de l’UNESCO pour l’Éducation à Hambourg et actuel président du Conseil international de l’éducation des adultes (CIEA). Généralement, le rôle des visiteurs internationaux consiste à intervenir dans différents endroits de l’Australie: rencontres avec les praticiens locaux, entretiens avec les politiciens et les bureaucrates et interviews avec les médias. La Semaine a accueilli trois visiteurs par an. L’expérience de la Semaine australienne a eu un impact important sur la Cinquième Conférence sur l’Éducation des Adultes organisée par l’UNESCO à Hambourg en 1997. L’exemple de l’Australie, avec celui d’autres pays, a en effet donné du poids à une proposition soumise à la conférence, qui consistait à recommander de faire de la célébration annuelle de l’apprentissage des adultes un événement international dans le monde entier. La proposition a été adoptée et la première Semaine ­internationale a eu lieu en 2000.

Le matériel de promotion

Chaque année, du matériel de promotion a été élaboré dans le cadre de la Semaine: posters, journaux grand format pour la campagne, médias, diffusions, notes d’informations sur les principaux aspects de l’apprentissage des adultes et signets. Ce matériel a été distribué gratuitement aux organismes participants. Certaines années, des objets ont également été proposés à la vente: cartes, tasses à café, auto-collants, bannières. Les utilisateurs de ce matériel ont estimé qu’il a joué un rôle essentiel dans la mesure où il a permis de replacer les événements organisés à l’échelon local dans un contexte plus large. Le logo conçu pour la première Semaine australienne des apprenants adultes en 1995 a été adopté et légèrement réadapté par l’UNESCO pour le logo de la cinquième Conférence internationale sur l’éducation des adultes de Hambourg, en 1997. Ces dernières années, le matériel lancé sur le web a joué un rôle croissant dans la coordination et la promotion de la Semaine. (www.adultlearnersweek.org)

Prix

À l’instar du Royaume-Uni, l’ALA a décidé de décerner plusieurs prix au niveau des États et des territoires, mais pas encore au niveau national. En gros, quatre catégories de prix ont été décernées chaque année, avec des dénominations différentes d’année en année et d’un État à l’autre. Les catégories les plus courantes étaient les suivantes:

  • prix du meilleur apprenant adulte de l’année
  • prix du meilleur enseignant de l’année
  • prix du meilleur programme de l’année
  • prix du meilleur prestataire de l’année

Certains États et territoires ont prévu des prix supplémentaires pour les apprenants aborigènes et leurs organisations. Deux nouvelles catégories sont à l’étude: le prix du meilleur apprenant adulte âgé et celui du meilleur organisme d’apprentissage de l’année.

Activités

Les activités réalisées dans le cadre des Semaines sont pratiquement similaires d’une année à l’autre: cérémonie de lancement ou d’inauguration, cérémonies d’attribution des prix, conférences, séminaires, discussions, débats; journées portes ouvertes, salons de l’apprentissage, stands, présentations, expositions; réceptions, soirées, manifestations culturelles, présentations de livres, conférences de presse et événements médiatiques. Certains ont lieu au niveau national, d’autres au niveau des États et des territoires, d’autres encore au niveau local. L’ALA estime que chacune des sept Semaines australienne a été accompagnée de plus de 1 000 activités et événements.

Les médias

Au cours des années, l’ALA a fait diverses tentatives d’approche auprès des médias à l’échelon national, fédéral et local. Il faut reconnaître que ces travaux d’approche n’ont pas toujours été couronnés de succès. Généralement, le travail a été confié à divers spécialistes des médias. Une série de messages télévisés de promotion a été diffusée dans le cadre du service communautaire auquel s’engagent les stations de télévision. Une série radiodiffusée sur l’apprentissage des adultes a été élaborée et mise à la disposition des stations de radio publiques et communautaires. Des articles de presse et des suppléments dans les journaux ont été rédigés et publiés. Des communiqués de presse ont été rédigés pour les médias nationaux et locaux et des informations sur les apprenants et les prestataires présentant un intérêt particulier au niveau local ont été publiées. Des interviews à la radio, à la télévision et dans les journaux ont été organisées pour les visiteurs internationaux de la Semaine.

Évaluation

Une des conditions de l’attribution de la subvention annuelle de l’ANTA à la Semaine des apprenants adultes est la publication d’un rapport annuel détaillé, ce que fait l’ALA depuis qu’elle organise les Semaines. De plus, après la première (1995) et la troisième Semaine (1997), d’importants rapports indépendants ont été commandés par l’ANTA pour faciliter sa décision de poursuivre ou non le financement public de la Semaine des apprenants adultes. Dans les deux cas, la décision de poursuivre le financement a été adoptée. Un rapport d’évaluation indépendant doit également être rédigé pour la Semaine de 2001.

Entre temps, la Semaine des apprenants adultes est devenue un élément important de l’éducation des adultes en Australie, et elle va le rester. Des changements vont avoir lieu mais c’est normal et prévisible, et le but de cette Semaine, qui est d’améliorer l’image de l’éducation des adultes auprès du public et de promouvoir ses avantages pour l’individu et la société, ne changera pas pour autant.