x

Chère Lectrice, cher Lecteur,

Nous procédons actuellement à une évaluation de notre revue Éducation des adultes et développement. Les résultats nous aideront à améliorer la revue. Nous vous prions de bien vouloir apporter votre soutien à notre revue en remplissant notre questionnaire en ligne, ce qui vous prendra environ un quart d’heure.

Le questionnaire en ligne

Editorial

Ce numéro de notre revue est consacré à la coopération internationale dans le secteur de l’éducation des adultes. Il présente, examine et évalue différentes expériences, et commémore également l’anni- versaire d’un certain nombre d’entre elles. C’est en particulier le cas de la collaboration qui lie depuis 25 ans, plus exactement depuis 1978, le Bureau d’éducation des adultes Asie-Pacifique Sud (ASPBAE) et l’Institut de coopération internationale de la Confédération allemande pour l’éducation des adultes (IIZ/DVV). Les hôtes de cet événement furent l’Association chinoise pour l’éducation des adultes (CAEA) et l’ASPBAE qui organisèrent à Pékin une conférence sur la Coopération internationale dans le domaine de l’éducation des adultes. L’article de Chris Duke intitulé «L’année du mouton» ainsi que ceux signés Maria Khan, Rajesh Tandon et Heribert Hinzen offrent un aperçu des points les plus importants des présentations et du débat. Dans une optique d’analyse, il convenait de se demander ce qui fait la particularité de cette coopération – et ce que nous pouvons tirer d’autres partenariats et projets. Pour compléter ceci, nous avons repris dans ce numéro une évaluation du début des années 80 qui examine les débuts de cette coopération. Les présentations chinoises abordèrent à Pékin d’importants domaines des progrès récents effectués non seulement dans les secteurs de l’éducation de base et de l’éducation professionnelle des adultes, mais aussi dans l’ensei- gnement supérieur, tandis que d’autres contributions se penchèrent sur des sujets comme les finances dans la coopération internationale ou les femmes et la justice. Il apparaît clairement que – grâce à l’ASPBAE et à la CAEA – la conférence a été une pleine réussite, tant en ce qui concerne le travail de réflexion que les festivités.

Une partie de ce numéro est ensuite consacrée à la coopération avec quelques-uns de nos partenaires indiens. Le Dr K. Sivadasan Pillai s’est penché sur la KANFED (Association for Non Formal Education and Development – Association d’éducation non formelle et de développement). C’est en 1976 que sa première proposition arriva à la DVV et que des négociations furent entamées entre lui et Bernd Pflug, à l’époque directeur de notre bureau en Asie et qui s’est aujourd’hui retiré au Kerala. Le soutien du projet, dont les résultats positifs sont encore visibles, s’étendit sur un peu plus d’une décennie. C’est pourquoi nous avons réimprimé un article qui en décrit les premières années. Le deuxième partenaire indien présenté ici est la PRIA (Society for Participatory Research in Asia – Société de recherché participative en Asie) dont le siège se trouve à New Delhi, mais dont les partenaires régionaux sont répartis dans plusieurs régions de l’Inde. La PRIA, dont l’IIZ/DVV est le partenaire depuis près de deux décennies, célébrait son vingtième anniversaire.

La coopération régionale en Afrique dans les domaines de l’alphabé- tisation des adultes et de l’éducation de base fut le thème présenté par John Aitchinson à l’occasion de la Conférence de la SADC (Southern African Development Community – Communauté de développement de l’Afrique australe). La question qui se pose ici aussi est la suivante: que pouvons-nous apprendre les uns des autres – et quels sont les avantages supplémentaires de la coopération et des partenariats? Wolfgang Leumer, directeur du bureau de l’IIZ/DVV dans la ville sud-africaine du Cap se penche de manière très pragmatique sur le sujet en examinant les besoins qu’ont les institutions et les individus opérant dans le domaine de la formation des éducateurs d’adultes d’avoir accès à des réseaux.

Nous nous penchons enfin également sur les progrès réalisés en Europe. Rita Süssmuth, présidente de la DVV a tenu le discours liminaire inaugurant la conférence sur L’Apprentissage tout au long de la vie en Europe: poursuite des objectifs de l’EPT et de l’Agenda de la CONFINTEA V qui s’était déroulée en novembre 2002 à Sofia. Ce discours était focalisé sur les récents progrès de l’éducation des adultes en Europe centrale et de l’Est, avec toutes les mutations dramatiques des dix dernières années dans cette région dont la majorité des pays s’efforce d’améliorer la politique et la législation en matière d’éducation tout au long de la vie, ce qui exige une meilleure coopération. Vous vous souvenez peut-être que le dernier numéro de notre revue avait présenté l’Appel à l’action de Sofia. Le nouveau président de l’Association européenne pour l’éducation des adultes (AEEA), János Tóth, a entamé son mandat avec une réflexion sur l’avenir de l’AEEA. Nous présentons ici son point de vue sur la coopération internationale. Anita Klapan et Ilija Lavrnja empruntent une démarche plus comparative pour analyser les similarités et les différences des progrès réalisés en Croatie et en Slovénie dans le domaine de l’éducation des adultes. La Dr Klapan nous a récemment informé que le prof Lavrnja était décédé; cet article est donc publié en sa mémoire et en reconnaissance de sa contribution au mouvement de l’éducation des adultes.

Ce numéro paraît juste à temps pour la CONFINTEA V+6 qui se tiendra en septembre 2003 à Bangkok. Elle succède à la Conférence mondiale sur l’éducation des adultes qui s’était tenue en 1997 à Hambourg. Ces deux conférences ont le thème 10 en commun, améliorer la coopération internationale et la solidarité, qui fera en septembre donc à nouveau l’objet d’un débat. Éducation des adultes et développement entend par conséquent ici donner matière à réflexion aux participants et organisateurs de cette conférence.

Le numéro 60 de notre revue contient en outre en supplément un article de Rosa María Torres, une étude sur l’apprentissage et l’édu- cation de base des adultes (AEBA) que l’auteur avait été chargé d’effectuer pour le compte de la Sida (Agence suédoise de développement international) et par nous, et qui traduit un véritable effort concerté entrepris pour enrichir le débat sur l’éducation et l’appren- tissage de base des adultes, et pour améliorer leur pratique.

Prof.(H) Dr Heribert Hinzen