x

Chère Lectrice, cher Lecteur,

Nous procédons actuellement à une évaluation de notre revue Éducation des adultes et développement. Les résultats nous aideront à améliorer la revue. Nous vous prions de bien vouloir apporter votre soutien à notre revue en remplissant notre questionnaire en ligne, ce qui vous prendra environ un quart d’heure.

Le questionnaire en ligne

Éditorial

Nos lecteurs seront nombreux à constater que l’alphabétisation est une fois de plus le thème principal de notre revue. Le présent numéro porte cependant moins sur les théories et concepts que sur des expériences pratiques dans tout un ensemble de pays et dans des contextes différents. Il y a de nombreuses raisons pour cela:

  • jusqu’à présent, personne n’a osé réduire de manière décisive le nombre des adultes du monde entier ayant des difficultés très différentes à lire et à écrire (qu’ils soient analphabètes fonctionnels ou semi-alphabètes, ne soient jamais allés à l’école où n’aient jamais participé de leur vie à un cours d’alphabétisation), et à le faire passer sous la barre actuelle des 900 millions. Nous devons par conséquent tous nous attaquer à cette tâche immense, pas seulement dans le secteur de l’éducation;

  • dans le domaine de l’éducation des adultes, force nous est de constater que le Programme d’éducation pour tous a principalement attiré l’attention sur les enfants et les jeunes des écoles publiques et que le nombre de places réservées à ceux d’entre eux qui sont en âge de scolarité obligatoire doit être prioritairement augmenté. En même temps, on met l’accent sur les diplômes de fin de scolarité, ajoutant par conséquent ici un critère de qualité supplémentaire;

  • ne devons-nous pas continuer d’exiger la recherche d’une plus grande homogénéité de la qualité des offres d’alphabétisation pour tous les enfants, les jeunes et les adultes? La conclusion positive selon laquelle les enfants profitent aussi au sein de leur famille d’un environnement alphabétisé– et que ce sont les adultes qui pendant ces années, souvent même des décennies durant, doivent réussir à pourvoir à leur existence – n’a malheureusement que des effets limités.

L’article sur l’emploi de l’ordinateur dans l’alphabétisation en Allemagne se distingue des autres. Au cours des prochaines semaines, différents spots publicitaires qui seront diffusés à la télévision allemande présenteront une jeune fille priant une amie de lui lire une lettre d’amour; un père incapable d’aider sa fille à faire ses devoirs; un ouvrier provoquant un accident dans son usine parce qu’il ne peut déchiffrer un panneau de mise en garde. Les téléspectateurs d’Outre- Rhin apprendront par ces spots destinés à les sensibiliser que l’un des pays industrialisés les plus riches du monde, où la scolarité est en outre obligatoire depuis plus de cent ans, compte environ quatre millions de jeunes et d’adultes ayant des difficultés à lire et à écrire. En outre, chaque spot se termine par la phrase «Don’t write yourself off – please contact…» (Ne faites pas une croix sur vous – veuillez contacter…), suivie du numéro de téléphone de l’association nationale d’alphabétisation. Les programmes qui ont recours à l’ordinateur peuvent-ils être utiles ici?

En 2003, notre institut a pris part à tout un ensemble de conférences importantes. Nous avons utilisé de manière intense notre site Internet (www.iiz-dvv.de) pour leur préparation et leur approfondissement. Avant les conférences, des documents pouvaient y être consultés, immédiatement après, les déclarations, les discours principaux ainsi que les matériels et études les plus intéressants y étaient publiés. Nous savons que nos lecteurs sont peu nombreux à accéder facilement à Internet. Dans le présent numéro, nous publions par conséquent ces textes où nous renvoyons en même temps aux adresses aux quelles des documents d’approfondissement sont disponibles.

Heribert Hinzen