x

Chère Lectrice, cher Lecteur,

Nous procédons actuellement à une évaluation de notre revue Éducation des adultes et développement. Les résultats nous aideront à améliorer la revue. Nous vous prions de bien vouloir apporter votre soutien à notre revue en remplissant notre questionnaire en ligne, ce qui vous prendra environ un quart d’heure.

Le questionnaire en ligne

CIEA

Nous publions ci-après le «Plan d'action» adopté par les quelque cinq cents participants à la première assemblée mondiale du CIEA organisée en 1976, à Dar es-Salaam. Ce texte est une traduction du texte intitulé «Adult Learning: A Design for Action: A Comprehensive International Survey», publié par B. L. Hall et J. R. Kidd, Pergamon Press, Oxford, 1978, pp. 283-315.

CIEA

Éducation des adultes: Plan d'action

Un programme d'action issu des séances plénières, des groupes de travail et des séminaires régionaux organisés au moment de la Conférence internationale sur l'éducation des adultes et le développement. Il est la concrétisation pratique du discours tenu par le président Nyerere, et dans lequel il disait que «le développement est pour l'homme, par l'homme et de l'homme.»

Introduction

Le Plan d'action présente les mesures pratiques et immédiates pour les cinq prochaines années, telles que formulées par les vingt groupes de travail et approuvées par les quelque cinq cents délégués qui représentaient quatre-vingts pays à la Conférence internationale sur l'éducation des adultes et le développement qui se tint au mois de juillet 1976 en Tanzanie, à Dar es-Salaam. Il concrétise par l'action le discours du président tanzanien Julius Nyerere sur les objectifs de l'éducation des adultes et du développement, et dont les propos furent unanimement acceptés à la conférence en tant que Déclaration de Dar es-Salaam.

Le Plan d'action présente des actions et programmes: il dresse l'inventaire des mesures essentielles à prendre pour donner de la substance aux décisions des planificateurs, des politiciens et des éducateurs. La communauté de l'éducation des adultes le présente comme un contrat engageant à répondre aux besoins les plus pressants en matière d'éducation des adultes dans le monde entier. Le calendrier de ce programme s'étale sur cinq ans.

Ce document, s'il n'est pas unique de par les propositions qu'il contient, entend focaliser l'attention sur les concepts, les besoins et les actions qu'il réunit et au sujet desquels un consensus mondial s'est fait jour. Ainsi, non seulement le Plan d'action expose les conditions et actions nécessaires pour renforcer et mobiliser les capacités de l'éducation des adultes à participer au développement, mais il s'inspire aussi d'un certain nombre de documents internationaux récents comme la Déclaration de Persépolis du Symposium international pour l'alphabétisation, la Recommandation de l'UNESCO sur le développement de l'éducation des adultes, le Cadre pour une politique d'ensemble de l'éducation des adultes formulé par l'Organisation pour la coopération et le développement économique, et sur différentes conventions et recommandations de l'Organisation internationale du travail au sujet de l'éducation ouvrière. Certaines de ces propositions sont issues de projets ou de réunions auxquels des organisations intergouvernementales étaient associées. Elles ont également été le thème de conférences régionales dans les États arabes, en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

Ces dernières années, les conférences internationales ont sensibilisé la communauté internationale à des problèmes humains critiques comme l'alimentation, la population, l'environnement et les politiques économiques équitables. Le Plan d'action ajoute à ces points l'éducation des adultes et l'apprentissage qui devraient accompagner tout changement économique, social ou politique si nous voulons préserver la condition humaine.

Pour établir un cadre d'intervention, clarifier sa planification et déterminer les responsabilités et l'environnement des mesures à prendre, le Plan d'action a été articulé en quatre parties. La première présente les directives générales. La seconde est axée sur l'organisation: action entreprise par des organisations intergouvernementales, des ONG internationales, des nations, des régions et des institutions. La troisième est tournée vers des propositions concernant le processus d'apprentissage: recherche, formation, contenu, besoins particuliers, médias et communication. La quatrième est une courte déclaration de l'engagement à assurer que ces recommandations soient mises en pratique.

Les principales priorités du Plan d'action

Certaines priorités reviennent dans tout le Plan d'action, formant le point principal de ses recommandations. Elles sont les suivantes:

  1. la dimension éducative de toutes les stratégies de développement économique, social, culturel et politique;

  2. la participation du peuple aux décisions;

  3. les politiques tenant compte des besoins humains fondamentaux;

  4. la mise en pratique de la Recommandation de l'UNESCO sur le développement de l'éducation des adultes;

  5. l'importance des organisations régionales et nationales pour le développement de capacités dans le domaine de l'éducation des adultes;

  6. les mesures pour aider les pays moins bien développés dans le domaine de l'éducation des adultes;

  7. la formation à l'éducation des adultes par l'intermédiaire de centres régionaux;

  8. mettre l'accent sur les groupes particulièrement défavorisés de la société: les femmes, les analphabètes, les paysans, les immigrés;

  9. la recherche qui met l'accent sur les méthodes participatives d'enquête et d'évaluation;

  10. le développement rural intégré;

  11. l'éducation ouvrière opérant dans le secteur rural;

  12. la promotion et le respect des cultures indigènes;

  13. les contenus de l'éducation des adultes quant aux questions relatives à l'alimentation, à la santé et à l'environnement.

Directives générales

Le Plan d'action reconnaît que les directives générales concernant les mesures de coopération et les programmes d'éducation au développement devraient être aussi variées que les besoins et contextes culturels des gens. Rien de ce qui est proposé ne modifie les responsabilités des gouvernements ou des institutions qui devraient offrir des programmes éducatifs aux citoyens. La mesure initiale consiste à trouver un terrain d'entente en ce qui concerne la marche à suivre et le partage de l'expérience acquise et des ressources, de manière à pouvoir intervenir de manière responsable, notamment dans les pays ou régions gênés dans leur développement.

Ceci ne revient pas à défendre un «curriculum» généralisé et homogénéisé, imaginé à partir d'un compromis et ignorant les différences culturelles ou politiques. L'action à entreprendre devrait se baser sur la richesse culturelle: les stratégies de développement devraient contribuer à créer, à comprendre et à respecter la diversité des coutumes et cultures.

Le développement est synonyme de justice et de liberté

L'objectif d'un développement intégré et développé consiste à instaurer une justice sociale, économique et politique libérant l'humanité et, par là, éradiquant des fléaux tels que la pauvreté et l'analphabétisme des masses. Les stratégies employées dans nombre de pays n'ont pas réussi à atteindre cet objectif et ont au contraire servi à renforcer les structures de privilèges et de pouvoir. Les éducateurs d'adultes, conjointement avec d'autres intervenants soucieux de la justice sociale, devraient se lancer dans un débat critique permanent sur les stratégies de développement de façon à éliminer les échecs et à créer des conditions équitables.

Le processus politique

Un consensus, clairement formulé et accepté à la conférence de Dar es-Salaam, se fait jour sur le fait qu'un développement équilibré nécessite des changements structurels nationaux et internationaux non seulement liés à des questions d'ordre technique, économique et éducatif, mais aussi ancrés dans des décisions politiques. En effet, si la qualité de la vie est déterminante pour les objectifs à atteindre, ils n'en reste pas moins que le processus politique et l'application de différents choix politiques détermineront les moyens et le rythme du développement.

L'éducation des adultes, englobant les dimensions humaine, éducative et politique de la société, pourrait préparer le terrain dans les pays et entre les pays pour les décisions politiques difficiles qui devraient être prises. Elle pourrait toutefois en même temps agir comme un instrument de participation populaire pour que ces décisions ne soient ni manipulatrices ni élitaires mais humanisantes, égalitaires et libératrices. Les transformations des structures politiques et socio-économiques pourraient ne pas être acceptables pour tous les pays et tous les establishments, mais pour de nombreux éducateurs d'adultes, la lutte pour l'éducation au développement, focalisée sur l'humanité, la libération, la participation et la justice devrait continuer, malgré les limites et obstacles rencontrés.

La participation  est cruciale pour le développement

II devient de plus en plus clair que la participation de toute la société est cruciale pour le développement. Il est tout autant manifeste que cette participation pourrait être dénaturée, par exemple quand l'apprenant devient un objet, au lieu d'être un partenaire, et quand l'éducation sert à apaiser ou à neutraliser, au lieu d'être un processus de conscientisation, de participation et de changement. Étant donné que la participation est un processus politique dans le sens où elle inclut des choix et leur application, l'éducation des adultes joue un rôle prépondérant dans l'identification et la mise en œuvre des processus de participation et des formes de consensus permettant aux structures politiques, sociales et économiques de répondre aux besoins et aspirations des gens en se basant sur eux.

L'éducation des adultes pourrait être un puissant facteur de sensibilisation des individus, des groupes et des communautés - notamment des privilégiés - à leur rôle de participants indépendants. La Déclaration de Persépolis ne définissait pas l'alphabétisation comme l'acquisition pure et simple de compétences, mais comme «une contribution à la libération de l'homme et à son plein développement». Les structures les plus propices à cela sont, entre autres, celles qui

«tendent à provoquer une participation efficace de chaque citoyen à la prise de décisions à tous les niveaux de la vie sociale: dans les domaines de l'économie, de la politique et de la culture».

Il faut exhorter les leaders, les administrateurs et les politiques à reconnaître le fait que la participation est non seulement nécessaire, mais aussi bienvenue, à avoir confiance en cette voie et à agir en fonction de cela. Ils devraient chercher eux-mêmes des moyens de participer davantage à la vie des gens et à considérer que ce processus est essentiel à leur propre éducation et à leur efficacité en tant que leaders. Ainsi, tant les politiques que les gens qu'ils servent, devraient recevoir l'assistance nécessaire pour instaurer un dialogue participatif dans le but d'élaborer des mesures, de les mettre en œuvre et d'évaluer les résultats.

Stratégies de développement intégré

Dans toutes les stratégies de développement, la formation continue devrait constituer l'un des volets des programmes de développement des gouvernements, des ministères et des organisations internationales. Elle devrait en outre être incorporée dans les politiques nationales. La condition des femmes devrait faire partie intégrante des politiques et stratégies. Un certain nombre des indicateurs les plus critiques de sous-développement liés à la santé, à l'éducation et aux possibilités économiques s'appliquent principalement aux femmes du monde en développement. Les principaux éléments des nouvelles stratégies de développement devraient être les suivants:

orientation vers les besoins humains fondamentaux pour que les objectifs, les institutions et les processus soient revus de façon à ce que l'éducation des adultes devienne un élément plus important du développement;

  • processus sociaux et politiques de participation menant vers une société de plus en plus égalitaire et coopérative;

  • structures fournissant et entretenant un travail productif;

  • infrastructures permettant aux individus de prendre leur existence et leur environnement en main, et de les changer;

  • systèmes de production décentralisée, adaptés aux biens et services nécessaires à la majorité de la population;

  • une dimension éducative animant, guidant et évaluant le processus et les résultats.

Les éducateurs d'adultes devraient prendre l'initiative en dialoguant avec les décideurs et les planificateurs techniques pour identifier, évaluer et mettre en œuvre de telles stratégies.

Environnements propices à l'action: organisation

1. Action de coopération et d'aide internationales

La coopération internationale, essentielle en ce qui concerne le développement au niveau mondial, pourrait être entreprise par différents acteurs: organisations intergouvernementales, organisations internationales non gouvernementales (ONG) et autres organisations nationales et régionales.

Conditions de l'aide

II est reconnu qu'une grande partie de l'aide internationale fournie par le passé a été extrêmement nuisible pour les intérêts des pays en développement. Il ne faudrait encourager la coopération internationale que si elle s'inscrit vraiment dans un esprit de coopération et apporte un développement équilibré, reposant sur l'indépendance et le partage des ressources. Les programmes d'éducation des adultes, contribuant au développement par les moyens exposés ci-après, devraient être une priorité de l'aide internationale:

  • aider à créer ou à renforcer des structures et systèmes nationaux d'éducation profitant à tous les gens;

  • employer en premier lieu un personnel indigène et former un tel personnel;

  • soutenir les cultures indigènes et guider les bénéficiaires vers une plus grande indépendance.

Les programmes d'éducation des adultes pour le développement ont rarement bénéficié du soutien de fonds d'aide internationale. Bien qu'il existe des exceptions, comme l'Expérimental World Literacy Programme (Programme expérimental d'alphabétisation mondiale), ce type de programmes a dans l'ensemble été négligé. Il y a plusieurs raisons à cela, des raisons négatives qu'il conviendrait à présent de transformer en mesures positives:

  • les gouvernements sont peu nombreux à avoir accordé une grande priorité à l'éducation des adultes dans leurs objectifs de développement ou dans leurs demandes de financements;

  • peu de personnes chargées de prendre des décisions au sujet des programmes sociaux, que ce soit dans les pays ou au sein des organisations d'aide internationale, comprennent l'importance de l'éducation des adultes au développement et l'impact qu'elle a sur lui;

  • les organisations et le personnel d'éducation des adultes n'ont pas réussi à concevoir des stratégies se traduisant par des aides financières

Dans la mesure où des aides financières internationales sont nécessaires et pourraient être employées efficacement, il conviendrait d'adopter de meilleures stratégies pour pouvoir les obtenir.

Domaines spécifiques

La coopération internationale liée à des domaines ou objectifs spécifiques pourrait souvent favoriser l'éducation au développement.

Par exemple, alors que le Programme expérimental d'alphabétisation mondiale, fruit de la coopération internationale entre deux organisations intergouvernementales (l'UNESCO et le PNUD) et qui concernait de nombreux pays, fournit des résultats plus ou moins bons, il n'a pas été à la hauteur de ses ambitions. Toutefois, il a eu un impact sur le développement et produit des «enseignements» applicables aujourd'hui d'une manière générale.

Les résultats obtenus dans certains pays durant l'Année internationale de la femme en ce qui concerne l'éducation des femmes et les politiques et mesures destinées à réaliser l'égalité constituent un autre exemple de cette démarche favorable à l'éducation au développement; une démarche qu'il conviendrait de poursuivre.

Certains exemples encourageants d'action internationale concertée ont fourni des résultats positifs en ce qui concerne le développement humain et permis de réaliser les objectifs particuliers de certains projets. Il s'agissait par exemple de mesures en faveur de l'éducation ouvrière, de projets d'entraide dans des zones rurales, ou encore de formations en gestion et technique pour les hommes et les femmes des campagnes.

La «faim de papier» présente et future qui constitue un grave danger pour les objectifs de l'éducation et du développement (entre autres pour la production de matériels de postalphabétisation) demande des efforts conjoints. Une action internationale est nécessaire pour que tous les pays aient accès aux stocks des principaux pays producteurs de papier et, par-dessus tout, pour lancer des recherches sur l'utilisation de fibres indigènes.

La coopération internationale pourrait servir de forum éducatif pour que le monde entier puisse comprendre l'importance de la contribution des différentes cultures pour le développement aux niveaux mondial et national. L'éducation des adultes devrait contribuer au respect de la diversité des coutumes, des cultures et des langues, tant au niveau international que national. L'héritage culturel des régions et des peuples devrait trouver son expression dans l'éducation au développement.

Recommandation de l'UNESCO

La Recommandation de l'UNESCO sur le développement de l'éducation des adultes, exemple de la fonction normative et standardisante de la coopération internationale, est d'une importance immédiate pour l'action des pays et des éducateurs d'adultes. Cette recommandation est réaliste quant à ses objectifs et aux ressources nécessaires pour les réaliser, et elle ne lie pas les gouvernements à de fausses espérances ou à des innovations coûteuses. Ce document est axé sur l'homme du fait que la réalisation de ses objectifs dépend de l'initiative et de la participation de beaucoup de gens, notamment d'éducateurs d'adultes. Les rapports régulièrement publiés par les gouvernements sur les mesures prises pour mettre en œuvre la Recommandation permettent de réaliser des études et d'engager des débats publics sur les prestations concernant l'éducation des adultes au développement.

2. L'action entreprise par les organisations intergouvernementales et l'appui qu'elle devrait recevoir

Plusieurs types d'efforts de coopération internationale sont nécessaires pour que les organisations intergouvernementales s'intéressant directement à l'éducation des adultes au développement mènent à bien le reste de la seconde Décennie du développement. Ces organisations sont, entre autres, les suivantes: UNESCO, l'OIT, l'OAA, l'OMS, l'UNICEF, le PNUE, le PNUD, la Banque mondial, l'université des Nations unies et le programme de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED).

Les éducateurs d'adultes, leurs organisations et les agences devraient se tenir au courant des plans et programmes des organisations intergouvernementales dont les stratégies contribuent à l'éducation au développement et la renforcent. Ils devraient en outre participer à la création de ces plans et programmes.

Initiatives pour l'action

Pour que l'action des organisations intergouvernementales, des ONG et des organismes d'éducation des adultes dans tous les pays soit efficace et pour la soutenir, il faudrait

     

  • prendre l'initiative de soutenir des plans nationaux pour la mise en œuvre et la surveillance des mesures des gouvernements au sujet de la Recommandation de l'UNESCO sur le développement de l'éducation des adultes;

     

  • développer des moyens et programmes systématiques pour faire comprendre aux décideurs nationaux, régionaux et intergouvernementaux, ainsi qu'au public et à des groupes particuliers de la population en général l'importance de l'éducation des adultes;

     

  • devenir compétents dans le développement de propositions réalistes dans le domaine de l'aide internationale, par l'intermédiaire de toutes les filières efficaces, en particulier des «programmes nationaux» organisés par des organismes intergouvernementaux;

     

  • créer et/ou soutenir des mesures d'éducation menant à la compréhension des objectifs de développement des programmes organisés par des organisations intergouvernementales comme l'OIT, l'OMS ou l'OAA, et coopérer avec elles;

     

  • veiller à ce que les politiques nationales d'éducation et de développement prévoient un volet d'éducation ouvrière incluant la participation directe d'organisations ouvrières urbaines et rurales.

Pour les organismes bailleurs de fonds

II est conseillé que les organismes bailleurs de fonds se consacrant à l'aide internationale au développement accordent la priorité à des programmes

     

  • développant une puissante infrastructure d'éducation des adultes, notamment dans les pays où l'éducation des adultes est moins développée;

     

  • identifiant les niveaux de formation et les besoins d'entraide en termes de compétences, de gestion, de fourniture et d'évaluation;

     

  • assistant les organisations ouvrières activement engagées dans l'organisation et le développement des populations rurales démunies;

  • assurant directement l'intégration paritaire des femmes dans le développement social et économique;

  • aidant le public à comprendre les questions d'une importance capitale concernant le nouvel ordre économique mondial et l'importance de l'éducation à l'environnement pour la survie.

     

Les questions relatives aux points venant d'être cités et à d'autres priorités sont contenues dans d'autres parties du Plan d'action.

3. L'action entreprise par les ONG internationales et l'appui qu'elle devrait recevoir

À l'avenir, nombre des principaux programmes d'éducation des adultes comprendront des projets de coopération tels que le Projet expérimental d'alphabétisation mondiale organisé par l'UNESCO et le PNUD, ou la participation de l'OIT à l'éducation ouvrière qui comporte un volet d'alphabétisation des ouvriers ruraux. La participation de puissantes ONG internationales devrait faire partie des programmes des organisations intergouvernementales, notamment pour créer un système et une infrastructure d'éducation des adultes, et pour promouvoir les programmes d'éducation au développement organisés au sein de ces organisations et par celles-ci.

Diversité du soutien

II existe de nombreuses organisations non gouvernementales qui se consacrent à l'éducation des adultes au développement et dont on pourrait employer plus directement l'expérience et les services. Ces organisations opèrent dans des secteurs comme les centres universitaires de premier cycle, les universités, l'éducation des femmes, le développement rural, les coopératives, les bibliothèques, les musées, les technologies de l'éducation, l'édition et la radio et la télévision.

Reconnaissant la nécessité d'une approche intégrée pour résoudre les problèmes auxquels les éducateurs d'adultes ont à faire face dans la pratique et le fait que les ressources financières et en main-d'œuvre sont limitées, il est conseillé que les organisations enseignantes et autres professionnels dans ce domaine fournissent leur soutien dans les activités d'éducation des adultes et de formation continue menées dans leurs pays et régions.

Élargissement du rôle des ONG

Du fait qu'elles sont réunies au sein d'un réseau international de membres, il conviendrait d'encourager et de soutenir l'élargissement du rôle que jouent les ONG en ce qui concerne l'apport d'un personnel expérimenté, la surveillance de projets et la production et la diffusion d'informations.

Par exemple, la connaissance d'expériences - succès et échecs confondus - de projets similaires menés ailleurs est une condition préalable pour concevoir des stratégies et programmes nouveaux, en particulier dans le domaine du développement rural intégré. Les ONG internationales pourraient jouer un rôle prépondérant dans l'identification de ce type d'informations et leur diffusion auprès des politiques des pays.

Les centres et bureaux régionaux d'ONG internationales pourraient de la même manière répondre à des besoins politiques en dressant l'inventaire de projets, d'innovations et de recherches, et en fournissant un personnel indigène pour les équipes de projets afin de créer des équipements de formation, d'évaluer de nouveaux programmes et projets, et d'aider au suivi de telles activités.

4. L'action entreprise par les organisations régionales

Le renforcement de l'action régionale par des organisations régionales et/ou locales, la création d'un centre de formation dans chaque région et le partage d'expériences, d'informations et de personnel au niveau régional comptent parmi les recommandations principales formulées à la conférence de Dar-es-Salaam. Des organisations régionales pour l'éducation des adultes ont été créées ou sont en processus actif de création en Europe, en Afrique, en Asie, dans le Pacifique Sud, dans les États arabes, en Amérique latine et dans la zone NORCECA (Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes).

La nécessité d'une action immédiate

L'une des recommandations d'agir immédiatement porte sur la manière d'aider des associations régionales existantes, nouvellement créées ou en passe de l'être à opérer plus efficacement et à mettre en place, coordonner et financer des collaborations régionales.

Poursuivre l'amélioration des capacités dans l'éducation des adultes, particulièrement en Afrique, dans les États arabes, en Asie, dans le Pacifique Sud, en Amérique latine et dans les Caraïbes, est un des buts pratiques pour mener à bien la seconde Décennie du développement. Dans nombre de cas, une organisation régionale pourrait répondre à certains besoins nationaux jusqu'à ce qu'il soit possible de créer des associations nationales. La région pourrait faire office de lieu depuis lequel seraient déployés des services communs comme la formation, la recherche et le partage d'informations.

Priorités régionales

À l'occasion de conférences internationales et régionales, certaines priorités ont été dégagées pour les organisations régionales:

     

  • la création d'un ou plusieurs centres régionaux de formation qui viendraient s'ajouter à la formation nationale et feraient appel au personnel supérieur de la région;

  • les centres de formation pour incorporer des volets de recherche et d'évaluation, notamment dans les méthodes et pratiques de recherche participative et de recherche-action, et l'association des cultures indigènes à ces centres;

  • la fourniture d'une aide directe à des pays ou secteurs de la région moins développés;

  • un flux efficace, dans les deux sens, d'informations et d'échanges de documents, dans les principales langues de la région ainsi que dans les langues internationales. Ces centres devraient aussi avoir recours aux services et matériels de l'UNESCO (notamment à ceux du Bureau international d'éducation), d'autres organisations intergouvernementales et d'ONG internationales;

  • l'échange de personnel et l'organisation de visites informationnelles;

  • le développement de matériels de lecture pour les néoalphabètes,

Tous les pays, les principaux intérêts de l'éducation des adultes, et les institutions, groupes et organisations se consacrant au développement devraient être représentés au sein de toutes les organisations régionales. L'un des principaux buts d'une organisation régionale devrait être l'évolution de l'éducation au profit d'un développement intégré, notamment en ce qui concerne l'augmentation de la production de denrées alimentaires, l'amélioration de la santé et de la nutrition, et la lutte contre la pauvreté, le chômage, l'analphabétisme et problème de l'exode rural.

Il conviendrait d'inviter les organisations d'aide internationale à apporter leur expérience et à fournir des matériels, des fonds et du personnel, toutefois exclusivement à la demande de l'organisation régionale et sous sa direction.

Domaines d'action

Tous les pays d'une région devraient faire l'inventaire de leurs programmes innovants, des domaines dans lesquels l'éducation des adultes est la plus puissante et des domaines dans lesquels ils s'efforcent d'améliorer ses performances et d'apprendre d'autres intervenants. Pour l'Asie et le Pacifique Sud, un tel inventaire pourrait se baser sur l'enquête concernant l'éducation non formelle, menée par les ministres de l'Organisation pour l'Éducation d'Asie du Sud-Est. On pourrait ensuite l'étendre à d'autres pays.

Il est aussi recommandé de créer un projet pilote de développement rural intégré dans chaque pays de la région. Ceci ouvrirait la voie à un plan d'action général pour intégrer l'éducation des adultes dans des mesures destinées à résoudre les divers problèmes régionaux.

Il faudrait élaborer un ou plusieurs projets ou études spécifiques au sein de chaque groupement régional pour examiner la manière d'adopter et de remodeler les efforts d'éducation des adultes pour répondre au besoin croissant et urgent de considérer l'ensemble de la communauté comme une véritable base d'apprentissage et pour intégrer l'éducation dans toutes les phases de la vie. Le Conseil international pour l'éducation des adultes devrait promouvoir et animer de tels projets, les surveiller et en publier les résultats.

Il est clairement recommandé que non seulement les pays de la région, mais aussi les régions et les organisations internationales collaborent plus étroitement ensemble. Il faut exhorter les gouvernements à soutenir de telles actions et à fournir un soutien financier approprié pour leur réalisation. Une recommandation particulière appelle à renforcer les institutions panarabes et régionales existantes telles que l'ARLO et l'ASFEC, les institutions nationales d'éducation des adultes et les commissions nationales de l'UNESCO; à créer un centre régional de recherche et de formation dans le domaine de l'éducation des adultes; à appuyer la formation d'une association arabe d'éducation des adultes.

5. L'action entreprise par les nations et les organisations nationales

II a été reconnu à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation des adultes qui s'est tenue à Tokyo que l'éducation ne pourra pas prospérer tant que tous les pays ne s'engageront pas à s'y consacrer, à créer des infrastructures nationales pour la stimuler et la coordonner, et à cultiver un personnel de cadres formé et expérimenté pour entretenir et élargir ces infrastructures. Sans ces facteurs essentiels, ni l'éducation des adultes, en tant que telle, ni l'éducation des adultes au développement n'auront de chances d'être efficaces.

Accord sur les structures nécessaires

Les réunions nationales et les séminaires internationaux, de même que la Recommandation de l'UNESCO sur le développement de l'éducation des adultes, montrent clairement que des structures, mesures et programmes de coordination sont nécessaires dans tous les pays et qu'il faut les considérer comme un investissement de base si l'on veut que l'éducation des adultes devienne un facteur actif de développement. La partie de la Recommandation de l'UNESCO consacré aux structures commence avec la déclaration suivante:

«Les États membres devraient s'efforcer d'assurer la création et le développement d'un réseau d'organes satisfaisant les besoins de l'éducation des adultes; ce réseau devrait être suffisamment souple pour répondre aux différentes situations personnelles et sociales, et à leur évolution.»

Les auteurs de la Recommandation de l'UNESCO s'accordent sur le fait que chaque pays devrait disposer d'un mécanisme approprié, permettant de réunir régulièrement les principaux responsables de l'éducation afin de définir l'engagement national dans ce domaine, de prendre des décisions concernant l'affectation de ressources et de concevoir des politiques cohérentes et des programmes coordonnés d'éducation des adultes au développement.

Un tel organe de coordination devrait se composer de membres de ministères (Santé, Agriculture, Production économique, Services culturels, Éducation, etc.), d'universités et de collèges, d'organisations se consacrant aux ouvriers et au développement rural, de représentants des syndicats, des femmes, des personnes âgées, des minorités ethniques, des managers, des employeurs, des professionnels de la radio et de la télévision, et des éditeurs.

Objectif réaliste de l'action

II est réaliste pour mener à bien le reste de la seconde Décennie du développement d'aider chaque pays disposé à coopérer à l'élaboration de moyens pour

  • stimuler et coordonner l'éducation des adultes au niveau national;

  • organiser régulièrement des réunions nationales pour définir des objectifs et programmes d'éducation au développement;

  • créer et d'entretenir un système d'échange d'informations;

  • planifier une infrastructure appropriée;

  • initier des formations et recherches;

  • développer des études, les langues et l'expression culturelle indigènes.

     

Les personnes ayant fructueusement conçu de telles politiques sont encore peu nombreuses et devraient d'autant plus faire profiter d'autres pays de leur expérience. Le recrutement et la formation de telles personnes sera un important objectif des cinq prochaines années.

Action en faveur des associations nationales

II faut exhorter les éducateurs d'adultes à collaborer avec les gouvernements là où il est judicieux qu'ils le fassent pour créer ou renforcer les associations/comités nationaux et autres organisations de coordination de l'éducation des adultes de manière à ce que ceux-ci deviennent des organismes de coopération coopérant à la promotion des questions et programmes de développement et à leur mise en œuvre.

C'est par le biais d'une association d'éducation des adultes que les éducateurs d'adultes pourront entreprendre des efforts systématiques pour faire prendre conscience aux planificateurs gouvernementaux du fait que les objectifs de l'éducation des adultes et de l'éducation ouvrière sont conformes à un développement intégré et équilibré. De cette façon, l'éducation des adultes pourra renforcer ses liens formels et informels avec les organisations et ministères chargés du développement.

Les associations nationales devraient reconnaître l'importance de l'éducation ouvrière et s'équiper de façon à répondre aux besoins en matière de programmes définis par les organisations et coopératives ouvrières. En outre, elles devraient coopérer avec ces programmes.

Il est également conseillé aux associations nationales de chaque région de se pencher sur les activités en cours pour remodeler le système scolaire formel et d'y participer, ceci de manière à ce que le travail et les services deviennent partie intégrante du curriculum général et que les jeunes aient ainsi part aux concepts et pratiques de développement, d'indépendance, de participation sociale et d'apprentissage tout au long de la vie.

Amélioration de la formation

L'une des priorités pour les associations nationales consiste à œuvrer conjointement à l'amélioration de la qualité et des types de formations de courte et de longue durée offertes aux hommes et aux femmes, et de permettre à leurs bénéficiaires de pouvoir mieux y accéder.

Des ateliers de courte durée pourraient se pencher sur un apprentissage et un enseignement efficaces pour les adultes. Ces ateliers s'adresseraient à des organisateurs à plein temps de programmes d'éducation des adultes, à même de transmettre leurs connaissances à des éducateurs d'adultes. Dans certains cas, une équipe ressource pourrait voyager dans les pays de la sous-région pour prendre des cours. Dans d'autres cas, des cours pourraient être organisés dans un lieu central de manière à permettre à des éducateurs de pays voisins d'y assister.

Les parties suivantes de ce document contiennent d'autres recommandations liées à la formation et portant par exemple sur le thème de l'action entreprise par les institutions, sur le recrutement et la formation du personnel, ou encore sur la recherche et le développement.

L'action régionale en faveur des associations nationales

Bien que chaque pays doive planifier une démarche appropriée en matière de formation et de recherche, et prévoir la création d'une infrastructure d'éducation des adultes, comme nous l'avons déjà indiqué, un certain nombre de ces services pourront en partie, tout au moins temporairement, être fournis par le biais d'une coopération régionale, nationale et internationale.

Il est conseillé que les organisations régionales œuvrent à la création d'associations nationales d'éducation des adultes dans les pays où elles n'existent pas, aménageant leur approche, là où c'est possible, par le biais de la commission nationale de l'UNESCO dans ces pays.

Dans la pratique, l'association régionale pourrait par exemple proposer de diriger un atelier dans un pays donné afin d'y encourager la création d'une association nationale. Des visites organisées entre les pays pour découvrir des projets innovants pourraient consolider les associations nationales et régionales, et donner lieu à la publication d'inventaires d'études de cas menées sur de tels projets. Les organisations internationales et les ONG devraient considérer l'aide financière comme une priorité pour améliorer les capacités des associations d'éducation des adultes et la coopération entre celles-ci.

L'action entreprise par les gouvernements

II est fondamental pour tout débat sur l'éducation des adultes au développement que les gouvernements formulent concrètement leurs engagements politiques et moraux à l'égard de l'éducation des adultes en tant que partie intégrante des buts et objectifs nationaux. Ils peuvent le faire de différentes façons:

  • en définissant le concept d'éducation au développement, sachant parfaitement dans quelle mesure l'éducation peut jouer un rôle judicieux en intégrant ses services et ressources dans les plans nationaux de développement;

  • en assurant que le développement soit principalement axé sur le développement et sur les problèmes existant dans la réalité, tels qu'identifiés et rencontrés par les individus et communautés;

  • en créant une atmosphère propice à la participation des individus et des groupes - y compris des dirigeants aux niveaux national et local - à la planification et à la mise en œuvre de programmes de développement;

  • en intégrant l'éducation des adultes et l'éducation non formelle dans le système formel de façon à redynamiser tout le système de l'enseignement et à renforcer son orientation vers le développement;

  • en promouvant la création d'infrastructures adéquates de coordination de l'éducation des adultes, qui refléteront sa nature pluridisciplinaire et fourniront ainsi une vision holistique des besoins et priorités nationaux;

  • en examinant les méthodes de financement de l'éducation des adultes de façon à accroître les budgets des ministères et organisations correspondants;

  • en axant les politiques de développement et d'éducation sur l'autodétermination des femmes.

Il est recommandé que les gouvernements reconnaissent, encouragent et soutiennent le travail des ONG internationales se consacrant à l'éducation des adultes et au développement comme, par exemple, le Conseil international pour l'éducation des adultes.

Les ONG et les organes consultatifs comme l'UNESCO et ses commissions nationales disposent de vastes connaissances précieuses en matière d'éducation des adultes. Les gouvernements et associations devraient profiter des liens qu'ils entretiennent avec eux et les mettre à profit pour planifier et mettre en œuvre des politiques de développement.

Action pour l'alphabétisation

Les gouvernements devraient s'engager en faveur de l'alphabétisation en tant que partie intégrante des programmes nationaux et faire participer les analphabètes à la conception de tels projets.

Autant que possible, les fonctions et responsabilités de l'alphabétisation et/ou des programmes d'éducation des adultes, et l'organisation et la formation de personnel devraient être placés sous la coupe d'un organe national de coordination qui recevrait l'aide de différents ministères ou organisations concernés de manière à réduire la concurrence quant aux financements et le manque d'efficacité lors de la mise en œuvre de mesures.

La reconnaissance de l'alphabétisation en tant que moyen fondamental de développement social, économique et politique signifie qu'il est essentiel d'accroître les budgets alloués dans ce domaine. Cela veut également dire qu'il faut concevoir des programmes vastes et pluridisciplinaires, prévoyant des projets de postalphabétisation, et l'accès à l'éducation et la formation permanente.

Culture et développement

Les gouvernements devraient prendre davantage conscience du fait qu'une politique culturelle générale énergique est nécessaire pour diriger et régulariser l'avenir de l'éducation au développement, et que le développement doit avoir une relation fonctionnelle avec les traditions culturelles, les coutumes et les langues des groupes et des sous-groupes de population d'un pays. La diversité linguistique et culturelle devrait être perçue comme une riche ressource et non comme une menace pour l'unité.

Coûts et financements

Eu égard à la charge que constituent les coûts de l'éducation pour les budgets nationaux et tout en attirant l'attention sur le fait que l'éducation des adultes est un élément de l'éducation relativement peu onéreux, l'on recommande de réduire les coûts de l'éducation en

     

  • utilisant des matériels, ressources et compétences disponibles au niveau local;

  • en mobilisant le personnel bénévole et à temps partiel disponible;

  • en veillant à ce que les entreprises parapubliques et privées prennent les responsabilités qui leur incombent en ce qui concerne l'éducation et la formation de leurs employés;

  • en faisant un plus grand usage des équipements existants d'éducation ouvrière et d'éducation non formelle comme, par exemple, les écoles, les salles municipales, les églises, les temples et les mosquées.

Participation des apprenants

Les programmes de développement doivent reposer sur le principe de la participation à tous les niveaux, de la phase de planification à celle de l'évaluation, donnant ainsi la possibilité à chaque participant d'être en même temps enseignant et apprenant. La participation des apprenants à l'évaluation systématique des besoins et de tous les programmes financés par des fonds publics devrait faire partie des priorités du financement de tels projets.

Éducation ouvrière

L'éducation ouvrière étant un secteur essentiel et en plein essor de l'éducation des adultes, les recommandations concernant la participation de la main-d'œuvre à la planification du développement repose non seulement sur la justice sociale, mais aussi sur le plus grand réalisme et sur le contenu social qu'elle apporte au processus de planification. L'accent est mis ici sur la promotion d'organisations puissantes et viables de salariés et d'ouvriers ruraux non salariés, et sur leur participation à la planification et à la mise en œuvre de politiques et programmes de développement rural.

Les politiques de l'éducation et du développement devraient être orientées de manière à ce que l'éducation des ouvriers permette à leurs organisations de participer à ce processus conformément à la recommandation n° 94 de l'OIT sur les consultations et la coopération entre les employeurs et leur rôle dans le développement social et économique, à la convention n° 140 et à la recommandation n° 148 sur les congés-formation payés.

6. L'action entreprise par les institutions

Chaque organisation et institution d'éducation des adultes a un rôle évident à jouer dans la conception des mesures à prendre; ce qui vaut aussi pour chaque apprenant. Étant donné la grande diversité des situations, les personnes opérant au sein des institutions doivent aussi être chargées de la planification en leur sein. Toutefois, certaines mesures doivent être prises pour soutenir la qualité et l'efficacité de l'éducation des adultes.

Rôle de la formation

La nécessité de disposer de programmes de formation aux niveaux régional, national et local exige la participation active de collèges, d'universités, de ministères, d'associations professionnelles et de syndicats.

Nous sommes mal documentés sur la nature exacte de la filière d'éducation des adultes dans les différents cycles universitaires existant dans les universités et établissements similaires de différentes régions du monde. Un inventaire descriptif des cours et une réunion entre des universités de ce type pourraient induire la création d'un «pool» d'expertise et d'informations pour le développement et la coordination de programmes de formation. Ainsi, on pourrait aider les institutions capables de fournir des formations en éducation de adultes à dispenser de telles formations et/ou à déployer davantage d'efforts dans ce domaine.

Il est recommandé de donner une orientation pratique à la formation des éducateurs d'adultes dans les domaines de l'administration, de l'éducation permanente et des activités sur le terrain. Par exemple, en plus de former des agents de vulgarisation agricole, les universités et collèges devraient offrir leur coopération en axant leurs cours sur les besoins et problèmes pratiques des agents de terrain, et en organisant des ateliers et séminaires de formation continue et de recyclage.

Nécessité de nouvelles formes d'éducation des adultes

L'on reconnaît de plus en plus que certains pays et régions ne disposent pas des formes particulières d'éducation des adultes adaptées à leurs besoins comme, par exemple, l'alphabétisation, l'éducation ouvrière, le développement rural, l'éducation des femmes, l'éducation à distance, etc.

Certains types spécifiques d'institutions appropriés au développement comme, par exemple, les universités ouvrières ou les centres universitaires de premier cycle, peuvent très bien aussi ne pas y exister. La coopération régionale et/ou internationale peut appuyer le développement d'organismes de services et de programmes spécifiques et nécessaires dans des pays déterminés.

Néanmoins, toute création de nouvelles formes institutionnelles, et des programmes les accompagnant, devrait s'ancrer dans le contexte des cultures et langues indigènes, et se faire avec la participation des communautés et des gens qui en sont les bénéficiaires. Dans certains pays, le renouveau de formes culturelles et institutions anciennes, les mosquées-universités par exemple, peuvent être d'admirables modèles de centres d'apprentissage communautaires ayant gardé leur sens dans le monde d'aujourd'hui.

Pour que toutes les stratégies de développement aient une dimension éducative, il est essentiel d'adapter, d'élargir ou de créer tout un ensemble d'institutions et/ou d'organismes qui

  • reposeraient sur des communautés locales identifiables;

  • seraient à l'écoute des besoins spécifiques de ces communautés en matière de développement;

  • seraient une source de recrutement et de formation de dirigeants locaux;

  • seraient des agents de conservation et de promotion des patrimoines culturels locaux;

  • s'engageraient dans l'éducation des femmes;

  • feraient partie d'un réseau de recherche et d'évaluation coordonnées, de documentation et de diffusion des informations et des matériels sur l'éducation des adultes.

La contribution des organisations ouvrières à la justice sociale et économique doit être plus largement reconnue par les ministères de l'Éducation pour assurer que toutes les institutions (écoles, écoles de formation des enseignants, écoles polytechniques, centres d'éducation des adultes, universités et collèges) incluent dans leurs disciplines un cursus d'études du travail et que les organisations ouvrières soient dûment représentées dans les organes gouvernants et/ou les comités consultatifs.

Le rôle de l'éducation des adultes dans le développement doit être exposé continuellement non seulement au grand public, mais aussi à des groupes plus spécifiques. Les institutions d'éducation des adultes peuvent fournir individuellement ou collectivement la majeure partie de l'infrastructure en veillant à ce que leurs matériels, imprimés ou autres, soient accessibles et bien diffusés, et à ce que des sources d'information comme le cinéma, la radio, la télévision, les biblioth&egr

Le rôle de l'éducation des adultes dans le développement doit être exposé continuellement non seulement au grand public, mais aussi à des groupes plus spécifiques. Les institutions d'éducation des adultes peuvent fournir individuellement ou collectivement la majeure partie de l'infrastructure en veillant à ce que leurs matériels, imprimés ou autres, soient accessibles et bien diffusés, et à ce que des sources d'information comme le cinéma, la radio, la télévision, les bibliothèques, les musées et les galeries d'art soient organisées de manière à soutenir l'apprentissage, notamment l'apprentissage associé au développement.

Environnements pour l'action: Le processus d'apprentissage

1. Recherche et dé veloppement

La recherche en faveur du développement de l'éducation des adultes et de l'éducation au développement est un besoin crucial dans la plupart des pays. Il conviendrait de mettre l'accent sur des types de recherches qui aideraient les décideurs et permettraient d'obtenir de meilleures performances dans les cinq prochaines années. Cette démarche ne remet pas en question la recherche à long terme, elle vise plutôt la reconnaissance du fait que des organismes et institutions ont déjà des missions à long terme et que les recherches ciblant l'information des décideurs sont rares et généralement inefficaces.

La recherche, participative en soi

II conviendrait de reconnaître que la recherche fait partie intégrante de l'éducation au développement et qu'elle est participative en soi. Tous les intervenants peuvent participer aux recherches nécessaires: apprenants, éducateurs, planificateurs, administrateurs, spécialistes. La recherche participative doit ainsi devenir un système de débat et d'étude conçu et organisé pour fournir des bénéfices directs.

Les autres principes de la recherche participative sont les suivants: (a) faire participer la communauté ou la population, cette participation allant de la formulation des problèmes à la recherche de solutions par l'intermédiaire de discussions, en passant par l'interprétation de résultats; (b) être considérée comme une expérience éducative à part entière, servant à identifier les besoins de la communauté, à la sensibiliser davantage et à améliorer la communication en son sein; (c) être un dialogue permanent et non un exercice isolé; (d) être immédiatement profitable à une communauté et aux décideurs.

Formation à la recherche

Tous les éducateurs d'adultes devraient recevoir une formation théorique et pratique en recherche participative, et apprendre également des techniques complémentaires de recherche quantitative. Cette formation devrait de préférence se dérouler sur le terrain avec le soutien approprié d'institutions situées à proximité. Des manuels de formation et des matériels devraient être élaborés pour les recherches sociales donnant une nouvelle importance aux méthodes participatives. Il est nécessaire d'organiser des séminaires internationaux et régionaux pour évaluer et consolider les meilleurs usages de la recherche participative et approfondir l'échange d'informations et d'expériences.

Liens coopératifs

La capacité à se développer indépendamment est une approche fondamentale pour la recherche sur l'éducation des adultes, qui nécessite de vastes échanges internationaux et des projets d'aide mutuelle pour contribuer à la diversité et à l'efficacité de la recherche. Il conviendrait d'encourager non seulement les publications et la diffusion d'informations sur la recherche aux niveaux national et local, mais aussi les publications internationales annuelles ou bisannuelles sur la recherche.

Pour que les universités puissent contribuer efficacement à la recherche sur l'éducation des adultes, il est essentiel qu'elles multiplient leurs contacts avec d'autres institutions et intensifient leur participation aux processus d'éducation des adultes et à la définition des besoins des communautés nationales et locales.

Il est recommandé de créer des liens coopératifs plus solides entre la vulgarisation agricole et la recherche. Les chercheurs devraient se pencher sur des questions agricoles, sociales et économiques de base; effectuer des essais sur le terrain; être capables de recommander les technologies appropriées. De tels programmes de recherche devraient produire des résultats pertinents sur l'utilité de bonnes infrastructures économiques pour le développement rural, y compris en ce qui concerne la fixation des prix, le marketing et la distribution.

En raison des demandes légitimes concernant les ressources financières limitées, les projets de recherche, tout en étant considérés comme un investissement prioritaire, devraient être conçus à des frais minimaux et, là où c'est applicable, en collaboration avec d'autres organisations et personnels afin de renforcer et d'élargir l'éducation des adultes de manière aussi économique que possible.

Entre autres objectifs spécifiques de la recherche, on recommande qu'elle se focalise sur une meilleure compréhension des moyens traditionnels et populaires de communication et d'éducation informelle (y compris le théâtre, la danse, la musique, l'art), et sur la manière d'utiliser ces moyens pour stimuler et améliorer l'apprentissage et le développement participatif.

2. Recrutement et formation du personnel

II est nécessaire d'organiser des programmes de formation non seulement aux niveaux régional et national, mais aussi au niveau des territoires au sein des pays. Cette démarche exige la participation active de collèges et d'universités, ainsi que de ministères et d'organisations polyvalentes comme les syndicats. Nombre de personnels nécessitent une formation complémentaire, principalement chez les «cadres moyens» tels que

  • ceux en mesure de mener des programmes d'éducation et de formation pour d'autres cadres;

  • les organisateurs d'éducation et de formation des adultes dans tous les domaines, y compris l'alphabétisation, l'éducation ouvrière, le développement agricole et rural, et la formation continue des cadres et du personnel professionnel;

  • les planificateurs et décideurs dont les activités concernent l'éducation et la formation

  • les cadres responsables des «systèmes de fourniture» d'éducation dans des domaines tels que l'organisation de la santé, de l'alimentation, de la nutrition, du social et de la politique;

  • les producteurs et utilisateurs de programmes ayant recours à différents moyens: imprimés, oraux et visuels;

  • le personnel des bibliothèques, des musées et des galeries.

Centres régionaux de formation

Comme il l'a été signalé dans la partie consacrée aux organisations régionales, il existe un besoin immédiat de disposer d'équipements et de programmes de formation pour les pays qui ne sont pas encore en mesure de mettre sur pied les types de formations requises pour améliorer les capacités des éducateurs d'adultes à participer au processus de développement. Il est recommandé de créer des programmes de coopération entre les centres régionaux de formation pour que les régions s'assistent mutuellement là où il existe des liens aux niveaux de la culture, de l'idéologie, des langues, de la géographie, de la communication ou de l'économie.

  • Dans chaque région (Asie, Afrique, États arabes, Amérique latine), il faudrait créer au moins un centre de formation et de recherche dirigé par un personnel indigène avec le soutien de la coopération internationale.

  • La création de ces centres devrait se faire au fil des trois prochaines années, une fois les conditions requises réunies pour un travail efficace.

  • L'une des stratégies de ces centres devrait consister à disposer de moyens systématiques d'échange d'expériences entre les centres et d'évaluation des opérations et des résultats.

  • Ces centres devraient répondre aux besoins de formation des nombreux types de personnels listés ci-dessus et mettre à profit les expériences et services en matière de formation des gouvernements, des universités, des syndicats, des cadres et des médias.

  • Les organismes intergouvernementaux tels que la Banque mondiale et autres organisations capables de fournir une aide devraient être invités à soutenir les activités des centres, notamment dans leurs efforts à s'attaquer aux problèmes de développement.

  • Les institutions en mesure d'offrir des formations dans le domaine de l'éducation des adultes devraient prendre part aux activités des centres régionaux ainsi qu'à celles de coopération interrégionale.

  • La recherche participative devrait être un des volets de formation des séminaires régionaux prévus pour créer des capacités régionales de recherche destinées à aider l'éducation au développement.

  • Les centres devraient avoir recours aux services d'information existants et promouvoir le développement et l'échange de matériels en rapport avec les problèmes, cultures et langues régionaux.

Il est nécessaire de créer un projet de démonstration pour déterminer les types particuliers de formation et les rapports entre les thèmes et les disciplines; pour identifier la recherche; pour obtenir un soutien financier; pour inventorier les ressources régionales; pour recruter des personnels indigènes pour le corps enseignant.

Il conviendrait de coopérer dans les domaines de la formation et de la recherche avec l'université des Nations unies, l'International Congress of Univerity Adult Educators, l'organisation World Collège, la Fédération internationale des associations de bibliothèques et autres organisations intéressées.

Formation pour le développement rural

L'un des thèmes urgent de l'éducation des adultes aux niveaux national et régional est l'accroissement de la production des denrées alimentaires. La formation d'agents de terrain est essentielle pour mettre sur pied des programmes techniques ciblant les petits fermiers, les fermiers marginaux et ceux qui résident dans des régions sujettes à la sécheresse. De tels programmes aideraient les hommes et les femmes des campagnes à mettre en pratique des technologies et méthodes de gestion agricoles à petite échelle; à utiliser des engrais et pesticides; à profiter des réformes agricoles nécessaires.

Une telle formation au développement rural viserait à apprendre aux individus et aux communautés à compter sur eux-mêmes pour prendre en main leurs besoins. Cette démarche inclurait une formation dans les domaines de la petite industrie et dans l'industrie artisanale; la formation de jeunes chômeurs, notamment à un minimum de techniques de gestion leur donnant des possibilités de se mettre à leur compte; des programmes de formation en rapport direct avec la participation des femmes aux services de vulgarisation rurale et aux programmes de formation agricole.

Il est recommandé d'accorder une attention particulière à la formation des leaders ruraux choisis par leurs communautés pour devenir «techniciens» ou animateurs de villages et faire office de lien local avec les agents de vulgarisation ou les organisations. Il conviendrait que les centres régionaux proposent des formations de courte durée aux hommes et aux femmes des contrées désignées par les communautés dans des domaines tels que la puériculture, la nutrition, la santé, l'hygiène, la construction et l'acquisition de connaissances techniques.

Pour pouvoir développer une approche commune du développement rural, les agents de vulgarisation opérant dans différentes spécialités devraient se former avec du personnel agricole.

Contenus des formations

Toutes les formations, notamment celles destinées aux cadres moyens et à la direction administrative des services gouvernementaux, devraient dispenser des connaissances solides des techniques de communication et permettre aux apprenants d'acquérir une expérience pratique dans ce domaine. La formation devrait sensibiliser davantage les éducateurs d'adultes et les agents de terrain apparentés à eux aux problèmes des personnes moins privilégiées par un choix soigneux du personnel et des contenus et pratiques soulignant l'identification avec les facteurs humains de développement et une sensibilité à leur égard.

La formation des éducateurs, professionnels ou non, opérant dans des programmes d'alphabétisation devrait comprendre l'enseignement de techniques d'animation et de participation, et d'évaluation autocorrective. Elle devrait aussi aborder les connaissances administratives et les techniques de rédaction de rapports.

La formation devrait mettre l'accent sur l'échange d'expériences entre l'enseignant et «l'enseigné», et le développement de méthodes et activités participatives qui enseigneraient aux apprenants comment participer à la prise de décisions.

Recrutement et attitudes

Pour recruter et fournir le personnel d'organisation et d'enseignement nécessaire aux activités essentielles de développement, on attire l'attention sur les propositions suivantes:

  • mobiliser tout un ensemble de professionnels, paraprofessionnels et bénévoles opérant habituellement dans des ministères et organisations ne se consacrant pas en premier lieu à l'éducation;

  • avoir recours à des formations non formelles à court terme qui sont plus économiques, plus souples, répondent mieux aux besoins spécifiques et sont plus aptes à véhiculer de nouvelles idées et des pratiques novatrices;

  • mettre en place des programmes de collaboration interdépartementaux de façon à former des groupes hétérogènes et pluridisciplinaires à l'aspect éducatif de toutes les stratégies de développement;

  • encourager les éducateurs d'adultes à plein temps à accepter que d'autres professionnels puissent être mieux placés qu'eux pour identifier des activités et objectifs de développement clés et que, souvent, leur aspect éducatif - bien que ce ne soit pas indispensable-joue un rôle de soutien, voire un rôle déterminant.

3. Le contenu de l'éducation des adultes

L'agenda de l'éducation des adultes doit se modifier en fonction des changements de l'ordre du jour chez les hommes. Cet agenda comprend à présent des objectifs de développement intégré culturel, social et politique, et pas seulement des efforts pour améliorer la productivité économique.

Sans renier les intérêts des apprenants de l'éducation au développement, le Plan d'action se soucie tout d'abord des activités favorisant l'amélioration des performances sociales. Pour assurer que l'éducation soit utilisée dans un esprit de coopération, en tant que véhicule majeur du progrès, l'on exhorte les éducateurs d'adultes à coopérer avec d'autres organisations afin de définir le rôle et les contenus de l'éducation au développement, et de les promouvoir par l'intermédiaire des grands médias, de séminaires, d'ateliers, etc. aux niveaux national et local.

L'éventail des priorités

Quand les ressources sont maigres, force est de définir des priorités. L'éventail des priorités concernant l'éducation au développement comprend des mesures destinées à répondre aux besoins humains fondamentaux, à fournir des denrées alimentaires et à éliminer la pauvreté, à améliorer le développement humain et à réduire la survie marginale, à encourager les arts et l'expression culturelle, à maintenir et rétablir la qualité de l'environnement, et à promouvoir la coopération mondiale et la communauté des peuples.

Nul ne prétendrait qu'il puisse y avoir un accord parfait sur tous ces sujets. Néanmoins, ces soucis touchent la famille humaine, et il conviendrait de les examiner non seulement comme des problèmes, et des opportunités, concernant tous les hommes, mais aussi du point de vue plus restrictif d'associations nationales, régionales ou idéologiques.

Nouveau curriculum pour le développement

II incombe à présent aux éducateurs d'adultes, dans le cadre d'une contribution internationale, d'exprimer les priorités et impératifs de l'agenda mondial dans un nouveau «curriculum» pour le système d'éducation formel et non formel, pour l'éducation de tous les adultes sous des formes très variées et pour leur propre formation continue en tant qu'éducateurs d'adultes.

Il est recommandé que le Conseil international pour l'éducation des adultes crée une commission pour que ce nouveau curriculum identifie les forces et questions sociales, politiques et économiques cruciales pour le développement.

Compétences en matière de participation

II est impératif de se tourner vers un contenu mettant l'accent sur la participation au développement social, notamment de ceux qui ont été désavantagés et limités par la puissance aliénante de la pauvreté et de la maladie. Agrandir le cercle des participants intelligents, capables et responsables n'est pas un frein au progrès social, au contraire, une telle démarche le facilite.

Il est préconisé de mettre en œuvre des programmes éducatifs améliorant la capacité des individus à participer efficacement à la vie de leurs communautés et de leurs nations. Si nous reconnaissons que la participation est une méthode et une compétence pouvant s'acquérir, le contenu de l'éducation pourra accorder un rôle majeur aux activités qui donnent aux gens les outils et les moyens d'apprendre à participer.

Interprétation des problèmes mondiaux

Les recommandations soulignent la nécessité d'une éducation au développement sensibilisant davantage les gens à l'interdépendance des problèmes mondiaux et promouvant l'action des gouvernements, des groupes et des individus.

Dans les chapitres précédents du Plan d'action, il a été noté que le rôle de l'éducation des adultes dans et pour les besoins en matière de développement devait être expliqué efficacement aux gouvernements, aux enseignants, aux étudiants et au grand public. Des matériels, ayant recours à différents moyens, pourraient stimuler le dialogue sur les relations entre les objectifs nationaux de développement et les impératifs de l'alimentation, de la santé, de l'expression culturelle, du manque de ressources, de l'environnement, de l'apprentissage tout au long de la vie, de l'autodétermination et des implications du nouvel ordre économique international. Des programmes d'interprétation et d'étude du rôle de l'éducation des adultes pourraient être mis sur pied par des organisations nationales et régionales qui recevraient pour cela un soutien financier, et, là où c'est possible, par des organisations intergouvernementales.

Conformément à ce qui a été exposé ci-dessus, il est recommandé que l'éducation des adultes travaille plus étroitement avec des spécialistes du développement issus d'autres disciplines de manière à les sensibiliser davantage aux questions du développement et à permettre à d'autres spécialistes d'apprécier ce à quoi contribue l'éducation des adultes. De la sorte, ces deux groupes pourront ensemble élaborer et mettre en œuvre des programmes d'éducation au développement plus complets et mieux intégrés.

Éducation à l'écodéveloppement

L'écodéveloppement est une forme de développement qui prend en compte la protection de l'environnement et l'amélioration des systèmes écologiques. La destruction de la nature constitue une menace pour la survie de l'humanité. La communauté de l'éducation des adultes doit répondre à cette crise en acceptant d'assumer la responsabilité d'un programme d'action sensibilisant le public à la réalité des questions écologiques et à l'épuisement des ressources mondiales qui va s'accélérant.

Il y a une nécessité de faciliter l'échange d'idées, d'approches et de programmes, entre autres par les moyens suivants:

  • recueillir et échanger des informations sur l'éducation à l'environnement, par exemple sur les programmes de l'UNESCO/du PNUE et de la charte de Belgrade sur l'éducation à l'environnement

  • assister les éducateurs d'adultes dans le développement et la mise en place de programmes en rapport avec l'éducation à l'environnement;

  • coopérer et collaborer avec les volets d'éducation des adultes et de développement des projets pilotes de l'UNESCO/du PNUE sur l'écodéveloppement en Tanzanie, dans le bassin fluvial du Sénégal, au Koweït, dans l'Adriatique, en Inde et en Colombie;

  • créer un programme permanent de réunions internationales et régionales pour mobiliser les expériences, les ressources et les programmes d'écodéveloppement dans le domaine de l'éducation des adultes.

Développement culturel

La contribution de l'éducation des adultes au développement endogène consiste à promouvoir, conserver et utiliser les cultures locales et indigènes comme contenus et curriculums de ses programmes. Redynamiser les valeurs et systèmes traditionnels n'est pas un pas en arrière, c'est plutôt une manière d'assurer que les nouvelles politiques de développement reposent humainement sur des formes culturelles riches et authentiques. En promouvant les connaissances et l'appréciation de l'histoire, des cultures traditionnelles et des valeurs artistiques de la société, l'éducation des adultes devrait aussi veiller à ce que les gens soient encouragés à exprimer leurs facultés créatrices pour permettre l'existence d'une culture populaire florissante.

Le respect et la compréhension de la diversité des coutumes, des cultures et des langues au sein des nations et régions - et dans le monde entier - sont essentiels pour la coopération et la paix, et pour que nous apprenions les uns des autres. Les sous-groupes d'une société devraient avoir la possibilité de s'exprimer librement, de s'éduquer eux et leurs enfants dans leur langue maternelle, de développer leurs propres formes de culture et d'apprendre d'autres langues que leur langue maternelle.

Il est nécessaire que la redynamisât ion de centres culturels tes que les musées se fasse sous la direction de l'éducation des adultes de manière à ce qu'ils deviennent des centres d'éducation communautaire encourageant les formes populaires d'expression culturelle tout en transmettant la vie et les créations du passé.

4. Besoins éducatifs de groupes particuliers

Eu égard à l'importance de l'éducation au développement pour sensibiliser les membres de la société aux questions de la formation permanente et de la conscience sociale, il faut exhorter les éducateurs d'adultes à répondre aux besoins de certains groupes en matière d'éducation. Ces besoins sont entre autres les suivants:

  • fournir prioritairement un soutien financier et administratif aux programmes pour la jeunesse, tant dans les zones urbaines que rurales pour développer des compétences et activités de leadership responsable, stimulant l'intérêt pour la vie culturelle de la société et les questions sociales et économiques, et donnant aux jeunes qui servent les autres un sentiment de valeur personnelle;

  • un rapport de coopération avec le système scolaire est vital pour offrir aux membres de la communauté, tant aux parents qu'aux enfants, des possibilités de s'éduquer;

  • le contact permanent avec des administrateurs et des enseignants du système formel d'éducation peut permettre de participer à l'élaboration de curriculums et de méthodes et techniques d'enseignement stimulant l'apprentissage en ce qui concerne l'éducation au développement;

  • les pratiques et attitudes traditionnelles à l'égard des femmes doivent changer grâce à des mesures d'éducation destinées, dans de nombreuses circonstances, aux hommes. Étant donné que la population se compose majoritairement de femmes et que c'est chez elles que l'on trouve le taux d'analphabétisme le plus élevé, il est essentiel de leur faire prendre conscience de leur propre situation et du rôle social et économique déterminant qu'elles peuvent jouer;

  • les organisations d'éducation des adultes devraient prêter attention aux problèmes éducatifs ou autres des travailleurs immigrés et des immigrants dans leurs pays. Il conviendrait de ne pas se borner à répondre à leurs besoins immédiats en leur offrant uniquement des cours de langues, des formations professionnelles et en scolarisant leurs enfants. Il faudrait aller au-delà en les invitant à participer et à contribuer aux activités générales d'éducation des adultes;

  • les éducateurs d'adultes devraient s'informer davantage sur les conséquences de l'urbanisation sur leur travail et notamment sur le rôle que joue l'éducation des adultes pour aider les populations urbaines à participer à la planification et au gouvernement des villes;

  • dans certaines nations, on rencontre une grande diversité culturelle et linguistique; ces pays doivent réussir à concilier leurs besoins en matière de développement et la préservation de leur richesse culturelle. Le rôle des cultures traditionnelles, et des traditions culturelles des immigrés, doit être interprété dans le cadre de ce contexte de développement;

  • les ouvriers, les spécialistes, les paysans, les spécialistes des médias, les syndicats et les employeurs ont besoin d'être guidés et stimulés pour apprendre à apprécier leur rôle et leurs responsabilités au sujet des impératifs liés aux questions de développement national et international;

  • l'éducation au développement rural devrait mettre l'accent pour les fermiers sur l'importance de la préservation de l'environnement, de la terre et de l'eau par exemple, et sur son rôle direct dans le développement immédiat et futur.

5. Médias et communication

La réalisation des objectifs de l'éducation des adultes au développement dépend de l'éducation, de la participation, de l'évolution et des changements des individus et des sociétés qui, à leur tour, sont tributaires de l'information et de la communication dans les deux sens entre les individus, les groupes, les gouvernements et les politiques. D'une certaine manière, l'éducation, sous quelque forme que ce soit, communique des informations et des connaissances, et elle dépend de l'accès et de la participation à un tel processus de communication.

Certaines recommandations faites à la conférence de Dar es-Salaam renvoient à deux formes de communication: premièrement, l'utilisation de la radio et télédiffusion, de la presse et de la communication en face-à-face pour des programmes spécifiques d'éducation des adultes, et deuxièmement, le recours à des réseaux d'information pour que les éducateurs puissent eux-mêmes communiquer entre eux.

Politique de communication

L'accent mis dans toutes les recommandations du Plan d'action sur la participation et la libération pousse à proposer que l'on se penche sérieusement sur le contrôle de la radio et télédiffusion, sur la presse et sur les prérequis pour l'utilisation des médias dans le cadre d'un développement axé sur l'homme, par exemple en ce qui concerne la liberté d'expression et le droit à participer et à réagir.

Les organisations internationales et nationales doivent réaliser que combiner l'apprentissage en groupe avec l'utilisation de la radio et télédiffusion, et de matériels imprimés peut davantage permettre de sensibiliser le public aux questions de développement. Par conséquent, il faudrait appuyer des projets de ce type, notamment quand ils ont recours à une technologie aussi peu coûteuse que la radio.

Questions aux grands médias

II est recommandé que le Conseil international pour l'éducation des adultes examine les questions liées au contrôle de la radio et télédiffusion, et qu'il se penche également sur les types de structures permettant d'harmoniser les intérêts du public et des gouvernements.

Certains aspects des recommandations sont formulés sous forme de questions: les médias sont-ils vraiment au service des programmes de développement? La radiodiffusion est-elle vraiment axée sur les problèmes et situations des gens des campagnes alors que la plupart des personnels des chaînes ont une orientation urbaine et ont été formés à l'étranger? Les campagnes de masse s'engagent-elles vraiment à faire usage de toutes les formes de communication pour que la participation, la communication et l'évaluation aille dans les deux sens ou se contentent-elles purement et simplement de passer «le message aux masses, du haut vers le bas»?

Les recommandations énoncent qu'il faut sérieusement examiner ce type de questions au niveau national et qu'il est nécessaire de coordonner l'usage des moyens de communication chez les acteurs du développement. Elles proposent l'organisation d'ateliers nationaux pour que les planificateurs du développement, les politiques, les éducateurs et les communicateurs promeuvent et élaborent un système d'intégration plus fonctionnel de la communication, de l'éducation et de la recherche.

Étant donné qu'actuellement, les organismes nationaux des grands médias ne couvrent pas les questions de développement de manière adéquate, il conviendrait que les éducateurs d'adultes exercent des pressions pour que les sujets nationaux et internationaux soient davantage et mieux couverts.

Action nationale et internationale

Observant que l'utilisation intégrée des médias éducatifs pour le développement s'est avérée très efficace et qu'elle a permis à un grand nombre de gens d'accéder à l'éducation, alors qu'ils n'avaient à leur disposition que peu, voire pas d'équipements éducatifs, il est recommandé aux gouvernements et aux organisations internationales de soutenir les projets éducatifs de développement humain ayant recours à la radio et télédiffusion, aux matériels imprimés et à l'enseignement en face-à-face.

Afin de réussir à mettre en place des programmes éducatifs plus efficaces diffusés par les médias, il faut exhorter les gouvernements et les organisations d'éducation des adultes à fournir leur soutien et à participer aux structures et politiques assurant une coordination adéquate entre l'éducation des adultes et les organisations de vulgarisation, y compris celles dirigées par des gouvernements, des universités ou des organismes à but non lucratif.

Étant donné que les projets éducatifs des médias courent le risque d'être exploités pour apaiser les pauvres et pour creuser le fossé qui sépare les plus privilégiés des plus défavorisés, il est recommandé que les médias aient recours à des techniques et méthodes qui non seulement permettent aux individus de prendre collectivement conscience de leur situation actuelle et des changements qui peuvent y être apportés, mais soulignent aussi la valeur de la participation, de l'initiative et de l'action.

Il est essentiel que les éducateurs d'adultes - et pas seulement le personnel technique - participe à la recherche sur les implications de l'usage des satellites de communication pour l'éducation et des technologies dérivées pour les régions sous-développées du monde.

Besoins de formation dans les médias

Pour que la radio et télédiffusion, et la presse soit utilisés efficacement et de manière appropriée, il est d'abord indispensable que les pays s'engagent à offrir une formation professionnelle à des métiers spécifiques: rédacteur, producteur, animateur, éditeur, imprimeur et personnel technique et d'entretien. Il est également urgent de former des agents de terrain de manière à ce qu'ils sachent utiliser les médias et soient capables de diriger des groupes.

La nécessité de disposer de services professionnels de production dans les médias pour intégrer des éléments comme le matériel technique, les matériels produits, leur utilisation et leur distribution, dicte la nécessité d'organiser des cours et ateliers permanents aux niveaux national et régional pour les éducateurs d'adultes et le personnel de communication. Comme l'indique la recommandation suivante, il est nécessaire d'inclure un volet sur le fonctionnement de ces éléments dans la formation générale des administrateurs, des chercheurs et des éducateurs.

Il faudrait utiliser les grands médias, y compris les journaux, la radio et la télévision, pour favoriser la poursuite des buts et objectifs des programmes d'alphabétisation. Par leur intermédiaire, on pourrait par exemple encourager les gens à participer et entretenir leur motivation, et aider les éducateurs et les chefs de groupes dans leur contexte éducatif. Le renforcement des connaissances et compétences exige une étude et une évaluation plus concentrées du rôle des différentes technologies éducatives, de la publication d'ouvrages pour adultes destinés aux néoalphabètes et des bibliothèques communales fixes ou itinérantes.

Culture populaire et développement

Les modes traditionnels et populaires de transmission des valeurs et aspirations culturelles forment un réseau de «moyens de communication populaires», par exemple les chansons, les danses, les festivals, le théâtre, etc., pouvant servir à véhiculer de nouvelles idées sans déformer leur authenticité. On peut les combiner avec des moyens de communication électroniques et des matériels imprimés pour inciter les gens à apprendre et comprendre la raison du changement social. Les expressions traditionnelles de la culture montent aussi les différentes manières d'apprendre dans le contexte d'une culture orale et comment l'on peut adapter ces méthodes dans les domaines de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle.

Communication entre éducateurs d'adultes

La participation des éducateurs d'adultes à leur propre formation continue et à leur évolution professionnelle est une nécessité rappelée dans les recommandations faites à l'occasion de réunions nationales, régionales et internationales. Étant donné que les politiques des gouvernements et des organisations internationales n'ont jusqu'à présent pas largement reconnu que l'éducation des adultes était un outil cohérent et une ressource pour le développement, le financement des échanges nécessaires d'informations, de documents et de publications, de réunions en face-à-face et de visites entre les pays a été minimal.

La nature pluridisciplinaire de l'éducation, qui couvre presque tous les aspects de l'activité humaine, trouve son expression dans les recommandations ayant trait à des informations plus spécifiques et à leur diffusion. Ces informations se rapportent à des questions concernant le développement et à des projets et innovations liés à la recherche, à la santé, au développement rural, à l'éducation à l'environnement, aux médias, à la pédagogie, aux théories de l'apprentissage, aux programmes de formation, etc. Nombre de recommandations sont focalisées sur l'intérêt et la nécessité d'apprendre d'autres pays par l'intermédiaire de publications, de bulletins, de rapports de recherche disponibles à bon marché et de revues «à la pointe du progrès».

Il est aussi recommandé d'organiser des séminaires opérationnels pour que les spécialistes nationaux et internationaux puissent se pencher sur les exigences d'un projet donné. Certaines recommandations préconisent l'organisation de conférences et de séminaires aux niveaux local, régional, national et international pour les praticiens du développement dans le but

  • d'identifier les problèmes pratiques auxquels ils sont confrontés;

  • de définir les caractéristiques du processus d'aide au développement;

  • de formuler des hypothèses pour trouver des solutions à leurs problèmes et leur permettre de mieux maîtriser les différents rôles que leur travail exige qu'ils remplissent.

Pour faciliter la compréhension entre les cultures et les efforts de collaboration dans le développement de l'éducation, il est recommandé aux gouvernements, aux associations nationales et régionales, aux ONG et aux organisations internationales d'encourager activement et de financer

  • des échanges d'informations plus efficaces aux niveaux régional et international sur la recherche, les innovations et les programmes cheur liés à l'éducation des adultes;

  • des échanges régionaux de praticiens, de planificateurs, de chercheurs et d'éducateurs d'adultes;

  • de vastes réseaux régionaux d'éducation des adultes pour la planification et le développement.

Un engagement

Au terme de la conférence de Dar es-Salaam, son président Malcolm Adiseshiah s'est directement exprimé sur l'engagement nécessaire pour garantir que les recommandations se traduisent par une action.

J'appelle chacun de nous à s'engager à agir pour faire de l'éducation des adultes un outil à part entière du type de développement - la libération de l'homme - auquel nous avons promis de nous vouer pour le reste de la seconde Décennie du développement. Les sources nourricières de cette promesse sont notre propre volonté, et au-delà de la volonté individuelle de chacun de nous de se mettre au service de cette tâche, la communauté de l'éducation des adultes à laquelle nous appartenons tous.

Dans l'esprit de cette promesse et dans le souci du fait qu'il ne reste plus que quatre ans d'ici la fin de la seconde Décennie du développement, la dernière déclaration recommande

  • que le Plan d'action soit placé à l'ordre du jour de tous les organismes internationaux, régionaux et nationaux, et de toutes les institutions pour qu'ils l'examinent;

  • que tous les organismes et organisations soient encouragés à intervenir pour prendre les mesures les mieux adaptées;

  • que, en plus des rapports que l'UNESCO exige de chaque pays au sujet des progrès de la mise en œuvre de la Recommandation sur le développement de l'éducation des adultes, les progrès effectués soient surveillés chaque année par des organisations nationales et régionales en ce qui concerne les mesures prises au sujet de toutes les recommandations s'y appliquant;

  • que des ressources financières soient affectées et utilisées aux niveaux régional et international pour l'évaluation, le perfectionnement et l'amélioration des objectifs de l'action dans le domaine de l'éducation des adultes;

  • qu'avant 1980, des réunions régionales et internationales soient organisées pour évaluer les résultats de la mise en œuvre du Plan d'action et pour planifier les mesures à prendre à l'avenir.