x

Chère Lectrice, cher Lecteur,

Nous procédons actuellement à une évaluation de notre revue Éducation des adultes et développement. Les résultats nous aideront à améliorer la revue. Nous vous prions de bien vouloir apporter votre soutien à notre revue en remplissant notre questionnaire en ligne, ce qui vous prendra environ un quart d’heure.

Le questionnaire en ligne

Ján Figel

Ján Figel, commissaire européen chargé de l'éducation, de la formation et du multilinguisme souligne, lui aussi, que la formation initiale et la formation continue constituent l'un des investissements les plus importants pour l'avenir de l'Europe si nous voulons maintenir les niveaux économiques et sociaux de sa population.

Apprentissage tout au long de la vie, éducation des adultes et réalisation des objectifs de Lisbonne

Je suis enchanté de me trouver parmi vous et d'avoir l'occasion de contribuer à la douzième Conférence allemande sur l'éducation des adultes.

Les défis

L'Europe d'aujourd'hui se voit confrontée à des défis majeurs: il y a les effets de la mondialisation avec l'émergence de pays fraîchement industrialisés et hautement compétitifs, les tendances de l'évolution démographique avec une population vieillissante et un besoin croissant de travailleurs étrangers, et enfin, la nature de nos marchés du travail qui change en partie du fait des progrès techniques rapides.

Le défi cité en dernier indique l'émergence d'une économie et d'une société reposant sur le savoir, ce qui rend la formation et l'éducation plus importantes que jamais. Les Européens doivent non seulement actualiser leurs compétences, mais aussi en acquérir de nouvelles. Ils doivent le faire non seulement pour vivre et prospérer dans notre société moderne, mais aussi pour leur satisfaction personnelle.

Où en sommes-nous actuellement à cet égard? La situation n'est pas rassurante. Permettez-moi ici d'énoncer quelques chiffres: actuellement jusqu'à près de soixante-quinze millions d'Européens - soit approximativement trente pour cent de la main-d'œuvre - sont peu qualifiés. Par contraste, des estimations montrent que d'ici 2010, seulement quinze pour cent des emplois seront destinés à des gens disposant au plus d'un niveau scolaire élémentaire. Si l'Europe veut assurer la stabilité de son modèle social, nous devons entreprendre de plus grands efforts pour améliorer les systèmes d'éducation et de formation. Si nous voulons sérieusement faire de l'apprentissage tout au long de la vie une réalité, nous devons investir plus dans nos ressources humaines.

Il semble que la volonté politique soit là: le programme d'apprentissage tout au long de la vie, les critères et stratégies adoptés en 2006 au niveau européen montrent qu'une culture de l'apprentissage tout au long de la vie prend forme. Les dirigeants nationaux de l'Union ont confirmé lors de la dernière réunion du Conseil de l'Europe que «l'éducation et la formation sont des facteurs critiques pour le développement du potentiel de compétitivité à long terme de l'UE ainsi que pour sa cohésion sociale».

Ils ont également ajouté que «tes sommes engagées dans l'éducation et la formation fournissent des retours sur l'investissement dépassant nettement les coûts.»

Il s'agit ici d'importantes déclarations, et j'espère que ces paroles se concrétiseront par des actes car - comme vous le savez - les politiques de l'éducation et de la formation sont en grande partie l'affaire des pays.

Je souhaite souligner qu'il est reconnu qu'investir dans l'éducation est une sage décision qui apporte un double retour sur l'investissement:

  • premièrement, au niveau économique car une main-d'œuvre édu-quée et formée renforce le potentiel européen en matière d'excellence, d'innovation et de compétitivité, et
  • deuxièmement, au niveau social car cet investissement crée les conditions nécessaires à l'égalité des chances et à la participation sociale.

Ce qu'il faut faire: promouvoir l'éducation, y compris celle des adultes

Les chiffres que je viens d'énoncer sont plutôt sombres, mais il y a tout de même de bonnes nouvelles. L'action engagée aux niveaux des pays et de l'Europe commence à porter ses fruits.

Ces cinq dernières années, les États membres ont intensément travaillé, conjointement avec la Commission et les partenaires sociaux, pour réformer leurs systèmes d'éducation et de formation.

Ils se sont mis d'accord sur le choix de critères européens servant à mesurer les progrès et se sont engagés dans un processus structuré reposant sur les enseignements tirés de l'expérience et des meilleures pratiques dans toute l'Europe.

Depuis 2000, l'Europe a réalisé des progrès considérables. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire. Permettez-moi de vous présenter un certain nombre de chiffres par rapport aux critères définis.

Il faut poursuivre les efforts pour remplir les engagements pris! (75 millions de personnes peu qualifiées)

Critère 2000 Aujourd'hui (2005) Critère (2010)
1. Abandons précoces de la scolarité (%) 17,3 14,9 10
2. Diplômés en MST (mathématiques, sciences et techniques) 650 000 755 00 750 000 (+15%)
3. Niveau d'éducation des jeunes (jusqu'au sec. en %) 76,4 77,3 8–
4. Jeunes de 15 ans, faible niveau, lecture, % 19,4 10,8 - 20 % (15,5)
5. Participation à l'éducation tout au long de la vie, adultes en % 7,9 10,8 12,5

Comme vous pouvez le voir, l'évolution n'est pas particulièrement positive, en particulier dans le domaine de l'éducation des adultes. Le faible pourcentage de participation des adultes à des activités d'éducation formelle et non formelle est alarmant: environ dix pour cent de la population active entre 25 et 64 ans.

À l'évidence, il reste encore beaucoup à faire si nous voulons remplir d'ici 2010 le critère de 12,5 pour cent (en lui-même déjà peu élevé...) fixé par l'UE.

Ce chiffre est seulement dépassé actuellement dans six pays de l'UE. En Allemagne, le pourcentage s'élève à six pour cent, et il est de cinq pour cent, voire moins, dans nombre d'autres pays.

L'accès à l'éducation reste difficile pour les adultes peu instruits, les personnes âgées et celles en activité dans des PME.

Les obstacles sont principalement dus au manque de financement, de temps et de motivation. Le faible taux de participation résulte aussi de la mauvaise qualité des offres et de l'absence de cours bien conçus, faits pour répondre aux besoins des adultes.

L'éducation des adultes doit conquérir le calendrier politique de tous les États membres. J'appelle à prendre des mesures concrètes concernant les points clés suivants:

  • amélioration de l'accès et accroissement de la participation;
  • amélioration de la qualité et des résultats de l'éducation des adultes;
  • amélioration de la cohérence des politiques et systèmes.

En ce qui concerne le premier point, l'amélioration de l'accès et l'accroissement de la participation: il convient d'éliminer les obstacles à la participation. En fait, les adultes ont besoin d'être motivés et soutenus pour rester dans le circuit de l'éducation ou y retourner.

Cela signifie par exemple qu'il faut améliorer les résultats économiques, sociaux et personnels en reconnaissant mieux les acquis antérieurs et les résultats de l'apprentissage.

Il faudrait aussi rapprocher l'éducation des apprenants. J'entends par là qu'il faille mettre à leur disposition des centres locaux d'enseignement ouvert et de meilleurs systèmes d'éducation à distance.

Il faut ensuite tenir compte du financement, un aspect toujours essentiel. Les fonds publics seront toujours nécessaires pour garantir une infrastructure durable d'éducation des adultes formelle et non formelle, et pour subvenir aux besoins de ceux risquant le plus d'être exclus.

Le second point énuméré concerne la qualité et les résultats de l'éducation des adultes. Les améliorer est un objectif en soi et contribue de manière essentielle à accroître la motivation et la participation.

Créer un bon système pour garantir la qualité sera primordial, les enseignants devant toutefois rester le vecteur essentiel de l'éducation.

Nous devrions nous concentrer sur les enseignants: améliorer leur niveau de formation initial, promouvoir leur évolution professionnelle et leur donner plus de prestige au sein de la société. Il faudrait faire savoir aux enseignants à quel point ils comptent pour nous.

Enfin, il faudrait faire plus d'efforts pour améliorer les systèmes et politiques de l'éducation. Comme vous le savez, l'éducation des adultes est un univers complexe que l'on pourrait tant décrire comme une «riche mosaïque» que comme un «salmigondis».

Il faut reconnaître la complexité de l'éducation des adultes pour répondre aux différents besoins.

La politique étant fragmentée entre de nombreux acteurs divers, je pense qu'une plus grande cohérence et une meilleure coordination s'imposent; il ne faut toutefois pas pour cela ignorer les besoins spécifiques et locaux.

Tels sont les principales questions sur lesquelles je souhaite attirer l'attention des politiques et autres dépositaires d'enjeux.

Pour cela, la Commission européenne prépare actuellement une communication sur l'éducation des adultes qui paraîtra dans le courant du second semestre de cette année.

J'espère qu'elle favorisera l'engagement d'un vaste débat dans toute l'Europe et que celui-ci produira des choses concrètes pour faire avancer la situation.

Toutefois, la Commission a aussi pour mission d'aider à mettre des mesures politiques en place dans la pratique.

Nous continuerons à financer des initiatives lancées sur le terrain par des organisations d'éducation des adultes.

Ces fonds seront principalement distribués par Grundtvig, le programme sectoriel faisant partie du nouveau Programme intégré d'éducation tout au long de la vie dont madame Doris Pack, présente aujourd'hui parmi nous, est rapporteur auprès du parlement européen.

Conclusions

Je résumerais en disant que la formation initiale et la formation continue constituent un investissement intelligent dans l'avenir. Elles sont un investissement dans l'avenir de nos citoyens et dans l'avenir de notre économie et de nos sociétés. Nous sommes tous d'accord sur le fait qu'il est temps de passer des paroles aux actes et cela, à tous les niveaux: européen, national, régional et local.

La dignité humaine est la valeur dont nous considérons tous qu'elle est la plus importante. «Être» est par conséquent toujours plus important qu'«avoir». Dans la culture de l'apprentissage tout au long de la vie, c'est toutefois «le savoir» qui prime.

Douze étoiles figurent sur le drapeau européen et le nombre douze est celui de la perfection. Je vous souhaite à tous que la douzième édition de cette conférence constitue un pas important pour la stratégie du système et de la culture de l'apprentissage tout au long de la vie en Allemagne, en Europe et dans le monde entier.