Annette Schavan

Le Dr Annette Schavan, ministre allemande de l'Éducation et de la Recherche, était également présente à la Conférence allemande sur l'éducation des adultes. Dans son discours, elle a insisté sur l'importance de l'apprentissage tout au long de la vie dans tous les domaines de la vie des citoyens et sur le rôle des universités populaires dans ce processus.

Perspectives de l'éducation pour l'Allemagne - les universités populaires en tant que partenaires

«L'ordinateur, l'informatique, Internet» et «les connaissances en langues» sont les principaux domaines dans lesquels les gens souhaitent se perfectionner. Parler une langue étrangère et se servir avec aisance d'un ordinateur sont sans conteste des compétences de plus en plus essentielles dans un environnement mondialisé. Pour aller avec le progrès, il faut être disposé à compléter sa formation.

  • Néanmoins, les gens ne portent pas tous le même intérêt à l'éducation: alors que dans la catégorie des 50-64 ans seulement à peine une personne sur trois (trente et un pour cent) prend part à des activités de formation, le taux de participation des 19-34 ans et des 35-49 ans s'élève respectivement à quarante-six pour cent.

  • Ceux qui ont osé franchir ce pas sont en même temps convaincus de sa nécessité: pour quatre-vingt-quatorze pour cent de ces apprenants, chacun devrait être prêt à suivre des cours de formation continue.

  • Quatre-vingt-douze pour cent pensent qu'il faut suivre des cours de formation continue pour réussir sa carrière, qu'il faut combler les lacunes en matière de qualifications par un apprentissage tout au long de la vie.

  • C'est seulement ainsi que nous pouvons contribuer à aider une grande partie des quelque neuf pour cent parmi les 15-65 ans au chômage à avoir une chance réelle de trouver du travail.

L'éducation n'est plus une activité limitée à une phase particulière de la vie, c'est un processus qui se déroule tout au long de l'existence. Aujourd'hui, plus que jamais, force est de constater que l'éducation est une des ressources principales ouvrant des possibilités dans la vie. L'éducation des adultes est ici l'expression clé. Elle ne se rapporte pas uniquement aux personnes en activité et qui doivent se perfectionner sans cesse pour répondre aux nouvelles exigences apparaissant constamment. L'éducation des adultes améliore la qualité de la vie et donne aussi une seconde chance à ceux qui, quelles qu'en en soient les raisons, ont laissé passer l'occasion de se préparer suffisamment à leur vie professionnelle.

En 2003, quatre-vingt-trois pour cent des 25-64 ans disposaient d'une qualification de fin d'études (Sekundarabschluss II). Parmi les personnes d'origine étrangère, à peine plus de la moitié avait ce niveau. L'Allemagne se situe par conséquent loin au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE (soixante-six pour cent). Toutefois, nous ne devons pas nous satisfaire de ces résultats. Il faut aussi donner plus tard une chance à ceux qui ne sont pas allés jusqu'au bout de leur formation afin de leur permettre de vivre de façon autonome.

Il ne faut pas non plus minimiser le problème des gens qui, dans notre pays, ne savent pas suffisamment bien lire, ni écrire, ni compter. L'association fédérale Bundesverband Alphabetisierung e. V. suppose qu'environ quatre millions de personnes disposent de connaissances «insuffisantes» dans le domaine de l'écrit. Chaque année, quelque vingt mille personnes suivent des cours d'alphabétisation dans les universités populaires.

Rien que ces chiffres montrent l'étendue de la mission à remplir par les prestataires d'éducation tels que les universités populaires dans notre pays.

L'éducation, en particulier la formation continue, est une mission tant personnelle que sociale. Il est d'ailleurs nécessaire qu'il en soit ainsi: le pourcentage des personnes ne prenant aucune part à des activités de formation continue s'élève en effet tout de même à cinquante pour cent.1 Dans les groupes «éloignés de l'éducation», ce chiffre est nettement plus élevé, une situation se caractérisant de manière significative par le niveau d'instruction et les revenus peu élevés des gens, et le fait que, d'une manière générale, ils se montrent peu enclins à investir dans leur propre éducation. Nous devons par conséquent ouvrir des possibilités pour que les gens puissent compléter leur formation plus facilement. Il nous faut des programmes accessibles et abordables pour tout le monde. En outre, nous devons trouver des moyens de motiver aussi ceux qui ne se forment toujours pas de manière ciblée.

I.

Les universités populaires sont en Allemagne l'institution de formation continue la plus grande et la plus importante. En 2004, 9,2 millions de personnes ont suivi des cours proposés par les quelque mille universités populaires. Ces établissements présentent ici deux grands avantages: outre par la qualité et l'éclectisme de l'offre, ils convainquent par-dessus tout par leur origine locale et régionale, et notamment par le fait qu'ils sont accessibles à tous et offrent en même temps aux adultes une possibilité abordable de s'instruire.

Les universités populaires proposent à vaste échelle leur large éventail de programmes de formation continue générale. Toutefois, elles axent de plus en plus aussi leurs activités sur le monde du travail et la formation continue professionnelle. Plus encore que par le passé, l'éducation est aujourd'hui non seulement décisive pour l'avenir des individus, mais aussi pour celui de toute la société. L'éducation ouvre l'accès au savoir. L'éducation nous permet de nous orienter dans un monde de plus en plus complexe. L'éducation est pour chacun de nous la clé de la personnalité, de la participation sociale et du marché de l'emploi. L'éducation est par conséquent aussi un outil du social, une condition pour instaurer la tolérance, la solidarité et l'engagement social, et de ce fait aussi une base et en même temps un bien précieux de la démocratie.

Les universités populaires ne sont pas uniquement des lieux de transmission du savoir et de développement de compétences, ce sont aussi des lieux de communication, de participation sociale et d'intégration. Ayant une responsabilité communale particulière, les universités populaires jouent aujourd'hui de plus en plus un rôle d'intermédiaires dans la région. Elles organisent en outre des tables rondes, soutiennent l'engagement dans la société civile et deviennent des points de jonction décisifs du réseau de la formation continue. Cette évolution se répercute maintenant aussi au niveau européen. Notons d'ailleurs ici aussi que c'est notamment grâce à votre initiative en tant que présidente de la Confédération allemande de l'éducation des adultes, chère Madame Süssmuth, si la grande importance et la dimension européenne de l'éducation des adultes ont trouvé voici dix ans un moyen d'expression adéquat grâce au programme Grundtvig, action de soutien de l'UE.

Je me réjouis particulièrement dans ce contexte, que l'Allemagne, dans le cadre de sa présidence au Conseil de l'UE en 2007, puisse démarrer le «Programme d'action pour la promotion de l'apprentissage tout au long de la vie» par une grande conférence européenne. Ce programme poursuit en les réunissant des programmes spécialisés de l'Union européenne qui ont déjà fait leurs preuves. Ceci marque un tournant essentiel - également en ce qui concerne l'objectif national de politique de l'éducation qui vise à réaliser l'idée d'apprentissage tout au long de la vie.

II.

Dans tous les domaines de la vie et du travail, les gens se voient aujourd'hui confrontés à de grands changements. Leur avenir dépend de leur capacité à répondre aux nouvelles exigences de plus en plus hautes qui apparaissent constamment, ce qui est une grande chance pour le progrès personnel, social et économique. Ceci comporte toutefois un risque: les gens qui ne participent pas au processus de formation continue durant toute leur existence se retrouvent coupés et exclus de ce progrès, ce qui peut se résumer par une formule: sans apprentissage tout au long de la vie, pas de travail tout au long de la vie. L'apprentissage au fil de l'existence est décisif pour l'avenir, ce qui est impensable sans système de formation continue fonctionnant correctement.

Les marges de manœuvre pour l'apprentissage tout au long de la vie et la formation continue sont encore loin d'être évaluées. Pour élaborer un nouveau concept général cohérent, nous devons d'abord nous demander s'il faut mettre sur pied une stratégie d'éducation et comment faire pour qu'elle réponde encore exactement aux modes de vie, de travail et d'apprentissage des gens en 2020.

Les parcours, tant en ce qui concerne l'existence que l'éducation, sont aujourd'hui déjà de moins en moins rectilignes. Il est désormais tout aussi courant de changer d'emploi que d'apprendre un second métier. Les questions cruciales auxquelles il nous faut répondre se situent au niveau des jonctions et des transitions entre les domaines d'éducation et au niveau de la souplesse des filières d'éducation. Pour porter ses fruits, la politique de l'éducation devra fournir un encadrement professionnel à l'apprentissage au fil de l'existence. Cette démarche devra être axée sur la situation particulière de chaque individu tant dans la vie qu'en ce qui concerne le travail et l'apprentissage. Nos stratégies doivent par conséquent tenir compte de toutes les possibilités et lieux d'apprentissage. La formation continue dépasse depuis longtemps déjà le cadre des cours traditionnellement offerts dans les universités populaires. Nous devons continuer à exploiter systématiquement toutes les possibilités de l'éducation informelle. Par exemple, il est rare que l'on réussisse à attirer dans des cours formels de formation continue des adultes peu qualifiés du fait des échecs qu'ils ont connus durant leur scolarité et leur formation professionnelle. Toutefois, eux aussi ont souvent acquis des compétences, par un apprentissage informel au travail, dans la famille ou au sein d'une association. Et c'est sur ces compétences que nous pouvons nous baser.

Le gouvernement fédéral va par conséquent résolument consolider la formation continue. Le contrat de coalition prévoit la mise en place d'une «formation continue méthodique», «dans des conditions uniformes pour toute la République fédérale». Par rapport à l'année dernière, nous augmentons la part du budget accordée à la formation continue et à l'apprentissage tout au long de la vie d'environ trois pour cent.

Le gouvernement fédéral ne souhaite pas de «loi fédérale sur la formation continue». Les länder ont déjà de telles lois, ce qui doit suffire. Si nous portions ce cadre législatif au niveau fédéral, nous ne pourrions plus réagir assez souplement aux nouvelles exigences se posant au niveau de la formation continue non seulement professionnelle, mais aussi générale. Même sans une telle loi, nous disposons de suffisamment de possibilités et de cadres uniformes au niveau fédéral pour réaliser l'idée de l'apprentissage au fil de l'existence. Notre objectif consiste à faire augmenter dans l'ensemble la participation aux activités éducatives et, par conséquent, à donner aux gens plus de possibilités d'améliorer leur évolution personnelle, professionnelle et sociale pendant toute la durée de leur existence.

Nous devons développer notre système d'éducation de manière à créer dans la réalité une «société apprenante» dotée d'une nouvelle culture de l'apprentissage. Pour cela, il convient de ne pas se concentrer sur les qualifications prétendument supérieures. Nous avons besoin d'une «culture de la reconnaissance»2 favorisant les talents divers des gens et les appréciant au niveau social.

III.

Nous devons élaborer un concept d'ensemble pour l'apprentissage tout au long de la vie. Ce concept doit renforcer la formation continue. Des défis déterminants me préoccupent ici principalement:

  • les points suivants sont décisifs pour apprendre tout au long de la vie: être motivé à apprendre, apprendre à apprendre et savoir diriger l'apprentissage soi-même. Ces compétences doivent être inculquées aussi précocement que possible. La maternelle, l'école, la formation professionnelle et l'université doivent inciter encore plus et donner les moyens de se perfectionner constamment au fil de l'existence. Nous devons par conséquent associer encore plus étroitement entre elles la formation initiale et la formation continue.

    La réalisation de l'apprentissage tout au long de la vie pour tous, en particulier pour ceux qui, jusqu'à présent, n'ont entrepris aucune ou peu d'activités de formation continue est une question de plus en plus décisive non seulement pour l'avenir des individus, mais aussi pour celui de la société. D'elle dépendra notre capacité à empêcher l'exclusion personnelle, sociale et économique, et, face à révolution démographique, à couvrir la demande croissante de personnel qualifié.

  • Même les personnes hautement qualifiées ont besoin de programmes de formation continue qualifiés. La formation continue contribue ici de manière essentielle à couvrir la demande en spécialistes.

  • L'apprentissage tout au long de la vie ne peut fonctionner qu'avec un concept à long terme de financement et de phases d'apprentissage, pris en charge par le gouvernement fédéral, les länder, les communes et les partenaires sociaux. Ce concept permet à l'individu de planifier de manière fiable son parcours éducatif, de se motiver et de se prendre en charge à ce sujet.

  • Les réseaux et les associations de coopération contribuent de manière essentielle à améliorer la transparence, à optimiser la structure éducative régionale, à fournir un vaste éventail de conseils d'orientation en matière de formation continue, à améliorer et garantir la qualité, et à exploiter les offres éducatives. Nous devons par conséquent renforcer et résolument développer ces réseaux et associations de coopération.

Nous ne pourrons fournir une réponse adaptée à ces défis que si toutes les parties concernées œuvrent ensemble et si les différents secteurs de la formation continue ne sont pas coupés les uns des autres. Les domaines généraux, professionnels, culturels et politiques de la formation continue doivent se compléter et s'enrichir mutuellement. Ici résident traditionnellement les points forts de l'université populaire.

IV.

De ces défis, nous dégageons des domaines d'intervention concrets pour l'avenir.

  1. Apprendre au fil de l'existence suppose certaines compétences de base comme la maîtrise de la lecture, de l'écriture et du calcul. Nous devons par conséquent éliminer l'analphabétisme fonctionnel pour permettre la participation personnelle, sociale et économique de tous les gens. C'est seulement ainsi que nous réussirons à associer les quelque quatre millions de personnes touchées par l'analphabétisme fonctionnel au processus d'apprentissage au fil de l'existence. Les nouveaux médias peuvent nous aider dans les activités d'éducation de base et d'alphabétisation, ce qu'a démontré le projet APOLL que nous finançons. C'est pour cette raison que nous avons élargi ce projet avec la création du portail Zweite Chance online (seconde chance en ligne) sous la direction de la Confédération allemande pour l'éducation des adultes. Le fait que cette plate-forme éducative soit aujourd'hui régulièrement utilisée par plus de 8 000 personnes qui conservent leur anonymat montre qu'il est même possible de fournir des outils d'apprentissage à des gens qui ne souhaitent pas suivre de cours dans des universités populaires ou qui, après avoir suivi de tels cours, veulent continuer de se perfectionner tout seuls.

    J'aimerai créer un programme de recherche et de développement dans le domaine de l'éducation de base des adultes. Son objectif consisterait à rassembler au sein d'un réseau tous les intervenants d'Allemagne au moyen de recherches conjointes et de développements innovants, et à consolider avec eux les structures d'orientation et les offres d'aide existantes. Nous devons trouver de nouveaux moyens d'éliminer les obstacles à l'apprentissage et à la participation, d'accroître le niveau de participation aux cours d'éducation de base et, par-dessus tout, de perfectionnement autonome à la suite de tels cours.

  2. Les jeunes adultes sans formation initiale ont besoin d'une seconde chance pour obtenir une qualification professionnelle reconnue. Quelque 1,3 million de jeunes adultes de moins de trente ans sont sans diplôme de formation professionnelle; une situation que nous ne pouvons plus tolérer. Un diplôme de formation professionnelle est indispensable pour réussir son entrée dans la vie active. Sans formation initiale, les perspectives d'avenir sont extrêmement réduites - avec toutes les conséquences sociales que cela comporte. Une qualification professionnelle complémentaire associée à une activité judicieuse aide les jeunes adultes à obtenir une qualification formelle ou même un diplôme de formation professionnelle. La collaboration entre les entreprises et les prestataires d'éducation (y compris les universités populaires) est ici essentielle.

    Les mesures d'intégration des immigrés sont elles aussi un point essentiel de la formation continue. Il est ici question tant des cours de langues que des connaissances dont ils doivent disposer pour s'orienter au quotidien dans notre pays. En 2010, la population des moins de quarante ans dans les grandes villes se composera pour moitié d'immigrés.

  3. La formation continue à l'intérieur des entreprises doit devenir monnaie courante. Je considère tout à fait normal qu'une convention collective moderne inclue la formation continue à l'intérieur des entreprises. Nous voulons par exemple élaborer des modèles de «team learning» au sein d'équipes de personnel composées de personnes d'âges et de nationalités différents. La collaboration avec des organismes de formation continue doit permettre de créer de nouveaux modèles d'orientation et d'apprentissage. Il est ainsi pensable de créer des «services d'apprentissage» personnalisés et offerts en fonction des besoins immédiats des différentes entreprises. Ce programme doit en outre se pencher sur les liens existant entre la qualification du personnel et la capacité des entreprises à innover. Nous attendons de ces résultats qu'ils nous permettent de formuler des recommandations pour agir principalement en fonction de la situation particulière des petites et moyennes entreprises, et de leurs besoins concrets en matière de formation continue.

  4. Le pourcentage de chômeurs chez les adultes sans diplôme de qualification professionnelle est dix fois plus élevé que chez les diplômés d'instituts universitaires de technologie. Donner pardessus tout à ces groupes faiblement qualifiés une possibilité de continuer à se former est une mission nationale, non seulement dans l'intérêt des personnes concernées, mais aussi dans celui de la cohésion sociale et de l'économie.

    Les mauvaises expériences en matière d'apprentissage et d'éducation ainsi que le manque d'informations sur les possibilités de formation continue, et par conséquent les chances qu'offre ce type de formation, sont ici les principaux obstacles. Les mesures destinées à renforcer la participation à la formation continue doivent partir de là. Il nous faut pour cela de nouvelles formes d'orientation individuelle, par exemple aussi sur le lieu de travail. Un système aussi ambitieux d'information et d'orientation ne peut souvent être organisé qu'avec l'aide de tous les responsables et en déployant un personnel d'orientation spécialement qualifié.

    Le financement doit être fiable et compréhensible pour toutes les parties prenantes. Il doit aussi être socialement équilibré et équitable pour que les gens que nous cherchons justement à intéresser à l'éducation ne se retrouvent pas exclus d'emblée. Il faut en même temps créer de nouvelles offres, véritablement nécessaires et demandées, en renforçant les possibilités d'organisation individuelle. Avec l'épargne pour l'éducation, le gouvernement fédéral allemand établira un outil de financement destiné à motiver les investissements privés dans l'éducation grâce à des incitations et à des aides financières. Les partenaires sociaux examineront d'autres possibilités de cofinancement et fourniront leur appui pour la création de comptes de formation, sur lesquels ils auront passé des accords contractuels. Le programme «Régions apprenantes»3 soutiendra jusqu'en 2007 environ soixante-dix réseaux régionaux. Ils testent de nouvelles formes de collaboration entre prestataires et demandeurs d'éducation ainsi que de nouvelles formes d'apprentissage tout au long de la vie. Ce programme bénéficie d'un encadrement scientifique. Sur la base des recommandations formulées à partir de cela, nous soutiendrons lors de la phase finale de ce programme les aspects particulièrement fructueux et transférables dans des régions choisies. Nous renforcerons en particulier de nouvelles formes de réseaux d'orientation, des mesures d'amélioration du passage entre les secteurs de l'éducation et l'ouverture à de nouveaux lieux d'apprentissage.

  5. La formation continue scientifique occupe ici une place particulière. Les interconnexions avec des économies étrangères et des entreprises internationales rendent la formation continue professionnelle absolument nécessaire, ce qui s'applique également au personnel hautement qualifié. Les employeurs ont ici pour mission de chercher les prestataires qui conviennent et de financer la formation continue.

    Seule une formation continue étroitement associée à la recherche peut permettre d'utiliser rapidement les résultats de la recherche et du développement pour concevoir de nouveaux produits et procédés. Il convient par conséquent d'accorder plus d'attention que par le passé aux exigences que pose l'apparition de nouveaux produits et procédés en matière de qualification. Nous devons pour cela élaborer des offres adaptées. L'Allemagne a besoin d'un élan d'innovation. Toutefois, la création et la réalisation d'innovations exige un personnel excellemment qualifié. Pour que l'Allemagne puisse être un pays d'innovation, il est par conséquent décisif qu'elle dispose de personnels qualifiés.

  6. Les innovations en matière d'éducation des adultes, l'organisation de la formation continue et les stratégies de politique de l'éducation pour la réalisation de l'éducation tout au long de la vie doivent reposer sur une base scientifique. Nous avons par conséquent besoin de formes efficaces de collaboration entre la politique de l'éducation et la recherche, et en particulier la recherche empirique sur l'éducation. La politique de l'éducation et la recherche empirique sur l'éducation sont liées par des rapports pleins de tensions quant aux conditions présidant à leur réussite. Le tournant «empirique» dans la politique de l'éducation présuppose un tournant «empirique» dans les sciences de l'éducation et vice-versa. Je souhaite renforcer la recherche empirique en matière d'éducation tant au niveau structurel que par des mesures de recherche sectorielle.

    La création d'un groupe de spécialistes de l'éducation envisagée en étroite coordination avec les länder et la communauté scientifique est elle aussi d'une grande portée structurelle pour le développement de la recherche sur l'éducation en général et empirique en particulier. Elle est en même temps la principale base pour les consultations nationales sur l'éducation. Un tel groupe de spécialistes de l'éducation devrait être associé le mieux possible aux mesures existantes et prévues aux niveaux national et international, ce qui s'applique aussi à l'évaluation prévue par l'OCDE sur le contrôle des compétences chez les adultes.

V.

J'invite les représentants de la recherche, de l'économie et de la pratique à prendre part à une discussion sur les points ici esquissés en référence à une nouvelle stratégie de l'apprentissage tout au long de la vie et de la formation continue. Pas plus tard que ce mois-ci, précisément le 17 mai, l'Innovationskreis Weiterbildung (Cercle d'innovation formation continue) se réunira pour la première fois afin de débattre sur le programme d'une nouvelle stratégie.

Les universités populaires n'ont jamais cessé de prouver leur aptitude à la réforme et leur volonté de s'ouvrir aux nouveaux progrès. De ce fait, en ce qui concerne l'organisation concrète d'une éducation des adultes apte à affronter l'avenir, je mise sur la volonté de développement de tous les institutions, sur la créativité et le professionnalisme de l'ensemble du personnel des universités populaires et de leurs associations. Efforçons-nous par conséquent ensemble de renforcer et de façonner la formation continue, de trouver des solutions aux problèmes, de reconnaître et de préserver ce qui a fait ses preuves, et de soutenir les innovations et de les rendre utilisables pour renforcer la formation continue. C'est seulement en unissant nos efforts que nous pourrons concevoir une stratégie d'apprentissage tout au long de la vie tenant compte, à l'avenir aussi, des différents modes de vie, de travail et d'apprentissage des gens. Travaillons ensemble pour que chacun puisse apprendre de manière à être en mesure de relever de nouveaux défis!

Une tâche à laquelle les universités populaires devraient continuer à l'avenir aussi d'avoir la plus grande part.

Notes

1  Rapport final de la commission d'experts sur le financement de l'apprentissage tout au long de la vie, S. 120f.

2  Machbarkeitsstudie zum Weiterbildungspass, BMBF 2004, p. 67. Konzeptionelle Grundlagen für einen nationalen Bildungsbericht, BMBF 2003: «Le recensement et l'évaluation des formes d'apprentissage informel ne doivent pas trop être dirigés vers une 'culture de la certification ' avec des critères et limites trop astreignants, mais doivent plutôt se traduire par une 'culture de la reconnaissance' réfléchie.»

3  Environ trente-cinq partenaires de réseaux formels, en particulier des organismes déformation continue, et 94 partenaires informels participent en moyenne à une région apprenante.