Éditorial

«La CONFINTEA VI approche à grands pas», c'est sur ce fond que le groupe consultatif s'est réuni en mars 2007 à I International People's College situé dans la ville danoise d'Elseneur. Ce lieu possédait une valeur historique toute particulière car c'est en effet dans cette université populaire que s'est déroulée en 1949 la première conférence mondiale de l'UNESCO sur l'éducation des adultes. Organisée par la suite tous les douze ans, elle a ainsi eu lieu à Montréal, Tokyo, Paris et, la dernière fois, à Hambourg (www.unesco.org/education/uie/confintea). À présent, il a été décidé que l'édition 2009 de la conférence se tiendrait au Brésil et qu'elle serait précédée en 2008 par des conférences préparatoires organisées au niveau régional. De fait, il est peut-être compréhensible que l'on se demande avec inquiétude si le temps qui reste suffit pour préparer systématiquement la conférence et pour motiver et mobiliser les gens.

Que peuvent attendre les organisations de la société civile et les associations professionnelles de la prochaine CONFINTEA alors que le bilan à mi-parcours, dressé en 2003 en Thaïlande, a clairement montré que les mesures prises par les gouvernements en matière d'éducation des adultes se sont seulement traduites dans des cas exceptionnels par des succès qui comptent vraiment. Politique, législation et financement de l'éducation des adultes dans le cadre de l'apprentissage tout au long de la vie, formation initiale ou continue, recherche et documentation systématiques, où en sommes-nous vraiment si nous les comparons avec l'évolution des dernières décennies dans d'autres secteurs de l'enseignement, à savoir l'école, la formation professionnelle et l'université? «Nous sommes loin d'avoir mis le contenu de la déclaration de Hambourg en pratique», une inquiétude exprimée avec une pointe de critique lors de la première réunion du comité exécutif du CIEA nouvellement élu, qui s'était rassemblé également au mois de mars au siège du secrétariat du Conseil international pour l'éducation des adultes à Montevideo.

Début 2007, le CIEA avait organisé sa propre assemblée mondiale à Nairobi, parallèlement au Forum social mondial qui, après avoir au départ été basé à Porto Alegre, se tenait pour la première fois sur le sol africain. Cette rencontre a été une réussite: elle a permis de réunir une foule de spécialistes pour soulever de nombreuses questions essentielles comme la santé, le genre, la migration ou la citoyenneté, thèmes préparés par des commissions d'experts, et en même tant de se consacrer aux nécessités de l'évolution organisationnelle du Conseil (www.icae.org.uy). Dans ce numéro de notre revue, vous pourrez découvrir un certain nombre de présentations et des résultats de recherche de l'une des commissions qui s'est penchée à cette occasion sur des sujets aussi complexes que le financement et l'organisation de l'éducation des adultes.

En janvier dernier s'est également déroulé une consultation du comité du Bundestag chargé de l'éducation sur le thème du financement de l'éducation des adultes au sein d'un système global d'aide à l'apprentissage tout au long de la vie. Nous publions dans le présent numéro la prise de position du DVV à ce sujet car nous pensons qu'elle illustre bien les activités intenses de lobbying que nous devons mener auprès du parlement et du gouvernement dans l'intérêt des apprenants.

«Se souvenir pour l'avenir», tel était le titre d'un des articles du dernier numéro de notre revue. Il invitait en même temps à ce que vous nous faisiez parvenir d'autres textes illustrant la façon souvent difficile et douloureuse de surmonter le passé et les souffrances entraînées par les violations des droits de l'homme, et la réconciliation des adversaires qu'avaient opposés des conflits ethniques, grâce à l'éducation des adultes et dans ce domaine. Nous vous remercions chaleureusement et continuerons certainement sur cette voie.

Ce numéro est également consacré aux activités d'éducation des adultes s'adressant aux personnes handicapées. Nous vous prions de considérer ceci aussi comme un début car nous souhaitons approfondir ce thème, notamment à l'aide de textes relatant des expériences sur le terrain.

Au mois de novembre prochain, nous - DVV International, l'AEEA et le CIEA - organiserons une conférence internationale à Bonn sur le thème du «droit de l'homme à l'éducation dans le contexte de la migration et de l'intégration» (www.dvv-international.de). Selon le mode de calcul, le nombre des migrants varie entre cinquante et cent millions, les chiffres obtenus englobant la migration intérieure ainsi que la migration entre les pays et entre les continents. La tendance est à la hausse. L'éducation des adultes est nécessaire à de multiples niveaux: pour la préparation des gens qui migrent, mais aussi de ceux devant mettre en œuvre des processus d'intégration dans les pays d'accueil. Sans aucun doute, cette question sera aussi un thème essentiel de la CONFINTEA VI, et probablement aussi des conférences régionales préparatoires qui auront lieu en 2008, que ce soit en Afrique, en Asie, en Amérique latine ou en Europe. La migration est en effet une question qui nous concerne partout dans le monde.

Heribert Hinzen