Éditorial

À l’ère de la mondialisation, les problèmes sociaux et individuels liés à la migration et à l’intégration, d’aucuns les qualifient aujourd’hui aussi de chances, ne sont pas résorbés, et ne sont pas devenus non plus moins complexes. Les nombres correspondant aux personnes qui, pour les motifs les plus divers, s’expatrient pour une durée limitée ou définitivement, varient considérablement. Si l’on tient compte des migrations intérieures dans des pays comme la Chine ou l’Inde, on dépasse très vite la centaine de millions.

Il nous aura fallu du temps, peut-être trop de temps, pour aborder les questions liées dans ce contexte au droit de l’homme à l’éducation. Si d’aventure ce thème était soulevé, nous parlions plutôt des enfants immigrés qui rencontrent souvent de grandes difficultés à l’école et se retrouvent plus fréquemment que les autres en situation d’échec. Il était beaucoup plus rarement question de l’éducation générale, culturelle et professionnelle, tant initiale que continue, des jeunes et des adultes. La démarche consistant à réfléchir aux effets de la migration sur la coopération au développement et à organiser cette dernière en fonction a également pris une toute nouvelle dimension. On signale aussi de plus en plus souvent que les sommes d’argent qu’envoient les immigrés dans leurs patries du Sud sont aujourd’hui considérablement supérieures aux aides totales de l’aide au développement dont disposent dans l’ensemble les pays du Nord et les organisations donatrices.

C’est dans ce contexte, que le Conseil international d’éducation des adultes (CIEA), l’Association européenne pour l’éducation des adultes (AEEA) et la DVV ont organisé une conférence sur ce thème en novembre 2007, à Bonn, avec des soutiens financiers de différents ministères allemands et de The European Language Certificates (telc GmbH), et la contribution de la Deutsche Welle (DW) en tant qu’hôtesse et média partenaire. Assis sur cette large base, ce partenariat était la garantie que des représentants de l’éducation des adultes, de la culture, de la politique, de l’administration et d’organisations d’immigrés de nombreux pays prendraient part à cette conférence, assurant ainsi un gain considérable concernant l’intensité des échanges d’informations et de la communication entre les participants. Les thèmes suivants furent abordés: les expériences concernant la préparation professionnelle des immigrés avant qu’ils ne quittent leur pays, l’information des gens dans les pays dits d’accueil, les offres dans le domaine des langues pour faciliter le processus d’intégration. La conférence permit d’échanger des points de vue sur ce que tout cela signifie pour lutter avec succès contre la pauvreté, pour une ouverture interculturelle et pour les femmes et leurs familles, mais – par-dessus tout – sur ce que l’éducation des adultes peut accomplir. Elle fut aussi l’occasion de trouver des premières réponses à ces questions. Le débat est désormais ouvert et doit se poursuivre. Les conférences régionales qui se dérouleront en 2008 préalablement à la CONFINTEA VI nous en fourniront suffisamment l’occasion. Nous avons par conséquent décidé de constituer un dossier détaillé à ce sujet: le site Internet www.migrationandintegration.de est pour cela à votre disposition et un volume de la série International Perspectives in Adult Education est en préparation. Dans le présent numéro d’Éducation des Adultes et Développement, vous trouverez d’importants discours ainsi que la déclaration.

Ce numéro aborde aussi deux thèmes, jouissant eux aussi d’une place prioritaire dans les calendriers du développement international. L’alphabétisation est un des sujets principaux de la CONFINTEA, de l’EPT et de la Décennie de l’alphabétisation sous l’égide des Nations unies qui donneront de plus l’occasion en 2008/2009 de réunir des quantités d’informations et de données, ce à quoi le Global Report on Adult Learning and Education (GRALE), avec l’encadrement de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), contribuera de façon considérable. Le GRALE reposera principalement sur une analyse de rapports nationaux des États membres sur la situation et les progrès de l’éducation des adultes chez eux.

La Décennie des Nations unies pour l’éducation en vue du développement durable (DEDD) vise plus loin que les questions de l’environnement et de l’éducation environnementale. Si nous prenons les intérêts et positions très différents des pays industrialisés, en transition et en voie de développement, nous constatons toutefois que les avis continuent de diverger considérablement sur la définition d’un développement durable. Néanmoins, un objectif demeure ici incontournable: la lutte contre la pauvreté. Nous devons par conséquent aussi nous demander ce que l’éducation des adultes peut apporter dans ce domaine. À ce sujet, nous recommandons la lecture non seulement de l’article consacré à ce thème dans le présent numéro, mais aussi du numéro 63 de notre revue et du numéro 43 d’International Perspectives in Adult Education qui en fait l’un de ces thèmes essentiels (ils peuvent être commandés sur notre site Internet à l’adresse www.dvv-international.de).

Le numéro commémoratif de notre revue en hommage au grand éducateur d’adultes latino-américain Paulo Freire (n° 69), mort il y a dix ans, a suscité de nombreuses réactions positives. Ce qu’il a fait pour le développement de la théorie et de la pratique de l’éducation est encore reconnu et apprécié à un haut niveau. À présent, nous approchons du dixième anniversaire de la mort de Julius Nyerere, qui fut de longues années durant le président de la Tanzanie et nous a lui aussi laissé des expressions tout aussi importantes que «l’éducation des adultes et le développement» ou encore «l’éducation ne s’achève jamais».

Heribert Hinzen