Éditorial

Il y a suffisamment de raisons d’insister pour que l’alphabétisation redevienne l’un des principaux sujets de notre revue. Si vous consultez ses archives sur notre site Internet à l’adresse www.dvv-international.de, vous constaterez rapidement qu’en fait, l’alphabétisation est un des thèmes de l’éducation des adultes et du développement les plus souvent abordés. Un autre lien pourrait aussi être utile: en consultant notre site, veuillez cliquer sur la version en ligne du numéro spécial thématique de Convergence, consacré aux Conférences mondiales de l’UNESCO sur l’éducation des adultes – entre autres au tout dernier débat mené lors du séminaire virtuel du CIEA sur l’alphabétisation ainsi qu’au document de position en préparation pour la CONFINTEA VI.

Actuellement, nous pourrions même dire que nous avons 770 millions de raisons de plus d’insister, le chiffre officiel des personnes non alphabétisées dans le monde, comme le constate le Rapport mondial 2008 de suivi sur l’EPT, qui fait également observer que:

«Dans l’ensemble, on rencontre les pourcentages d’analphabétisme les plus élevés dans les pays où règne la plus grande pauvreté. Le lien entre la pauvreté et l’analphabétisme se voit aussi au niveau des ménages, les pourcentages d’alphabétisation étant nettement plus faibles dans les ménages les plus démunis que dans les plus riches.»

Et ici, il n’est pas question non plus de parité entre les sexes, comme l’illustre le chiffre considérablement plus élevé chez les femmes qui représentent 64 % des adultes analphabètes.

L’un des articles très intéressants de ce numéro est signé Joyce Kebathi et nous vient du Kenya. L’auteure y présente l’enquête nationale du Kenya sur l’alphabétisation. Reposant sur des questions posées à des ménages, elle révèle qu’en réalité, le chiffre de l’analphabétisme chez les femmes est de 15 % plus élévé que lorsque l’on utilise des méthodes traditionnelles pour recueillir des informations. Au niveau mondial, ceci pourrait se traduire par une centaine de millions de jeunes et d’adultes supplémentaires ne sachant ni lire ni écrire suffisamment.

Peut-être nous retrouvons-nous face à une donne similaire si nous nous examinons la situation des enfants non scolarisés. Le chiffre extrait du même numéro du Rapport mondial de suivi indique que 96 millions d’enfants et de jeunes en âge d’être scolarisés ne vont pas à l’école. Ici aussi ce chiffre pourrait être revu à la hausse si nous le rapprochions des chiffres concernant le travail des enfants – le travail pouvant être la raison pour laquelle les enfants ne vont pas à l’école ou n’y ont pas de bons résultats.

La conférence d’Abuja sur l’alphabétisation, qui s’est tenue en 2007, a fourni une foule de documents – qui donnent vraiment matière à réfléchir. Nous sommes heureux d’en reproduire ici quelques-uns, dans un contexte où nombre d’évènements nécessitent des réflexions et idées de qualité. Citons pour 2008 la Décennie des Nations unies pour l’alphabétisation ainsi que cinq conférences régionales préliminaires en vue de la CONFINTEA VI, et cette même conférence qui se déroulera en 2009 au Brésil. Ici aussi, l’alphabétisation est un thème essentiel lorsqu’on se penche sur l’éducation des adultes et l’apprentissage tout au long de la vie – et nous voulons être sûrs que tous les participants futurs auront l’occasion de se rendre compte de la situation du débat actuel afin de pouvoir continuer à progresser. Il y a suffisamment de raisons à cela.

DVV International apprécie beaucoup le fait qu’ActionAid ait accepté de préparer ce volume, partageant ainsi avec nos lecteurs le processus et ses résultats. Nous souhaitons aussi remercier David Archer et Emma Pearce pour le travail rédactionnel qu’ils ont fourni avec engagement.

Le débat au sujet des Points de référence pour l’alphabétisation a en lui-même aussi constitué un point de référence et ouvert de nouvelles possibilités pour les brandir à la face des gouvernements nationaux et des bailleurs de fonds internationaux, entre autres de l’Initiative Fast Track de mise en œuvre accélérée de l’EPT: il sera désormais encore plus difficile de trouver des arguments pour que ces sources ne fournissent pas elles aussi leur appui à l’alphabétisation des adultes.

Heribert Hinzen