x

Chère Lectrice, cher Lecteur,

Nous procédons actuellement à une évaluation de notre revue Éducation des adultes et développement. Les résultats nous aideront à améliorer la revue. Nous vous prions de bien vouloir apporter votre soutien à notre revue en remplissant notre questionnaire en ligne, ce qui vous prendra environ un quart d’heure.

Le questionnaire en ligne

En même temps qu’ils ont produit des plans nationaux et régionaux, les participants à l’atelier d’Abuja ont travaillé à l’élaboration d’un appel collectif à l’action divisé en deux volets: l’un national, l’autre international.

L’Appel à l’action d’Abuja

 

Action nationale

Afin de trouver les arguments en faveur d’un renouvellement de l’engagement et des investissements, il est urgent que les gouvernements recommencent à intervenir dans le domaine de l’alphabétisation des adultes. Nous appelons les gouvernements et les collectivités aux niveaux fédéral et local, ainsi que les acteurs de la société civile à:

  1. Comprendre l’ampleur du défi que pose l’alphabétisation et à assurer que les programmes reconnaissent et répondent à la demande. Les statistiques actuelles concernant l’alphabétisation ne sont pas fiables et sous-estiment souvent considérablement l’ampleur du problème. Il est nécessaire de réaliser des études nationales sur l’alphabétisation (comme celle récemment effectuée au Kenya) pour réunir un vaste éventail de nouveaux témoignages sur le nombre et le profil des gens se trouvant confrontés aux défis de l’alphabétisation. Il est nécessaire de s’attacher particulièrement à changer les façons de voir en mettant fin à la perception dichotomique de l’alphabétisation, basée sur la notion de passage d’une ligne magique séparant l’analphabétisme de l’alphabétisation (et qui n’existe pas). L’alphabétisation doit être perçue comme un continuum, telle est la vision à laquelle il faut arriver.

  2. Collationner des dossiers nationaux sur les bienfaits de l’alphabétisation. Il existe des preuves considérables des bienfaits politiques, sociaux, économiques, culturels et personnels de l’alphabétisation des adultes. Toutefois, il est urgent d’entreprendre de nouvelles recherches et évaluations au niveau national, notamment sur les impacts multiples de l’alphabétisation des adultes, pour pouvoir convaincre les ministères des Finances et les politiciens nationaux.

  3. Renouer le dialogue national sur les politiques et pratiques de l’alphabétisation en ayant recours aux Points de référence internationaux développés par la Campagne mondiale pour l’éducation et ActionAid International avec le soutien de l’UNESCO et du Rapport mondial 2006 de suivi sur l’EPT. Ces Points de référence ont été élaborés à la suite d’une étude détaillée concernant 67 programmes d’alphabétisation des adultes dans 35 pays. Ils sont l’expression concise de l’expérience internationale acquise sur le développement d’une stratégie efficace d’alphabétisation des adultes. Ils devraient être employés pour stimuler le débat avec tous les dépositaires d’enjeux, mais devraient être placés dans l’optique nationale et contextuelle de chaque pays afin de refléter les situations/réalités diverses.

  4. Assurer que tous les dépositaires d’enjeux de tous les secteurs pertinents aux niveaux national et international entament un nouveau débat national sur l’importance primordiale de l’alphabétisation des adultes pour la réalisation des objectifs de développement. Nous appelons les ministères des Finances et de l’Éducation, et autres ministères concernés, les parlementaires, les acteurs de la société civile, les coalitions nationales de l’Éducation et les médias à prendre une part active à ce nouveau débat.

  5. Incorporer l’alphabétisation des adultes dans les plans sectoriels, notamment dans ceux soumis à l’Initiative Fast Track (FTI). Les bailleurs de fonds de la FTI soutiendront l’ensemble du secteur de l’éducation pour tous si les gouvernements présentent des plans détaillés. Il faut résister aux pressions de la part des bailleurs de fonds nationaux désireux que les plans de l’Éducation portent uniquement sur la scolarité primaire ou sur l’éducation formelle, car les objectifs de l’EPT sont clairement interdépendants.

  6. Reconnaître en l’alphabétisation des adultes la «colle invisible» actuellement absente des plans nationaux en cherchant à s’attaquer sur ce point aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) ou aux objectifs de l’Éducation pour tous (EPT), ainsi qu’aux documents stratégiques de réduction de la pauvreté et aux stratégies nationales de développement – et intervenir pour changer la situation. Tout examen des progrès effectués pour réaliser les OMD, des documents stratégiques actuels de réduction de la pauvreté ou des plans nationaux de développement devrait se pencher sur l’omission d’aborder la question de l’alphabétisation des adultes.

  7. Agir selon la notion que les programmes efficaces d’alphabétisation des adultes nécessitent, certes, une augmentation significative des financements et des investissements suivis provenant des principaux budgets des gouvernements – mais que l’analphabétisme coûte beaucoup plus cher.

    Action internationale

    Afin de produire un nouvel élan en faveur de l’alphabétisation et d’obtenir de nouveaux investissements de la part des gouvernements, nous devons œuvrer ensemble pour influencer les acteurs internationaux. Voici notamment ce que nous demandons:

    1. Nous demandons à l’UNESCO de collaborer plus étroitement avec les gouvernements sur le thème de l’alphabétisation des adultes. Ils devraient en particulier examiner et améliorer la façon de conceptualiser, de recueillir, de compiler et de présenter les informations concernant l’alphabétisation, en allant au-delà des définitions dichotomiques traditionnelles.

    2. Nous demandons à l’Institut des statistiques de l’UNESCO de soutenir des efforts nationaux en vue de réaliser des études nationales sur l’alphabétisation – comme celle effectuée au Kenya – pour réunir à un coût raisonnable des informations de qualité, fiables sur l’alphabétisation.

    3. Nous demandons à la Décennie des Nations unies pour l’alphabétisation (DNUA) et à l’Initiative de l’UNESCO pour l’alphabétisation: savoir pour pouvoir (LIFE) d’envisager d’utiliser les Points de référence internationaux pour l’éducation des adultes afin de planifier et de concevoir des programmes d’alphabétisation de qualité s’inscrivant dans une optique nationale.

    4. Nous demandons à l’Initiative Fast Track d’inclure les Points de référence de l’alphabétisation dans son cadre indicatif et de s’exprimer explicitement en formulant des lignes directrices à l’intention des bailleurs de fonds nationaux, indiquant qu’il est légitime et important d’inclure l’alphabétisation des adultes dans les plans du secteur de l’éducation.

      Visite sur le terrain pour les participants à l’atelier d’Abuja: résultat des activités d’un cercle Reflect Source: ActionAid

      Visite sur le terrain pour les participants à l’atelier d’Abuja: résultat des activités d’un cercle Reflect Source: ActionAid

    5. Nous demandons à toutes les conférences réunissant les bailleurs de fonds bilatéraux et internationaux (par exemple les conférences de Bruxelles en avril 2007 et de Dakar en décembre 2007, et les conférences régionales sur l’alphabétisation de la Maison-Blanche/de la DNUA) d’assurer la mobilisation de nouvelles ressources pour soutenir l’alphabétisation des adultes – en reconnaissant qu’il faudrait affecter d’urgence au moins un milliard d’USD d’aide supplémentaire par an pour combler le fossé qui nous sépare de l’objectif d’alphabétisation fixé à Dakar et de sa réalisation, prévue pour 2015.

    6. Nous demandons à la Banque mondiale, aux banques régionales et aux bailleurs de fonds de soutenir les plans nationaux de l’éducation, notamment ceux dans lesquels les gouvernements s’engagent à investir dans l’alphabétisation des adultes – montrant ainsi leur alignement sur les plans nationaux, le respect de leur souveraineté et leur droit à définir eux-mêmes leurs priorités en matière d’éducation et de développement.

    7. Nous demandons au FMI de supprimer les conditions imposant des restrictions superflues aux budgets de l’Éducation de façon à ce que les pays disposent de la liberté fiscale nécessaire pour investir afin de réaliser pleinement les OMD et le calendrier de l’EPT. La réalisation des objectifs de développement devrait être au centre de la planification macro-économique.

    8. Nous demandons aux chercheurs et aux instituts universitaires d’initier et de soutenir de nouvelles recherches stratégiques et évaluations concernant l’impact de l’alphabétisation des adultes sur des objectifs de développement plus larges.

    9. Nous demandons aux organisations de la société civile de faire preuve de vigilance lorsqu’elles contribuent à coordonner l’intervention des acteurs en vue de réaliser les objectifs de l’alphabétisation des adultes.

    10. Nous demandons à la Campagne mondiale pour l’éducation et à toutes les ONG internationales d’accroître la pression pour réaliser les objectifs de l’alphabétisation des adultes en faisant d’elle un élément central de leur calendrier et de leur action, y compris à l’occasion de la Semaine d’action mondiale et de la Journée internationale de l’alphabétisation.

    11. Nous demandons à tous les organismes régionaux et internationaux pertinents de coordonner le partage de pratiques concernant l’alphabétisation des adultes en faisant la promotion des enseignements tirés et des échanges d’expériences entre les pays.