Jakob Horn

Helmuth Dolff et le travail international de la DVV

1. Introduction

Le 26 Novembre 1983 Helmuth Dolff, Directeur de l’Association du DVV a succombé à l’âge de 54 ans des suites d’une courte et grave maladie. L’Éducation pour Adultes en allemagne et dans le monde entier vient de perdre un spécialiste qui au cours des dernières 27 années a participé de manière essentielle à la mise sur pied du travail international du DVV et des Universités Populaires Allemandes.

En Mars 1982, Helmuth Dolff avait été très frappé par la mort subite de Roby Kidd, fondateur et Secrétaire Général durant de longues années du Conseil Inter national pour l’Education pour Adultes. Personne ne soupconnait à cette date – et encore moins Helmuth Dolff – qu’une maladie avait déjà frappé ce dernier qui lui ferait suivre 1 an 1/2 plus tard son vieil ami et compagnon de route dans l’éduca tion internationale pour adultes. La reconnaissance de l’importance et de la néces sité de la coopération internationale en éducation pour adultes a réuni Roby Kidd et Helmuth Dolff dans un travail commun et une amitié profonde. La coopération internationale dans l’Education pour Adultes n’aurait pas été pensable durant ces 25 dernières années sans les qualités professionnelles de ces deux hommes et sans leur tact dans le domaine in ternational. Roby Kidd venait de la branche universitaire de l’éducation pour adultes, Helmuth Dolff de la branche pratique, et cependant tous deux se ressemblaient et s’accordaient quant à l’objectif et la stratégie d’une coopération Je pense que lui et son expertise manqueront au internationale.

En peu de temps, l'Education pour Adultes a perdu deux soutiens d'une grande valeur dont le travail devrait nous engager à de plus grands efforts encore.

C'est la raison pour laquelle ce numéro présente deux rapports à la fois de Roby Kidd et Helmuth Dolff qui ont été écrits il y a quelque temps et dont les constatations cependant n'ont rien perdu de leur actualité. Les réflexions suivantes doivent nous souligner encore une fois l'oeuvre d'édification et de consolidation du travail international du DVV réalisé par Helmuth Dolff. 

2. Développement historique des relations de l'Association allemande des Universités Populaires avec les pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine

Les Universités Populaires après 1945 ont très vite recherché une communication au niveau international et l'ont trouvée. Elles ont été représentées à toutes les conférences internationales importantes, lorsqu'il s'agissait d'un développement orienté vers l'avenir de l'éducation pour adultes. L'Association Allemande des Universités Populaires a été par la suite représentée dans la délégation allemande à toutes les Conférences Mondiales de l'UNESCO et a pu de cette manière établir et renforcer ses contacts internationaux avec entre autres tous les représentants des pays en voie de développement. L'Association Allemande des Universités Populaires est aussi co-fondatrice du «Bureau Asie Pacifique Sud pour l'Education pour Adultes», de «l'Association Africaine pour l'Education des Adultes», du «Congrés International pour l'Education Universitaire pour Adultes» et du «Conseil International pour l'Education pour Adultes».

Au plus tard, après la deuxième Conférence Mondiale pour l'Education pour Adultes de l'UNESCO en 1960, à Montréal/Canada, à laquelle ont pris part les jeunes états d'Afrique et d'Asie qui lentement commençaient à échanger le statut du colonialisme contre l'indépendance, et lors de laquelle les pays d'Amérique Latine ont réussi à s'imposer, la forme de la coopération des Universités Populaires Allemandes avec ces pays a commencé à se dessiner concrètement et ont réussi à marquer de leur empreinte les discussions.

Dans beaucoup de villes allemandes et d'Universités Populaires, la société germano-africaine a lancé une «Semaine Africaine» en coopération avec l'Association des Universités Populaires Allemandes et autres institutions. Dans ce cadre, du 25 au 27 Octobre 1960, le premier séminaire pour les représentants allemands et africains de l'éducation populaire aeu lieu au chapeau Hirschborn. Lors de cette réunion, de nombreux contacts ont été pris au niveau personnel et professionnel entre l'Association des Universités Populaires Allemandes et les représentants des pays africains, contacts qui devaient s'avérer par la suite décisifs. De même, en automne 1960, les Universités Populaires ont organisé différentes expositions de photos montrant la vie des habitants en Afrique et en Asie.

Chers Collègues,
Jakob Horn était une personnalité bien connue également dans le secteur de l'éducation des
adultes en Slovénie. Je ne l'ai jamais rencontré. Mes tentatives sont toujours restées vaines. Sans le connaître personnellement, je dirai toutefois qu'il était très respecté et tenu en haute estime. Je pense que lui et son expertise manqueront au monde de l'éducation des adultes.

Je vous prie d'accepter toutes mes condoléances et, par mon entremise, celles de l'Institut
slovène d'éducation des adultes (SIAE), et de bien vouloir les transmettre également à sa
famille.

Dr Vida A. Mohorcic Spolar
Directrice du SIAE de 1996 à 2006

Ces nombreux contacts et les contributions diverses apportées par les Universités Populaires Allemandes et que l'Association Allemande des. Universités Populaires a présentés au développement de l'éducation pour adultes au niveau international, ont eu pour effet qu'en 1966, le Jour des Universités Populaires Allemandes à Francfort sur le Main a eu pour thème «L'éducation pour adultes à l'échelle mondiale - Nouvelles dimensions de l'instruction et de l'éducation». Avec ceci, les Universités Populaires en Allemagne et l'Association Allemande des Universités Populaires se sont engagées publiquement dans la coopération internationale à laquelle elles participaient et se sont exposées à la critique. La relation profonde entre l'éducation pour adultes en Allemagne et la coopération avec les pays en voie de développement était déjà comprise comme suit:

«... même si nous sommes les donateurs au niveau matériel, le travail avec ce complexe fournit tellement de nouvelles connaissances et valeurs à notre propre situation,que l'on doit désigner ces relations plutôt en tant que coopération au service du développement de l'éducation pour adultes. Le monde actuel n'est pas divisible et ce qui ici va être accompli ou manqué a aussi un retentissement sur l'existence de chacun de nous ...»

C'est ainsi que les principes et objectifs d'un travail de l'Association des Universités Populaires Allemandes avec les pays en voie de développement après des années de travail isolé se voyaient officiellement établis.

En Avril 1961, le premier boursier africain soutenu par L'Association Allemande des Universités Populaires est venu en Allemagne pour suivre ses études. En automne 1961, une formation d'un an de 4 éducateurs pour adultes du Cameroun a été dispensée à l'Université Populaire de Brème. En 1961, suite à une invitation et à la demande du gouvernement camerounais, un cours pour cadres de l'Education Populaire a été mené au Cameroun par Siegfried Gerd, Directeur de l'Université Populaire résidentielle au Pavillon de Chasse Göhrde.

En Octobre 1962, dans l'université populaire résidentielle Falkenstein dans le Taunus, a suivi un séminaire germano-africain sur l'éducation pour adultes avec des représentants du Ghana, du Cameroun, du Maroc, du Soudan, du Togo, de la Tunisie, de l'Ouganda et du Kenia.

Le résultat concret de ces travaux a-été, en accord et avec le soutien financier du ministère fédéral nouvellement fondé pour la coopération économique, la réalisation d'un séminaire d'un an pour éducateurs pour adultes africains à l'université populaire résidentielle du pavillon de chasse Göhrde.

La mise sur pied de ce séminaire de perfectionnement devait représenter une aide conrète de la part des Universités Populaires à l'élaboration de l'éducation pour adultes en Afrique en plus de l'aide économique accordée par la R.F.A.

Les initiateurs et responsables de cette branche de l'Association Allemande des Universités Populaires sont partis du principe que chaque type d'aide au développement non accompagné d'une aide en éducation est de peu d'efficacité:

«Toute aide au niveau technique et matériel sera donc inutile, si elle n'est pas accompagnée d'une aide en éducation appropriée, qui permet aux êtres de pouvoir se servir des innovations techniques et matérielles et qui leur apprend en même temps à comprendre et à surmonter les tensions et changements sociaux faisant jour et cependant nécessaires ...»

L'Association Allemande des Universités Populaires était persuadée de pouvoir dispenser une aide concrète aux partenaires africains par le biais de cours de perfectionnement bien réfléchis quant à la méthode et au programme afin de les aider à surmonter les problèmes de l'éducation des adultes dans leur pays.

Les groups cibles des séminaires de perfectionnement à Göhrde comprenaient des éducateurs pour adultes du niveau intermédiaire. Dans la plupart des pays avec lesquels l'Association Allemande des Universités Populaires coopère en Afrique, il n'y avait que des possibilités insuffisantes ou même inexistantes de perfectionnement. Pour l'application de cours d'un an pour les éducateurs pour adultes africains, les responsables se sont appuyés sur les prémices fondamentales suivantes:

  1. «Le cours doit être international et «pan africain» et un rapport doit être fait sur la manière de surmonter et éliminer les barrières de communication en Afrique.

  2. Le cours doit, si possible, être bi-culturel en ce qui concerne le passé colonial de l'Afrique et engager un échange d'expériences entre les participants francophones et anglophones.

  3. L'hétérogénéité des participants doit être réduite à un minimum grâce à des critères et méthodes de sélection précis en vue d'atteindre une expérience professionnelle et une base d'apprentissage aussi semblable que possible de la part des participants.»

Cher Heribert,
Je vous prie d'accepter toutes mes condoléances pour le décès de M. Jakob Horn. J'affectionne
particulièrement le souvenir des idées sur les questions essentielles de l'éducation qu'il nous
fit partager à l'occasion du 11e congrès allemand sur l'éducation des adultes qui se déroula en
novembre 2001, à Hambourg, et du généreux accueil qu'il me réserva alors que j'y prenais
part en tant qu'observateur délégué de l'AAACE, l'Association américaine de l'éducation des
adultes et de la formation continue.

L'éducation des adultes lui doit d'avoir été enrichie grâce aux efforts qu'il lui a consacrés durant sa longue et remarquable carrière.

Avec toute ma gratitude.

John A. Henschke, université du Missouri,
Saint-Louis

Cette institution en 1974, après 12 années d'existence, comptait en tout 277 collègues de 10 pays d'afrique ayant pris part à de cours. Durant cette année de perfectionnement, les collègues africains ont aussi fait des stages dans différentes universités populaires allemandes et ont ainsi pu profiter d'un aperçu direct sur le travail des éducateurs pour adultes allemands. Suite à ces débuts de coopération avec les jeunes états africains, un spectre toujours plus grand de mesures et de programmes de coopération a pris forme dans les années qui suivirent. Ces mesures de perfectionnement ont été accompagnées et renforcées par des programmes de contacts professionnels poursuivis de cours pour cadres pour des groupes plus importants d'éducateurs pour adultes dans les pays mêmes, ainsi que divers voyages de sélection pour garder les contacts avec les coopérateurs de l'Association des Universités Populaires, des auxiliaires particuliers pour les anciens participants et institutions partenaires de l'Association Allemande des Universités Populaires. La planification et programmation de l'Association des Universités Populaires en Afrique ont été essentiellement soutenues par les conférences des représentants gouvernementaux auxquelles les partenaires africainsde l'Association des Universités Populaires ont pris part.

Suite aux expériences positives ‘Constatées dans le séminaire pour les éducateurs pour adultes africains, l'Association Allemande des Universités Populaires a répondu aux demandes de différents états d'Amérique Centrale et a organisé de même pour les éducateurs pour adultes d'Amérique Latine un séminaire de perfectionnement, sur une année, à l'Université Populaire Résidentielle de Rendsburg sous la direction de Kurt Meissner. Ont pris part à ces 3 années de séminaire de perfectionnement à Rendsburg de 1965 à 1968 et aux séminaires suivant de 1968 à 1982 à San José et Costa Rica, 250 éducateurs pour adultes latino-américains.

Suite à la participation des éducateurs pour adultes aux mesures de perfectionnement de l'Association Allemande des Universités Populaires, des projets concrets ont vu le jour par la suite avec les pays d'Afrique et d'Amérique Latine.

Vers le milieu des années 60, l'Association Allemande des Universités Populaires a poursuivi aussi des plans concrets à savoir élaborer un séminaire de perfectionnement semblable pour l'Asie. Ce plan ne put être réalisé par suite de difficultés au niveau politique et financier.

Une réflexion quant au travail même et le fait que les bénéficiaires de subventions on souvent à faire face à des concepts changeants de leurs instances politiques ont entraîné, après 12 ans, la suppression du séminaire pour éducateurs pour adultes africains du Pavillon de Chasse Gôhrde et à partir de 1975 l'intégration des mesures de perfectionnement aux nouveaux programmes de l'Association Allemande des Universités Populaires en Afrique. Dés la mise sur pied du séminaire pour les éducateurs pour adultes, il y a eu de la part de l'Association Allemande des Universités Populaires de fortes hésitations quant à la forme et base d'une coopération à long terme avec les pays en voie de développement.

Ces idées se sont vues concrétisées dans une requête adressée en 1969 au Ministère Fédéral de la Coopération expliquant que l'ampleur croissante de la coopération avec les différents partenaires dans les pays en voie de développement et l'indispensable planification à long terme et systématique de l'Association Allemande des Universités Populaires rendait l'élaboration d'un service propre pour ce domaine au sein de l'association indispensable. Ce service «Section Education pour Adultes dans les Pays en voie de Développement» a été fondé fin 1969. La coopération au niveau personnel, professionnel et financier de l'Association Allemande des Universités Populaires avec ses partenaires dans les pays en voie de développement s'est vue ainsi établie sur une base fixe et à long terme.

Après des années de construction et de consolidation, la Section de l'Association Allemande des Universités Populaires devait remplir les fonctions suivantes:

  • Planification, coordination et application de la coopération de-l'Association Allemande des Universités Populaires avec les partenaires d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine.

  • Appui et conseils professionnels des projets et des partenaires de l'Association Allemande des Universités Populaires dans ces pays.

  • Appui scientifique aux projets et partenaires de l'Association Allemande des Universités Populaires. 

  • Coopération avec des organisations et institutions internationales et nationales.

  • Gestion de la réalisation du projet depuis la demande de fonds auprès du Ministère pour la Coopération jusqu'à la réddition des comptes.

La coopération continue avec le partenaires dans les pays en voie de développement depuis le début des années 60 et le nombre croissant des programmes appliqués en commun avec ces partenairesont démontré aux responsables de la Section l'utilité d'organiser le travail futur de l'Association Allemande des Universités Populaires dans ce domaine d'après leslignes directives suivantes:

  • L'introduction active de l'Education des Adultes en Afrique, Asie et Amérique Latine repose sur la reconnaissance du fait qu'un développement sans éducation ne peut être efficace. Nous reconnaissons le droit des pays «en voie de développement» à exiger une contribution des pays industriels riches située bien au-delà de l'aumône ou des mesures habituelles relevant de la politique et de l'économie étrangère.

  • Nous entendons par Education des Adultes en Afrique, Asie et Amérique Latine des efforts qui en plus ou à côté des mesures relevant des systèmes de formation et d'éducation de caractère formel traditionnel peuvent mener à une certaine égalité sociale. Dans ce but, nous devons partir du fait que l'Education des Adultes n'est souvent pour la plus grande partie de la population que la toute première et seule possibilité d'éducation existante. Nous comprenons par développement le processus qui offre la possibilité, conformément aux droits et aux intérêts de l'homme en particulier et d'un groupe, de satisfaire les besoins fondamentaux suivant: nourriture suffisante, habitat, activité culturelle, éducation appropriée, sécurité sociale, participation politique et sociale.

  • Adult education differs, in our opinion, from the traditional forms of education by way of its greater flexibility in respect to individual and collective demands and interests. This flexibility enables adult educa tion to be realised with regard to development. To a great extent basic needs in “developing countries” cannot be satisfied on account of historical, political, economic and social reasons. Adult education should attempt to expose these reasons and offer solutions. Adult education should, right from the start, support the disadvantaged.

 

  • L'Education des Adultes se différencie entre autres des formes de systèmes de formation et d'éducation traditionnels de par sa plus grande flexibilité vis-à-vis des besoins et des intérêts individuels et collectifs. Grâce à cette flexibilité, l'Education des Adultes est à même de se mettre positivement au service du développement. Pour des raisons d'ordre historique, politique, économique et social, une grande partie des populations d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine souffre de besoins fondamentaux non satisfaits. L'Education des Adultes devrait tenir compte de ces raisons et proposer dans son domaine des solutions. L'Education des Adultes doit s'engager de prime abord pour la cause des personnes désavantagées.

  • Nous sommes d'avis que dans certains pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine une aide venant de l'étranger, pour un certain laps de temps, peut être utile à la tâche de l'Education pour Adultes. Cependant, un mode d'éducation appliqué suivant les modèles d'éducation des pays de l'Ouest doit être repoussé. Les décisions sur les formes d'organisation, les sujets et les méthodes de l'Education des Adultes doivert être déterminés par les pays mêmes.
  • Nous envisageons pour cette coopération des possibilités de soutien centrées
    principalement dans les domaines suivants:

    • Promotion de formes institutionelles de l'Education pour Adultes dans la zone d'influence ville et campagne se concentrant sur la formation professionnelle.
    • Promotion du travail de base essentiel dans les zones rurales en terant compte des formes de production rurale, de débit etc....
    • Promotion du rôle de la radio en tant que media de masse capable de mobiliser une plus grande partie de la population accompagné d'un matériel éducatif complémentaire et de cours parallèles.
    • Promotion de programmes pour la mise sur pied de matériel d'enseignement.

       

En tant qu'institution professionnelle autonome, l'Association Allemande des Universités Populaires est libre de choisir ses partenaires pour une coopération en Education pour Adultes. Suite à ses longues années d'expérience et à ses contacts professionnels, la Section a pour partenaires dans ses programmes des représentants privés et aussi gouvernementaux.

La diversité dans le travail international du DVV a été représentée quant à son importance et sa signification par Helmuth Dolff qu'il a suivant son propre pragmatisme ainsi résumée:

«Les problèmes de l'Education pour Adultes dans un pays sont à un tel point complexes et durs à résoudre qu'il ne peut s'avérer qu'utile de renforcer la coopération au-delà des frontières nationales. Cette coopération est aussi un élément de sécurisation envers la paix dans notre monde de plus en plus difficile.»

Reproduction de Éducation des Adultes et Développement, numéro 22, 1984, pp. 25 -31

Cher Heribert,

Je suis profondément peiné par la mort de Jakob Horn. Nous connaissons et apprécions tous son immense contribution à l'éducation des adultes dans le monde entier et le rôle
transformateur qu'il a joué en façonnant et en exploitant la stratégie et le travail de la DVV dans ce domaine. Les éducateurs d'adultes ne l'oublieront pas.

Adama Ouane, directeur de l'UIL