Nazaret Nazaretyan

Dans la foulée de l’effondrement de l’Union soviétique, les structures de l’éducation ont-elles aussi été détruites et il a fallu les reconstruire. De nouveaux défis sont apparus, notamment dans le domaine de la formation professionnelle. C’est dans ce contexte qu’est né le Réseau d’éducation des adultes du Caucase méridional (SCAEN) qui joue un rôle essentiel dans le domaine de l’éducation de proximité. Nazaret Nazaretyan présente en détail un projet mené en Arménie. Il est le directeur de l’antenne arménienne de DVV International et son coordinateur national en Arménie depuis février 2003.


Le rôle du réseau d’éducation des adultes du Caucase méridional dans l’éducation de proximité

Dans la plupart des pays de l’ancienne Union soviétique, notamment dans les pays du Caucase méridional, le processus de création des collectivités locales n’est pas encore totalement terminé: en effet, si elles existent au plan formel, les gens ne saisissent souvent pas le rôle que joue la collectivité et celui qu’eux-mêmes jouent au sein de cette dernière. À l’époque soviétique, le phénomène de la collectivité avait été exclu de la société. La présence de collectivités unies et puissantes comportait des risques divers pour le régime. Avoir des collectivités avec leurs propres intérêts, pas forcément les mêmes que ceux de l’État, et décidées à les présenter et à les protéger était considéré comme dangereux pour l’État. Certes, le gouvernement soviétique avait créé des structures pour remplacer les collectivités locales (les kolkhozes par exemple), toutefois ce n’était ni à la collectivité ni à l’intérêt public qu’elles obéissaient, mais à l’intérêt de l’État.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, la plupart des structures anciennes furent détruites et les gouvernements d’un certain nombre de nouveaux États, moins autocrates et de ce fait moins sous la coupe d’un pouvoir vertical, commencèrent à créer de nouvelles structures et de nouveaux outils destinés à l’administration municipale et au développement local.

En Arménie, par exemple, des collectivités ont été créées, et nous nous trouvons là-bas en présence d’un système administratif municipal complètement structuré – de façon plus ou moins bonne. Malheureusement, les activités de la plupart des collectivités ne sont pas couronnées de succès, ce qui n’est toutefois ni la faute de la législation, ni celle de l’État, ni celle du gouvernement.

Nous ne disons pas cela pour défendre nos États, qui ont suffisamment d’autres problèmes (corruption, mauvaise gestion, manque de professionnels, etc.), mais du fait de l’expérience que les projets que nous avons montés nous ont permis d’acquérir. Ce que nous pouvons dire, c’est qu’un grand nombre des difficultés auxquelles les gens doivent faire face au sein de la collectivité est le résultat de leur façon de penser. Il est absolument nécessaire d’activer les gens et de les aider à devenir des membres de leurs collectivités locales et non pas juste des habitants de leurs municipalités. De ce point de vue-là, il ne faut pas sous-estimer le rôle des établissements d’enseignement, notamment d’éducation des adultes, en ce qui concerne la formation et le développement des collectivités.

Dans cet article, je présenterai des projets de DVV International en rapport avec la création du Réseau d’éducation des adultes du Caucase méridional (SCAEN). Le projet réalisé en Arménie fera l’objet d’une présentation plus détaillée.

Les universités populaires dans la région de Samtskhe-Javakheti – une occasion d’intégrer les minorités, un projet mené en Géorgie

Le premier projet de création de centres d’éducation des adultes, intitulé Les universités populaires dans la région de Samtskhe-Javakheti – une occasion d’intégrer les minorités a été mené en Géorgie de 2006 à 2008 dans le cadre de l’Initiative européenne pour la démocratie et les droits humains.

Dans deux villes, Akhaltsikhe et Akhalkalaki, deux centres d’éducation des adultes (www.adult-education.ge) ont été créés. Le personnel nécessaire a été recruté et formé. Sa formation s’est déroulée non seulement en Géorgie, mais aussi en Allemagne, à l’occasion d’un voyage d’études. Ce programme a été mis en oeuvre par DVV International en collaboration avec deux partenaires locaux: l’Union des Meskhètes démocrates et l’Association d’éducation des adultes de Géorgie.

Ce projet visait à promouvoir les droits des minorités nationales, en premier ceux des Arméniens rassemblés dans la région de Samtskhe-Javakheti en Géorgie. L’idée du projet consistait à aider la population de cette province à exercer son droit légal à l’éducation et, notamment, à l’éducation non formelle. Le projet encourageait la réintégration de la population locale dans la société civile géorgienne.

Durant le projet, plusieurs formations ont été organisées pour des habitants d’Akhaltsikhe et d’Akhalkalaki. Ces formations portaient principalement sur les thèmes suivants:

  • Apprentissage du géorgien
  • Formation professionnelle (couture, fabrication de bijoux, travail du bois, etc.)
  • Formation concernant l’information et la communication
  • Éducation civique
  • Formations commerciales

Depuis la fin du projet en 2008, les deux centres d’éducation des adultes travaillent indépendamment et ont mis sur pied des financements durables s’appuyant sur différentes sources telles que les budgets communaux, différentes organisations internationales, des structures commerciales locales, des personnes privées payant pour les cours.

Réduction de la pauvreté grâce à l’éducation active des adultes

(PROACTIVE) – un projet pilote dans la marz (province) de Tavush, en Arménie

Au sein du programme de l’Union européenne, Les acteurs non étatiques et les autorités locales dans le développement – ARMÉNIE, DVV International organise depuis 2009 dans la province de Tavush, en Arménie, un projet pilote de réduction de la pauvreté grâce à l’éducation active des adultes.

Notre projet a pour objectif de contribuer à réduire la pauvreté en promouvant et en créant des stratégies et structures modernes de développement des ressources humaines. En outre, nous entendons mettre en oeuvre des stratégies et outils d’apprentissage tout au long de la vie et favoriser la collaboration et la participation active des municipalités et des partenaires sociaux pour développer les ressources humaines par le biais de l’éducation et de la formation.

En créant des services durables d’éducation des adultes, nous contribuerons au développement général de l’économie et de la collectivité toute entière.

Nous visons spécifiquement la création de services modernes durables d’éducation des adultes dans la province de Tavush, notamment destinés aux membres les plus vulnérables de la collectivité: les chômeurs. Le centre d’éducation des adultes d’Ijevan qui vient d’être créé a pour fonction d’être un établissement d’enseignement ainsi qu’un médiateur du dialogue entre les différents dépositaires d’enjeux et acteurs dans le domaine de l’éducation.

Le centre d’éducation des adultes d’Ijevan doit être un établissement d’enseignement unique en son genre, qui a déjà commencé à offrir aux adultes des possibilités de s’éduquer dans différents domaines, les offres éducatives étant adaptées aux besoins de l’économie locale et des apprenants. Bénéficiant ainsi d’équipements modernes d’éducation des adultes, les populations vulnérables de la province de Tavush auront l’occasion de favoriser leur développement personnel et d’accroître leur compétitivité sur le marché du travail.

Prévu comme projet pilote à partager et éventuellement à reproduire aux niveaux national et régional, ce projet cherche à contribuer à la promotion du développement des ressources humaines et à créer des stratégies et structures viables d’apprentissage tout au long de la vie aux niveaux local et national. Ce projet doit contribuer à poursuivre la décentralisation en créant des capacités chez les acteurs locaux et en mettant sur pied des réseaux et partenariats.

Groupes cibles et bénéficiaires

Les populations vulnérables (chômeurs, handicapés) d’Ijevan et de la province de Tavush constituent notre premier groupe cible. Notre projet leur offre davantage de possibilités de se former adéquatement et de trouver un emploi sur le marché du travail ou de créer leur propre affaire.

Toute la population de la ville d’Ijevan ainsi que la population d’autres municipalités (Dilijan, Noyemberyan et Berd) dans la province de Tavush constituent un autre groupe cible de notre projet. En engageant le débat sur différents sujets touchant ces collectivités, le centre d’éducation des adultes d’Ijevan entend inciter un certain nombre d’acteurs, mais aussi la population dans son ensemble, à exercer une influence sur les décisions prises aux niveaux local et régional. En outre, la population accèdera ainsi plus facilement à de nouveaux modes d’éducation et de formation.

 

 

 

Ljevan: Discussion sur des matériels
Source: Nazaret Nazaretyan

 

 

 

 

Les administrations municipales et régionales font également partie de nos groupes cibles. Coopérer avec elles garantira l’intégration de stratégies d’apprentissage tout au long de la vie dans les politiques locales et régionales. Les établissements d’enseignement locaux, dont les formateurs et professeurs acquerront de nouvelles compétences afin non seulement de prodiguer un enseignement moderne dans leurs établissements, mais aussi de développer de nouveaux programmes créatifs locaux, nationaux et internationaux, et d’y participer, constituent également un groupe cible.

Enfin, autre groupe cible de notre projet: les représentants d’entreprises locales qui auront ainsi à leur disposition un nouveau partenaire qualifié, en mesure de fournir des cours de formation modernes, correspondant à leurs besoins.

Nos partenaires

Dans ce projet, nous avons deux partenaires locaux: la chambre du commerce et de l’industrie de la province de Tavush et l’Association de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie. Ces partenaires assureront la viabilité des activités du centre d’éducation des adultes d’Ijevan une fois que le projet aura touché à sa fin. Les deux partenaires créent actuellement une société à responsabilité limitée à laquelle seront transmis tous les locaux, équipements et matériels de formation et autres du projet une fois que celui-ci sera arrivé à son terme.

Quelles mesures?

Pour atteindre nos objectifs, les mesures suivantes sont nécessaires:

1. Création à Ijevan d’un centre d’éducation des adultes viable

  • installé dans ses propres locaux pour organiser des cours de formation et autres activités éducatives;
  • disposant d’une équipe de direction et de formation;
  • disposant d’équipements de formation modernes, correspondant aux exigences sur le marché du travail;
  • ayant un bon accès aux populations de la région, notamment à leurs groupes vulnérables
  • et participant activement au dialogue local et régional.

2. Notre centre d’éducation des adultes inauguré de fraîche date doit proposer des cours de formation professionnelle aux groupes de population vulnérables de la province de Tavush et organiser des débats publics sur des sujets d’actualité importants pour la région.

3. En coopération avec différents dépositaires d’enjeux, le centre fournira son soutien au dialogue social sur le développement des ressources humaines et pour que des politiques d’apprentissage tout au long de la vie soient mises à l’ordre du jour des affaires locales et régionales dans la province de Tavush.

Aperçu historique

1. Le projet d’un comité directeur a été mis en oeuvre en mars 2009. Ce comité est composé de quinze représentants issus de l’administration régionale de la province de Tavush,

  • de la mairie d’Ijevan,
  • de l’agence nationale pour l’emploi et du centre national pour l’emploi,
  • du centre national pour le développement de l’éducation et de la formation professionnelles,
  • d’ONG locales et régionales,
  • d’entreprises et de leurs représentants,
  • de l’agence locale du centre national de développement des PME,
  • de l’Association de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie,
  • de la chambre du commerce et de l’industrie et
  • du centre national pour l’organisation de manifestations pour la jeunesse.

Le comité directeur se réunit une fois tous les deux mois et aborde différentes questions pour soutenir le projet. Le comité consulte la direction du projet et du centre d’éducation des adultes durant le projet, et donne en particulier des conseils et des idées concernant le fonctionnement du centre, la coordination avec les dépositaires d’enjeux locaux et le plan de viabilité en cours de développement. Le comité directeur prend également part aux prises de décisions concernant le projet, et c’est lui qui a recruté le personnel du centre d’éducation des adultes d’Ijevan. Au terme du projet, le comité sera réorganisé sous forme de conseil d’administration du centre d’éducation des adultes.

2. Création du centre d’éducation des adultes et recrutement et formation de son personnel

Le centre d’éducation des adultes d’Ijevan est déjà en service. Toutes les activités sont organisées dans les locaux du centre d’Ijevan responsable des manifestations pour la jeunesse, qui est gratuitement mis à la disposition du projet par le centre national d’organisation de manifestations pour la jeunesse. L’équipe du projet dispose ainsi d’un bureau et de locaux de formation et de réunion. Le bâtiment qui accueille le centre d’éducation des adultes d’Ijevan a été construit dans le cadre du projet. Les travaux de construction sont encore en cours, leur achèvement étant prévu d’ici à l’automne 2010.

L’équipe du projet et le personnel du centre d’éducation des adultes d’Ijevan ont déjà été recrutés. Juste après son recrutement, le personnel du centre est parti en voyage d’étude à Erevan. À cette occasion, l’équipe du centre a rencontré des représentants de différents dépositaires d’enjeux: du centre national pour le développement de l’éducation et de la formation professionnelles, de l’agence nationale pour l’emploi, de l’agence privée de recrutement Tanger et de différents établissements d’éducation et de formation professionnelles. Actuellement, le personnel du centre d’éducation des adultes d’Ijevan est coaché par des membres du personnel et des partenaires de DVV International. Le centre a déjà organisé des formations d’anglais et d’informatique pour le personnel enseignant. Jusqu’au terme du projet, des formations seront continuellement organisées pour le personnel enseignant dans les domaines suivants:

a) Programmes de formation sur l’andragogie, portant, entre autres, sur les modèles de communication, les techniques modernes d’éducation et de formation, l’éducation des adultes et la coopération avec les partenaires sociaux, l’éducation des adultes dans le contexte des processus éducatifs modernes, la gestion de l’éducation des adultes.

b) Formation portant sur des compétences essentielles.

c) Formation spéciale du personnel enseignant portant sur l’élaboration de curriculums.

d) Création et formation d’une équipe sur le développement organisationnel.

3. Voyages d’études en Allemagne et en Géorgie

Deux voyages d’études, l’un en Allemagne (Regen, Kelheim) et le second en Géorgie (Akhalzikhe, Akhalkalaki), ont été organisés. Ils avaient pour but de permettre aux participants de se rendre compte de la façon dont fonctionnent les universités populaires en Allemagne et comment leur concept a été traduit dans un pays où la situation est comparable à celle qui règne en Arménie.

Le voyage en Allemagne avait été organisé par DVV International en collaboration avec l’université populaire de Regen et la Coopération technique allemande (GTZ).

À l’occasion de ces voyages d’études, le personnel du centre d’éducation des adultes d’Ijevan et des représentants du comité directeur ont rendu visite à différents dépositaires d’enjeux en Allemagne et en Géorgie.

Pendant les dix jours qu’a duré son voyage en Allemagne, notre groupe s’est rendu dans des universités populaires, dans des bureaux de placement locaux, régionaux et nationaux, dans des chambres de l’industrie et du commerce, et dans des établissements de formation professionnelle, et a rencontré des représentants de l’administration régionale et municipale. Nous avons aussi eu l’occasion de rencontrer des employeurs, actifs en tant que partenaires sociaux et qui coopèrent avec des universités populaires et des établissements d’éducation et de formation professionnelles.

Durant ce voyage, nous nous sommes penchés sur des questions concrètes en rapport avec la gestion générale (le conseil d’administration en place, le mécanisme opérationnel), le financement (les structures de financement: l’État, les entreprises, les membres de la collectivité, les projets internationaux, etc.), les relations publiques et le marketing, l’enseignement dispensé (tel qu’il l’est actuellement, la structure des cours: formation professionnelle, éducation culturelle, éducation civique), le partenariat et les actions de lobbying/de plaidoyer.

Nous avons pu constater l’importance du rôle des universités populaires pour le développement local et régional en Allemagne. Lors des réunions avec les dépositaires d’enjeux dans le landkreis (circonscription) de Regen, ces derniers ont chaque fois fait mention de leur coopération active avec l’université populaire de Regen qui se traduit par différents types de cours d’éducation des adultes ouverts à la collectivité, par des activités de développement touristique et d’autres activités à l’ordre du jour local. Nous avons aussi pu voir que l’université populaire de Regen était considérée comme l’un des principaux acteurs de la stratégie de développement régional (Agenda 21) de la circonscription de Regen.

L’un de nos principaux objectifs consiste par conséquent à faire du centre d’éducation des adultes d’Ijevan un établissement qui prendra une part active à toutes les activités de développement local et régional à Ijevan et dans la province de Tavush.

Les centres d’éducation des adultes des villes géorgiennes d’Akhalkalaki et d’Akhaltsikha sont eux aussi activement impliqués dans la politique municipale. Ils disposent d’une bonne expérience en ce qui concerne l’organisation de formations pour les enseignants, les hommes d’affaires sur place et, d’une manière générale, pour répondre aux besoins du marché local du travail.

De ces voyages, il est clairement ressorti que le rôle des universités populaires en Allemagne et des centres d’éducation des adultes en Géorgie consistait à s’attaquer à différentes questions concernant les collectivités auxquelles elles appartiennent – une expérience très enrichissante pour nous et pour nos partenaires.

Pour permettre de poursuivre les échanges et la coopération au développement entre le centre d’éducation des adultes d’Ijevan et l’université populaire de Regen, nous avons invité le directeur de cette dernière, monsieur Herbert Unasch, à nous rendre visite à Ijevan.

4. Élaboration du plan de viabilité du centre d’éducation des adultes

L’élaboration du plan de viabilité du centre a pris pour point de départ les résultats d’une première discussion au plan local, organisée en 2009 dans le cadre de la Semaine de l’éducation des adultes en Arménie. Ce plan de viabilité devra évaluer la situation du centre d’éducation des adultes (analyse AFOM: atouts, faiblesses, opportunités, menaces – ndlt), son potentiel, sa mission ainsi que sa vision pour l’avenir, déduire de cela plusieurs scénarios de développement du centre (y compris en ce qui concerne les types de cours, les structures de gestion, les ressources financières – cours payants, mobilisation d’autres sources de financement) et s’appuyer entièrement sur les besoins de la collectivité locale.

5. Conception de programmes de formation professionnelle et de formation visant l’amélioration de l’employabilité

En se basant sur les besoins du marché du travail, l’équipe de mise en oeuvre du projet a commencé à concevoir plusieurs modules de formation non seulement pour des chômeurs, mais aussi pour un éventail plus large d’intéressés au sein de la population locale. Des programmes de formation doivent être élaborés en étroite collaboration avec des partenaires sociaux et en tenant compte des besoins des groupes cibles (notamment en fonction du moment choisi, de la durée et des sujets couverts). Actuellement, des modules portant sur la fabrication et l’assemblage de meubles sont en cours d’élaboration. Différentes analyses du marché du travail sont prévues en collaboration avec le centre régional pour l’emploi de Tavush.

Une attention toute particulière sera accordée aux chômeuses de façon à ce qu’elles participent à ces programmes.

Tous les modules de formation seront soumis à l’examen du centre national pour le développement de l’éducation et de la formation professionnelles.

Durant la phase d’élaboration des programmes de formation, l’équipe de mise en oeuvre du projet collabore activement avec les agences locales et nationales pour l’emploi, le centre national pour le développement de l’éducation et de la formation professionnelles, des représentants d’entreprises locales, la municipalité et des ONG.

 

 

 

Voyage d’études en Allemagne
Source: Nazaret Nazaretyan

 

 

 

 

 

6. Mise en oeuvre/évaluation des cours de formation

Parallèlement à la construction des locaux devant abriter le centre d’éducation des adultes d’Ijevan se déroulera un stage de formation sur la façon de mener les activités avec la Coopération technique allemande (GTZ).

Pour diriger la formation, deux professeurs expérimentés ont été choisis par l’équipe de mise en oeuvre du projet. En outre, les participants au stage de formation ont été choisis dans une liste de chômeurs fournie par le centre régional pour l’emploi. Les stagiaires ont été sélectionnés après un entretien, sur la base de leur motivation et de leur expérience.

Une entreprise externe autorisée est chargée de contrôler tous les travaux liés à la construction du bâtiment.

Tous les participants au stage recevront un certificat. Une procédure de certification spéciale pour le centre d’éducation des adultes d’Ijevan est en cours d’élaboration. Elle se base sur des modèles de DVV International déjà en place en Géorgie et dans d’autres pays d’Asie centrale.

7. Discussions au plan local

Dans le cadre de l’édition 2009 de la Semaine de l’éducation des adultes, une première discussion a été organisée au plan local. Son thème: la viabilité du centre d’éducation des adultes d’Ijevan. Ses participants: des représentants de différentes ONG, la municipalité, des employeurs et des établissements d’enseignement. La plupart des sujets abordés et proposés par les participants à l’atelier sont directement en rapport avec le développement de la collectivité. Il est prévu d’organiser toute une série de discussions. Il est également prévu d’organiser plusieurs formations non professionnelles.

La Coopération technique allemande (GTZ), avec l’appui du gouvernement allemand, met actuellement en place le projet intitulé Prévention des catastrophes dans le Caucase méridional. En collaboration avec ce projet, nous projetons d’organiser des formations à l’intention de la population locale sur différents thèmes liés à la prévention des catastrophes.

8. Créer des mécanismes de coopération avec les partenaires sociaux et différents médias

Deux des facteurs essentiels d’une éducation et d’une formation modernes et de qualité sont la participation active des partenaires sociaux au processus pédagogique à différents niveaux et le rôle des grands médias dans la diffusion des pratiques d’excellence dans ce domaine. La participation des grands médias et des partenaires sociaux mène à une plus grande transparence et, du coup, à une efficacité et une efficience accrues de l’éducation et de la formation. La coopération active avec des représentants des médias nous permet de diffuser des informations concernant nos activités auprès de la population locale.

Organisés périodiquement, conjointement avec la Coopération technique allemande (GTZ), les forums de l’emploi servent d’espaces de discussion sur des thèmes liés à l’emploi et, dans la foulée, sur l’offre de formations adéquates. Les participants à ces forums de l’emploi sont des employeurs, des centres d’emploi régionaux et locaux ainsi que les administrations municipales et régionales de la province de Tavush.

Il existe un site Internet à ce sujet. À l’adresse www.aec-ijevan.am, des renseignements relatifs aux cours actuellement proposés et à l’actualité du projet sont présentés en deux langues (en arménien et en anglais).

9. Actions de plaidoyer et conseils politiques au niveau local – l’intégration de stratégies d’apprentissage tout au long de la vie dans les plans de développement local

Afin d’assurer que les stratégies et approches d’apprentissage tout au long de la vie, mises en valeur à l’exemple du centre d’éducation des adultes d’Ijevan, soient mieux connues et reconnues par les administrations municipales et les dépositaires d’enjeux locaux, l’équipe de mise en oeuvre du projet est activement en contact avec les administrations régionale et locale de la province de Tavush et de la ville d’Ijevan. Le projet a été présenté au gouverneur de la province de Tavush et au maire de la municipalité d’Ijevan. Le vice-gouverneur de la province et le représentant du maire sont membres du comité directeur du projet. Le vice-gouverneur de la province de Tavush a pris part au voyage d’étude en Allemagne et a été informé sur le rôle de l’éducation des adultes et de l’apprentissage tout au long de la vie dans le quotidien et le développement des collectivités locales. La visite du directeur de l’université populaire de Regen, prévue pour 2010, sera également utile pour conseiller les administrations locale et régionale en ce qui concerne l’intégration des stratégies d’apprentissage tout au long de la vie dans les plans de développement local.

Un festival d’éducation des adultes sera organisé dans la province de Tavush pour attirer l’attention et sensibiliser les gens, et provoquer ainsi un élan du public vers la question de l’éducation des adultes.

10. Élaboration d’un guide

Il est essentiel d’exposer les résultats de ce type de projet à d’autres régions et municipalités en Arménie. Pour cela, un guide devra être élaboré durant la dernière phase du projet. Ce guide fournira des informations concrètes sur la façon de créer de tels centres d’éducation des adultes, sur l’historique du projet, sur l’expérience acquise, sur les meilleures pratiques et sur les enseignements retirés. Ce guide sera utile pour la mise en oeuvre ultérieure de projets similaires. Il présentera les mécanismes d’un partenariat couronné de succès, des outils d’auto-évaluation pour des établissements d’éducation des adultes et des modèles de développement et de mise en oeuvre de programmes de formation. Ce guide sera diffusé au niveau national.

Soutien à l’intégration socio-économique des déplacés internes dans la région de Kvemo Kartli, un projet mené en Géorgie

En août 2009, DVV International et l’ONG espagnole Acción contra el hambre (ACH) ont conjointement mis en oeuvre deux projets: le projet de soutien à l’intégration socio-économique des déplacés internes dans la région de Kvemo Kartli et le projet de soutien à l’intégration socio-économique des déplacés internes dans la région de Zemo Svaneti. Le projet mené dans la région de Kvemo Kartli est organisé en collaboration avec l’ONG géorgienne CiDA. Les deux projets sont financés par l’Union européenne dans le cadre de son instrument de stabilité.

En janvier 2010, ont été inaugurés trois centres dans la région de Kvemo Kartli, à savoir ceux de Koda, Rustavi et Shaumiani, et deux centres dans la région de Samegrelo-Zemo Svaneti dans les municipalités de Jvari et Senaki.

Chaque projet se déroule sur une période de 18 mois.

Les centres d’éducation de proximité ont pour objectif d’organiser des programmes d’éducation informelle et, par conséquent, de soutenir l’intégration au sein de collectivités et le développement des ressources humaines dans les camps de déplacés internes.

La création de centres d’éducation de proximité et la mise en oeuvre de programmes éducatifs représentent juste un des volets du programme. En dehors de cela, il est prévu d’organiser des microprojets visant à réhabiliter les infrastructures locales et à développer l’agriculture. Des subventions seront débloquées afin de mettre en place ces programmes.

Les centres d’éducation de proximité vont commencer à proposer des services d’éducation gratuits, tant aux déplacés internes qu’aux populations locales. Les programmes suivants seront organisés dans les centres: formations pour le développement personnel, formations professionnelles, cours d’ordinateur et d’anglais, programme pour la jeunesse (éducation civique, événements sportifs, clubs articulés autour de différents centres d’intérêt, etc.), conseils juridiques et psychologiques, conférences publiques sur différents thèmes, etc.

Les projets axés sur la collectivité, l’agriculture et la jeunesse seront d’abord mis en oeuvre dans six municipalités. Leur viabilité et leur force reposeront sur le travail des centres de proximité au niveau municipal, qui proposeront un enseignement professionnel à des jeunes et accroîtront ainsi les possibilités des administrations municipales et des dirigeants locaux. Dans les municipalités de Tsalenjikha, Senaki, Tetritskharo, Marneuli, Bolnisi and Rustavi, quelque 9000 déplacés internes et représentants des populations locales avec des origines ethniques, culturelles et linguistiques différentes participeront conjointement à des activités sociales et économiques utiles et créeront une plate-forme de dialogue acceptée par tous. Ce projet de soutien à l’intégration socio-économique des déplacés internes aidera non seulement ces personnes, mais aussi les populations locales des régions de Samegrelo et de Kvemo Kartli à prendre une part active à la vie culturelle et sociale, et le dialogue entre les gens et les pouvoirs publics favorisera l’intégration et l’unité au sein de la population.

Études menées dans le cadre du projet:

  • Étude sur l’éducation et sur d’autres besoins des déplacés internes dans la région de Kvemo Kartli
  • Étude sur l’éducation et sur d’autres besoins des déplacés internes dans la région de Samegrelo
  • Évaluation de la réponse des municipalités aux besoins des déplacés internes dans la région de Kvemo Kartli
  • Évaluation de la réponse des municipalités aux besoins des déplacés internes dans la région de Samegrelo

Le projet COPE (coopération par le partenariat pour l’éducation) de centres de formation des adultes comme possibilité favorisant la réduction de la pauvreté, l’éducation et l’inclusion sociale – un projet mené en Azerbaïdjan

Je souhaite maintenant présenter le projet COPE (coopération par le partenariat pour l’éducation) de centres de formation des adultes comme possibilité favorisant la réduction de la pauvreté, l’éducation et l’inclusion sociale, qui a démarré en 2010, en Azerbaïdjan. Il est financé dans le cadre du programme de l’Union européenne, Les acteurs non étatiques et les autorités locales dans le développement – Azerbaïdjan. Ce projet sera mis sur pied au fil des trente mois à venir dans six régions du sud de l’Azerbaïdjan. Il a pour objectif de promouvoir la citoyenneté active et l’intégration sociale des populations locales pauvres en soutenant la réduction de la pauvreté grâce à des services éducatifs proposés par l’intermédiaire d’un réseau de centres de formation des adultes.

La bâtiment du centre de formation des adultes de la région de Masalli sera acheté et rénové. Une fois le centre créé, il sera relié à cinq centres de formation existant déjà dans les régions de Jalilabad, Lankaran, Yardimli, Lerik et Astara, et qui appartiennent à l’ONG Agro-Maslahat, le partenaire local de DVV International. Ainsi, le réseau régional de centres de formation du sud de l’Azerbaïdjan sera-t-il orienté vers les marché du travail de façon à proposer des cours de formation professionnelle sur l’agriculture et le tourisme ainsi que des cours d’azéri, d’éducation civique et de d’acquisition de compétences commerciales élémentaires. Afin d’organiser efficacement cette opération, des ONG comme Agro-Maslahat et l’Association d’éducation des adultes, et la municipalité d’Ashurlu de la région de Masalli, en tant qu’administration locale, s’associeront dans le cadre d’un partenariat.

Le projet a pour objectif de soutenir la réduction de la pauvreté et de promouvoir l’intégration sociale des minorités ethniques par la création d’un réseau de centres de formation des adultes afin d’offrir des services éducatifs. L’idée consiste à stimuler le rôle important de l’éducation des adultes pour améliorer l’employabilité et l’inclusion sociale dans les zones rurales de la république d’Azerbaïdjan.

Le projet vise spécifiquement à créer un partenariat et à améliorer les capacités du personnel du réseau de centres de formation des adultes, des administrations municipales et des organisations non gouvernementales, ce qui contribuera à créer un système éducatif efficace et à assurer sa viabilité. On attend que ce partenariat soit mis en place de façon à s’attaquer plus efficacement aux questions sociales, économiques, politiques et culturelles des collectivités locales.

Les activités du réseau de centres de formation des adultes seront consacrées à l’autonomisation des populations indigènes pour leur permettre de résoudre leurs problèmes de réalisation et d’organisation personnelles. Ceci contribuera d’une manière générale au développement d’une société démocratique stable dans le pays.

Le projet sera mis en place dans six régions sélectionnées en Azerbaïdjan, à savoir dans les régions de Masalli, Lankaran, Jalilabad, Yardimli, Lerik et Astara.

Activités prévues pour le projet

  • Création d’un centre de formation des adultes à Masalli
  • Voyage d’études en Allemagne
  • Tables rondes et forums (création de capacités)
  • Cours de gestion et d’entreprenariat
  • Formation des formateurs à des méthodes d’enseignement interactives modernes, destinées aux adultes
  • Élaboration de manuels d’enseignement
  • Cours de formation pour les collectivités locales
  • Création de relations avec les grands médias

Conclusion

En nous appuyant sur notre expérience, nous pouvons affirmer que les programmes éducatifs exerçant une influence réelle sur le développement local, il est essentiel d’opérer à différents niveaux.

Il est important d’opérer au niveau des décideurs nationaux, régionaux et locaux en les convainquant de tenir compte du rôle de l’éducation des adultes dans le développement local et en affectant des ressources financières aux activités éducatives entreprises par des membres de la collectivité.

Autre niveau auquel il est primordial d’opérer: celui des partenaires sociaux. Les activités avec eux devraient principalement consister à les encourager à participer au développement de matériel d’apprentissage adéquat et à investir dans le développement des ressources humaines en leur montrant les vrais avantages qu’ils peuvent retirer d’un personnel mieux formé.

Il est aussi important d’opérer au niveau des dépositaires d’enjeux locaux et régionaux tels que les ONG et les établissements d’enseignement. Il est essentiel d’avoir ici un échange constant et de coopérer avec eux dans les domaines de la formation des formateurs, de la sensibilisation et du plaidoyer sur des questions relatives à l’apprentissage tout au long de la vie.

Enfin, et par-dessus tout, il est nécessaire de collaborer avec les populations locales, en leur montrant la perspective d’une amélioration de leurs chances sur le marché du travail et en les sensibilisant à différentes questions, et, de ce fait, en garantissant leur participation en qualité de citoyens actifs aux décisions prises localement.

Comme l’ont illustré les exemples du réseau d’éducation des adultes du Caucase méridional, DVV International organise des projets dans plus de quatorze collectivités locales en créant des offres durables de formation des adultes, en activant des membres de ces collectivités et des dépositaires d’enjeux essentiels par le biais des activités suivantes:

  • Formations:

    • Cours de formation professionnelle pour adultes
    • Cours de langues et de TIC
    • Éducation civique
    • Débats publics
    • Formations commerciales

  • Débats, forums, tables rondes
  • Pour cela, nous faisons participer différents acteurs, dépositaires d’enjeux et partenaires au développement d’idées et aux prises de décisions. Ceci aide à garantir que les administrations locales et les partenaires s’approprient bien les projets, et contribue à accroître la participation de toute la collectivité aux prises de décisions.

    Enfin, je souhaite aussi noter que cette coopération de plusieurs centres d’éducation des adultes de différents pays avec le réseau du Caucase méridional et aussi avec des partenaires d’autres pays apporte de nouvelles idées et expériences aux organisateurs de projets, les aidant à apprendre les uns des autres, à emprunter de meilleures voies et à éviter de commettre certaines erreurs.1

    Notes

    1 Je remercie mes collègues Lika Katsitadze de DVV International Géorgie et Iskender Sadig de DVV International Azerbaïdjan d’avoir fourni toutes les informations nécessaires à la rédaction de cet article.