Martin Khor

Beaucoup de gens ont jugé les résultats de la conférence mondiale sur le climat Rio+20 insatisfaisants. Les gouvernements ont évité de prendre des engagements fermes et quantifiables, et préféré opter pour des déclarations d’intentions admettant qu’il y a un problème et qu’il est assez urgent de trouver des solutions sans toutefois que ces déclarations les forcent à mettre en oeuvre des mesures que la science et la société civile réclament depuis longtemps. Néanmoins, Martin Khor déclare dans son analyse que tout n’a pas été si mauvais que cela à la conférence. Il est directeur général du Centre Sud et l’un des plus proches observateurs critiques de la conférence.

Rio+20: Follow-up

La Conférence des nations unies sur le développement durable, plus connue sous le nom de Conférence rio+20 parce qu’elle célèbre le 20e anniversaire du sommet planète Terre de 1992, s’est achevée sur un sentiment de profonde déception chez un grand nombre de médias et d’organisations non gouvernementales (ONG) oeuvrant pour l’environnement, qui ont trouvé que peu de nouveaux engagements avaient été pris dans le texte final qui a été adopté par les chefs d’états et de gouvernements et leurs hauts représentants.

Cette réaction est tout à fait compréhensible, car la Conférence rio+20, le plus grand rassemblement international de dirigeants politiques de l’année, a suscité de fortes attentes. en outre, les graves crises économique et écologique qui touchent le monde ont créé l’espoir que des mesures capitales seraient prises, à la hauteur du 20e anniversaire du premier sommet de rio, également appelé Conférence des nations unies sur l’environnement et le développement (CNUED).

l’incapacité des centaines de chefs d’états et de gouvernements qui se sont rendus à rio à prendre des mesures cruciales ou le fait qu’ils n’aient pas été invités à le faire a donc éveillé un sentiment de mécontentement et de frustration. les discours, les tables rondes et les groupes de discussions qui se tenaient dans l’immense centre de conférence riocentro semblaient n’avoir qu’un rôle protocolaire pour les dirigeants politiques, tandis que les difficiles décisions qu’imposaient les crises étaient éludées ou remises à plus tard.

Pourtant, il y a des raisons qui justifient de faire un bilan plus positif de la Conférence rio+20. d’abord, elle a abouti à un texte concerté, ce qui est de plus en plus rare dans les réunions multilatérales de haut niveau. ensuite, la conférence a préservé les bases d’une coopération internationale, en réaffirmant (uniquement) les engagements qui avaient été pris au sujet du développement durable. enfin, elle a demandé aux diplomates et aux représentants de tous les pays de poursuivre leurs négociations et de trouver des solutions aux importantes questions en suspens dans l’année ou les deux années à suivre, notamment en ce qui concerne les objectifs de développement durable, le financement, la technologie et la création d’une instance de développement durable.

La conférence a adopté un document de 53 pages, intitulé L’avenir que nous voulons. elle a réaffirmé ou rappelé ce qui avait été convenu il y a 20 ou 10 ans (d’abord à l’occasion du premier sommet qui s’est tenu à rio et qui a donné lieu aux principes de rio et au programme action 21, puis à l’occasion du sommet qui a eu lieu à Johannesburg, 10 ans plus tard, et qui a donné lieu au Plan de mise en oeuvre). la conférence a demandé de poursuivre les négociations sous l’autorité de l’Organisation des nations unies (Onu), à new York, pour consolider les institutions chargées du développement durable et de l’environnement, déterminer s’il faut fournir des ressources financières et technologiques aux pays en développement, et, le cas échéant, comment, et fixer de nouveaux objectifs de développement durable.

Au regard des mesures urgentes qu’il faut prendre, aucun progrès décisif n’a été fait. la conférence n’a pas pour autant été l’échec décrit par un grand nombre.

Les négociations qui ont précédé la conférence ont modéré les attentes

Ceux qui ont suivi les négociations menées en préparation à la conférence avaient déjà revu leurs attentes à la baisse, et ce pour plusieurs raisons. les négociations se sont enlisées dans des controverses sur l’économie verteŸ, un concept nouveau dans le contexte des négociations multilatérales. Peu d’attention a été accordée à l’évaluation des graves déficiences dans la mise en oeuvre des résultats du sommet de 1992 à rio et de celui de 2001 à Johannesburg, y compris pour ce qui est des engagements de fournir des ressources financières et technologiques aux pays en développement. Ce n’est qu’à un stade avancé de la conférence que les textes relatifs aux questions spécifiques de l’environnement et du développement, comme la sécurité alimentaire, l’eau, les océans, la pauvreté et les échanges commerciaux, et ceux relatifs aux moyens d’exécution (financement et technologie) ont été examinés. en outre, un nouveau thème (les objectifs de développement durable) a été proposé.

Les pays développés ne semblaient pas très enclins à donner un nouvel élan à la coopération internationale ou nord-sud, peut-être à cause des répercussions de la crise financière mondiale qu’ils subissent et de l’insécurité que ressentent certains d’entre eux face à la montée de potentiels rivaux dans le monde en développement. Même le fait de réaffirmer des engagements pris antérieurement, un procédé habituel dans les conférences des nations unies, est devenu délicat. le scénario de la treizième session de la Conférence des nations unies sur le commerce et le développement (CnuCed Xiii) en avril s’est répété. les pays en développement avait dû se battre pour que les pays développés acceptent de réitérer le mandat qui avait été donné à la CnuCed à l’occasion de la précédente session à accra (Ghana) en 2008. Finalement, en deux ans, les jours consacrés à négocier le large éventail de sujets qui font partie intégrante du développement durable ont été trop peu nombreux.

L’impasse dans laquelle se trouvaient les négociations a duré pendant la session même de rio, du 13 au 15 juin. au soir du 15 juin, seuls 116 des 315 paragraphes du projet de document final avaient été convenus, sachant que de nombreuses importantes thématiques semblaient loin de faire consensus. en tant que pays hôte et président entrant de la conférence, le Brésil a pris les rênes des négociations. du 16 au 18 juin, le rythme des négociations s’est accéléré à partir d’un nouveau projet de document présenté par le Brésil. Pour finir, le 19 juin, le Brésil a préparé un document final, lequel a été adopté par les hauts représentants.

Face à la perspective d’un échec cuisant, les représentants de presque 200 pays ont évité le précipice et ont trouvé des compromis de dernière minute dans un texte au moment où leurs dirigeants politiques arrivaient à rio de Janeiro. aucun pays ou groupe de pays n’était satisfait du texte, car certains points primordiaux pour lesquels chaque groupe se battait n’avaient pas été inclus, ce qui a conduit un fonctionnaire de l’Onu à dire que tout le monde était tout aussi mécontent et donc que le consensus était possible. Ce fut avant tout un soulagement que la Conférence rio+20 ne s’achève pas dans la confusion et sans résultat, comme cela a été le cas de certaines réunions ministérielles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) (1999 et 2003) et de la Conférence sur le climat de Copenhague (2009). le multilatéralisme dans les négociations sur le développement durable a été mis à l’épreuve, mais a survécu. le document final ne contient que le minimum requis pour en faire une réussite, vu la dégradation de la coopération internationale et les rudes batailles qu’ont dû livrer les pays en développement l’an passé pour faire passer leurs opinions. la tâche a souvent été frustrante et semblait sans espoir. Mais, au final, les pays en développement ont eu gain de cause dans plusieurs domaines.

S’il y a une raison d’être optimiste au milieu du pessimisme ambiant, c’est dans les mesures de suivi qu’elle se trouve. À la séance plénière de clôture du 22 juin, la présidente du Brésil, dilma rousseff, a qualifié le document final d’étape historique pour le développement durable. elle a dit qu’il s’agissait d’un point de départŸ et non pas d’un seuil ni d’un plafondŸ pour mettre à exécution les modalités du développement durable qui devait être ambitieux et que ce devait être l’héritage laissé aux générations futures. les mots étaient bien choisis. Bien que le document ne contienne aucune action concrète, il ouvre la voie à la prise de mesures potentiellement importantes.

Responsabilités communes mais différenciées

La plus grande bataille de la dernière semaine des négociations à rio a été de faire en sorte que les pays développés, en particulier les états-unis, acceptent de renouveler les principes de rio relatifs à l’environnement et au développement, qui avaient été adoptés au sommet historique planète Terre de 1992. Parmi eux figurent le principe de précaution et le principe de pollueur-payeur, en ce qui concerne l’environnement, et le droit au développement et le principe des responsabilités communes mais différenciées fondés sur l’équité, pour ce qui est du développement. le principe des responsabilités communes mais différenciées est particulièrement important pour les pays en développement, car il suppose que même si tous les pays devraient prendre des mesures favorables au développement durable, les pays développés doivent jouer un rôle moteur dans la protection de l’environnement, car ce sont eux qui ont le plus contribué aux problèmes environnementaux, et devraient également apporter une aide financière et technologique aux pays en développement dans leurs efforts pour réaliser le développement durable. Certains pays développés, les états-unis en particulier, se sont refusé à affirmer les principes de rio et, plus précisément, le principe des responsabilités communes mais différenciées. Pour les pays en développement, la réaffirmation des principes de rio et la mention du principe des responsabilités communes mais différenciées étaient indispensables. sans cela, la conférence aurait été une catastrophe. les états-unis ont finalement cédé, alors que la conférence touchait presque à sa fin. Ainsi, le paragraphe 15 du document final réaffirme les principes de rio adoptés en 1992, dont le principe des responsabilités communes mais différenciées.

Dans une section consacrée aux changements climatiques, le texte (par. 191) rappelle également que la Convention-cadre des nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) prévoit que les parties devraient protéger le système climatique sur la base de l’équité, des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectivesŸ. Bien qu’il s’agisse d’un reflet conforme à la convention, c’est une victoire pour les pays en développement, car les principes d’équité et de responsabilités communes mais différenciées étaient tout particulièrement absents de la décision prise par la Conférence des Parties de la CCNUCC en décembre 2011 qui prescrivait de négocier une nouvelle plate-forme de durban au titre de la CCNUCC. Certains pays développés, en particulier les états-unis, ont dit que si le principe d’équité et celui des responsabilités communes mais différenciées n’étaient pas mentionnés, cela voulait dire que toutes les parties doivent prendre des niveaux d’engagement similaires dans un futur régime climatique, contrairement au Protocole de Kyoto. les pays en développement, pour leur part, ont affirmé que ces principes s’appliquent puisque le nouveau régime relèvera de la convention, un argument qui est renforcé par le fait que la Conférence rio+20 a réaffirméŸ ces deux principes de protection climatique.

Technologie et financement

En ce qui concerne les ressources financières et le transfert de technologie destinés aux pays en développement, le texte de la Conférence rio+20 a été très décevant. Ces deux éléments constituent les moyens d’exécutionŸ dont ont besoin les pays en développement pour mettre en oeuvre les programmes de développement durable et qui occupaient une place primordiale dans action 21. le Groupe des 77 et de la Chine a insisté sur l’importance de réaffirmer que les pays en développement ont besoin de ces moyens d’exécution pour répondre à leurs obligations, et sur la nécessité que les pays développés réitèrent leurs engagements, notamment parce que les éléments relatifs à l’économie verte et aux objectifs de développement durable inscrits dans le texte imposent de nouvelles obligations aux pays en développement.

Pour ce qui est de la technologie, le Groupe des 77 et de la Chine a proposé un nouveau mécanisme de transfert de technologie visant à promouvoir le développement durable, étant donné qu’il n’y a eu que très peu, voire aucun transfert de technologie ces vingt dernières années. Toutefois, les états-unis et d’autres ont refusé ne serait-ce que de réitérer leur engagement à effectuer un transfert de technologie vers les pays en développement. ils ont insisté pour que le terme transfert soit retiré du titre de la section consacrée au transfert de technologie et pour que l’expressiontransfert de technologieŸ soit à tout moment accompagnée des expressions volontaireŸ et à des conditions mutuellement convenuesŸ, ce qui voudrait dire que le transfert de technologie s’effectuerait à titre commercial. le chef de la délégation américaine a expliqué que cela servait à prévenir l’octroi de licences obligatoires et l’imposition d’exigences en termes de transfert de technologie par les pays en développement. Cette demande était contraire au libellé d’action 21 et du plan d’action de Johannesburg de 2001 qui contenaient des principes en matière de transfert proactif de technologie. après de nombreux cycles d’intenses négociations, les états-unis ont convenus, le dernier jour, d’un libellé (par. 269) qui rappelle le texte relatif à la technologie de la Conférence rio+10 de 2002 à Johannesburg, dont le transfert de technologie en particulier aux pays en développement, à des conditions favorables, y compris des conditions préférentielles ou de faveur convenues d’un commun accord.

Les longues négociations qui ont été conduites sur les questions de la propriété intellectuelle et de l’accès des pays en développement aux technologies écologiquement rationnelles n’ont donné aucun résultat direct ; les états-unis ayant même rejeté tout libellé modéré sur une une approche équilibrée de la propriété intellectuelle. C’est uniquement au paragraphe 269 du document final qu’il est fait référence à la propriété intellectuelle dans un libellé qui rappelle les dispositions concernant le transfert de technologie, le financement, l’accès à l’information et les droits de propriété intellectuelle convenus dans le Plan de mise en oeuvre de Johannesburg.

En matière de financement destiné aux pays en développement, les pays développés ont diminué les engagements qu’ils avaient pris dans le passé, en refusant cette fois de réaffirmer les conditions habituelles pour l’apport de ressources financières nouvelles et additionnelles aux pays en développement dans le texte de rio+20. Ce refus pourrait bien concorder avec les problèmes budgétaires des états-unis et de l’europe et la réduction de l’aide au développement depuis l’an dernier. au lieu de cela, il est fait référence au financement provenant de sources variées et de nouveaux partenariatsŸ, une façon de réduire l’importance (et la quantité) du financement accordé aux pays en développement par les pays développés. un long paragraphe (par. 258) réitère l’importance d’atteindre l’objectif de consacrer 0,7 pour cent du produit national brut (PNB) à l’aide publique au développement (APD).

Les pays développés souhaitaient également faire valoir la coopération sudsud comme une autre source de financement, mais n’y sont pas parvenus. C’est un paragraphe pondéré sur la coopération sud-sud en tant que manifestation de solidarité et que complément qui a été adopté.

Avant la Conférence rio+20, le Groupe des 77 et de la Chine avait proposé de créer un nouveau fonds pour le développement durable et d’y placer au moins 30 milliards de dollars par an entre 2013 et 2017, puis 100 milliards de dollars par an à partir de 2018. (au sommet de 1992, le secrétariat avait estimé que les pays en développement avaient besoin de 100 milliards de dollars venant de sources extérieures pour mettre en oeuvre action 21). Or, les pays développés ont jugé cela inacceptable.

Les pays en développement, très mécontents que les pays développés reviennent sur leurs engagements en matière de moyens d’exécution, ont soutenu que les éléments relatifs à l’économie verte et aux objectifs de développement durable du texte n’avaient pas de sens s’ils n’étaient pas accompagnés d’un engagement en matière de financement et de technologie.

Pour sortir de l’impasse, il a été convenu qu’il y aurait un processus de suivi pour ce qui est du financement et de la technologie après la Conférence rio+20. Concernant le financement (par. 255), un processus intergouvernemental sera mis en place sous l’autorité de l’assemblée générale pour évaluer les besoins de financement, les cadres existants et d’autres initiatives nécessaires afin de préparer un rapport proposant des options pour une stratégie de financement du développement durable qui favorise la mobilisation de ressources en vue de réaliser le développement durable. un comité de 30 experts nommés par groupes régionaux sera chargé de mettre en oeuvre ce processus et devra achever ses travaux d’ici 2014.

S’agissant de la technologie, les pays en développement tenaient à créer un mécanisme de transfert de technologie ou, au moins, engager une discussion à ce sujet. Or les pays développés étaient contre l’idée d’un processus direct et intergouvernemental. dans son document final (par. 273), la conférence demande aux organismes des nations unies de définir des options pour la mise en place d’un mécanisme de facilitation qui favorise la mise au point, le transfert et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement en évaluant les besoins technologiques des pays en développement, les moyens possibles de les satisfaire et la situation en matière de renforcement des capacités. elle demande au secrétaire général des nations unies de présenter des recommandations concernant ledit mécanisme à l’occasion de la soixante-septième session de l’assemblée générale.

Plutôt que de prendre de fermes engagements, la conférence a remis à plus tard le moment d’agir, ce qui aura du mal à convaincre les pays en développement qu’ils recevront les moyens (financiers et technologiques) nécessaires pour remplir les nouvelles obligations en matière d’environnement et de développement durable. les pays développés n’ont donc pas maintenu le même niveau d’engagements pris il y a 20 ou même 10 ans, que ce soit en ce qui concerne les principes de développement durable ou le financement et la technologie. les pays en développement font de grandes concessions en acceptant l’édulcoration des libellés, ce qui devrait être considéré comme leur majeure contribution au fait que la conférence de rio+20 ait produit un document final.

Néanmoins, deux processus mis en marche maintiennent en vie la question des transferts financiers et technologiques destinés au développement durable. en outre, les processus de suivi concernant ces deux aspects sont censés mener à de nouvelles stratégies et de nouveaux mécanismes.

Objectifs de développement durable

La décision de définir des objectifs de développement durable est un nouvel élément du document final de rio+20 dont le suivi aura d’importantes implications. ils seront formulés l’année prochaine par un groupe de travail composé de 30 représentants travaillant sous l’autorité de l’assemblée générale des nations unies et choisis par les états au sein des groupes régionaux de l’Onu. le secrétaire général des nations unies devra apporter les premières contributions aux travaux du groupe et faciliter l’appui du système des nations unies. le groupe présentera un rapport à l’assemblée générale l’année prochaine pour suite à donner.

La formulation d’objectifs de développement durable ne figurait pas au mandat original de rio+20. l’idée a fait son apparition fin 2011 dans une proposition de la Colombie et de quelques autres pays. elle a trouvé de plus en plus de soutien, car elle était considérée comme une des questions qui pouvait donner des résultatsŸ, ainsi que comme une sorte de solution de remplacement à la question litigieuse de l’économie verte. Bien que la définition des objectifs de développement durable se soit révélée être un exercice complexe, la définition du concept de développement durable était, au moins, aisée et acceptée, contrairement au concept de l’économie verte.

Pendant les négociations, les pays en développement se sont attachés à ce que les objectifs de développement durable soient clairement définis, l’équilibre entre les trois piliers (économique, social et environnemental) du développement durable au sein des objectifs fixés maintenu, les objectifs soient définis selon un processus intergouvernemental et non pas imposés aux états par le secrétaire général des nations unies ou des experts désignés par les nations unies (comme pour les Objectifs du millénaire pour le développement – OMd) et que le processus interagisse avec le processus à part entière du programme d’action pour le développement pour après 2015 une fois les OMd arrivés à échéance, mais qu’il ne le remplace pas.

Ils ont également préféré qu’aucun objectif de développement durable ne soit fixé à rio, afin de s’assurer que l’équilibre des trois piliers se reflète dans les objectifs.

La position des pays en développement l’a emporté à ce sujet. le texte final prévoit que les objectifs de développement durable seront fondés sur action 21 et sur le Plan de mise en oeuvre de Johannesburg, qu’ils respecteront les principes de rio, qu’ils s’appuieront sur des engagements précédemment pris et qu’ils tiendront compte des trois volets du développement durable. ils devraient être conformes et intégrés au programme de développement de l’Onu pour après 2015 et ne devraient pas faire oublier les OMd. ils devraient concerner des domaines prioritaires, conformément au document final.

Les pays développés, plus particulièrement l’union européenne, étaient déçus que la conférence n’adopte pas cinq objectifs bien précis qui relevaient essentiellement du domaine de l’environnement, qu’ils avaient présentés comme des objectifs de départ et prioritaires. d’après les pays en développement, il n’y avait pas suffisamment de temps pour s’accorder sur ce que les objectifs de départ seraient, car les objectifs économiques et sociaux devaient aussi être pris en compte.

La formulation des objectifs de développement durable et de leur interaction avec le programme de développement de l’Onu pour après 2015 seront parmi les plus importantes mesures de suivi prises par la Conférence rio+20.

L’économie verte

Le document final comprend une longue section sur l’économie verte. en réalité, ce sujet a accaparé une grande partie du temps et de l’énergie des réunions préparatoires de ces deux dernières années. le thème intitulé l’économie verte dans le cadre du développement durable et de l’élimination de la pauvretéŸ était l‘un des deux thèmes spécifiques de la conférence (le second étant le cadre institutionnel du développement durable). Cependant, ce thème est vite devenu le centre des discussions et des différends, en partie parce qu’il s’agissait d’un nouveau thème dans les négociations multilatérales qui pourrait éventuellement soumettre les états à de nouvelles obligations, et en partie parce que le thème était négocié dans le foyer du développement durable, ce qui brouillait les frontières conceptuelles et pratiques entre les deux notions.

Dès le début des négociations, des pays développés, en particulier l‘ue, préconisaient d‘aborder l‘économie verte selon une optique axée sur l’action et liée à des normes. l’ue proposait que la conférence élabore une feuille de route de l’économie verte, prévoyant plusieurs objectifs, cibles et délais spécifiques pour des domaines comme l’eau, les forêts, l’agriculture et les océans. Beaucoup de pays en développement considéraient que cette proposition allait trop loin par rapport à la définition du concept. leurs préoccupations étaient nombreuses. ils craignaient notamment que le concept d’économie verte remplace celui de développement durable, qu’il serve de prétexte à l’adoption de mesures de protectionnisme commercial à l’encontre des produits originaires de pays en développement et de nouvelles séries de conditions auxquelles sera subordonné l’octroi de l’aide et de financement, qu’il serve de prétexte à la création de nouveaux marchés fondés sur la valorisation économique des fonctions de la nature, sur des programmes de compensation des émissions et sur la vente de services ecosystémiques, ce qui reviendrait à marchandiser la nature. ils craignaient également qu’il y ait une perspective universelle du concept et que les obligations relevant de l’économie verteŸ soient les mêmes pour tous les pays, sans que les pays en développement ne reçoivent les moyens nécessaires à sa concrétisation (financement et technologie) de la part des pays développés.

Après plus d’un an de débats, il a été convenu que l’économie verte serait l’un des importants instruments du texte final de la Conférence rio+20 pour réaliser le développement durable, prévoyant des options plutôt qu’une série de règles strictes. les politiques liées à l’économie verte devraient être conformes aux principes de rio. le texte contient également 16 points expliquant ce que l’économie verte devrait ou ne devrait pas être. le concept devrait respecter la souveraineté nationale, promouvoir la croissance universelle, renforcer les transferts financiers et technologiques vers les pays en développement, écarter les séries de conditions auxquelles est subordonné l’octroi de l’aide et du financement, aider à combler les écarts technologiques entre le nord et le sud, combattre la pauvreté et les inégalités et promouvoir les modes de consommation et de production durables et ne devrait pas servir de prétexte au protectionnisme commercial.

Les principales mesures concernant l’économie verte sont plutôt modestes (par. 66). les organismes des nations unies et les bailleurs de fonds concernés sont invités à coordonner et fournir des informations concernant la mise en relation des pays intéressés avec les partenaires à même de leur apporter l’aide requise, une panoplie de mesures et de pratiques optimales et des exemples satisfaisants concernant l’application de politiques de promotion de l’économie verte, des méthodes d’évaluation des politiques et des plates-formes qui contribuent à ces objectifs.

Le cadre institutionnel du développement durable

Le cadre institutionnel du développement durable était l’un des deux grands thèmes de la conférence rio+20. le chapitre le concernant pourrait être le plus productif. Il est largement admis que contrairement au succès du sommet planète Terre de 1992, ses mécanismes de suivi étaient très insatisfaisants. la nouvelle Commission du développement durable (CDD) faisait partie des principaux organes de suivi. les premières années, elle a bien fonctionné en tant qu’organisme chargé de convoquer les ministres et les hauts fonctionnaires en réunion, puis, ces dernières années, ses résultats se sont ternis. le problème vient principalement de sa conception. en effet, la commission ne se réunit que deux à trois semaines par an et ne compte que sur un personnel restreint parmi le département des affaires économiques et sociales des nations unies, alors que son programme de travail est très vaste.

La décision, peut-être la plus importante, qui a été prise à rio était de créer une instance de haut niveau chargée du développement durable, pour remplacer la Cdd. l’idée de sa création a été présentée pour la première fois par le Groupe des 77 et de la Chine ; les autres, essentiellement les pays européens, proposaient de transformer la Cdd en un nouveau conseil du développement durable. il a finalement été convenu de créer l’instance de haut niveau. le texte final comprenait également certaines propositions relatives à la création du conseil.

Conformément au texte, l’instance de haut niveau pourrait assumer 12 fonctions. elle pourrait notamment exercer une action mobilisatrice et formuler des recommandations aux fins du développement durable, constituer une tribune propice à une concertation régulière et à la définition de programmes, définir un programme et favoriser la concertation régulière, examiner de nouveaux défis en matière de développement durable, passer en revue les progrès accomplis dans la concrétisation des engagements et améliorer la coordination au sein du système des nations unies, avoir un programme pragmatique en ce qui concerne les défis nouveaux et naissants, suivre la concrétisation de tous les engagements pris en matière de développement durable, assurer la coordination au sein du système des nations unies, promouvoir la cohérence et la coordination des politiques de développement durable.

Les détails n’ayant pas été arrêtés, la Conférence rio+20 a décidé d’ouvrir un processus de négociation intergouvernementale relevant de l’assemblée générale pour définir le format et les modalités de fonctionnement de l’instance de haut niveau en vue d’en convoquer la première réunion au début de la soixante-huitième session de l’assemblée générale en 2013.

La véritable question qui se pose est de savoir si cette instance se limitera à convoquer des réunions et des tables rondes annuelles (à l‘occasion des sessions annuelles de l‘assemblée générale) ou si elle comptera sur une structure forte qui tient compte des volets social, économique et environnemental, qui se réunit régulièrement dans l’année et qui s’appuie sur un secrétariat suffisamment grand. Si la nouvelle instance dispose d’un vaste programme, de fonctions assez hautes pour agir, d’un processus de négociation et de prise de décision dynamique, d’un grand secrétariat et d’un fort appui politique, le modeste document de la Conférence rio+20 pourra se convertir en un processus et une organisation qui changera le monde.

La Conférence rio+20 a également convenu de renforcer et reclasser le Programme des nations unies pour l’environnement (Pnue), notamment en instituant le principe de l’adhésion universelle au conseil d’administration, en dotant le Programme de ressources financières stables, adéquates et accrues et en renforçant sa présence régionale. il s’agit de la seule section du document qui comporte un engagement à fournir un financement accru et adéquat. l’assemblée générale est invitée à adopter une résolution à cet égard.

Cette décision a fortement déçu les pays européens qui faisaient campagne pour convertir le Pnue en une agence spécialisée des nations unies, une position que partageait le groupe africain. Cependant, d’autres pays développés majeurs, dont les états-unis, le Japon et la russie, et de nombreux pays en développement jugeaient cette proposition inacceptable, chacun pour des raisons qui lui étaient propres.

Cadre d’action des domaines thématiques

Le document comprend également une longue section (section v) sur le cadre d’action de nombreuses questions thématiques, comme l’eau, les océans, la diversité biologique, la sécurité alimentaire et l’agriculture, l’énergie, le transport, la santé, l’emploi et la protection sociale, les villes, la réduction des risques de catastrophe, l’élimination de la pauvreté et les échanges commerciaux. Certains de ces domaines contiennent des propositions et des promesses d’actions, dont la plupart serviront de lignes directrices aux pays et aux institutions pour leur concrétisation. Par exemple, dans la section portant sur la sécurité alimentaire et l’agriculture durable, la conférence réaffirme le droit à l’alimentation, souligne l’importance des secteurs du développement durable et des petits producteurs et des peuples autochtones et leurs besoins d’accéder au crédit et à la propriété foncière, et promeut l’agriculture durable, tout en soulignant qu’il importe de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité des prix alimentaires. le texte n’aborde cependant pas le problème majeur des subventions à l’agriculture octroyées par les pays développés.

Conclusion

Bien que la Conférence rio+20 ait été loin de répondre à l’espoir qu’elle marquerait une étape décisive dans la résolution des graves crises qui touchent le monde, le fait qu’un document final puisse être convenu est en soi positif. la coopération internationale s’est récemment détériorée, comme cela est ressorti de l’impasse dans laquelle se trouve le cycle de négociations de doha à l’OMC, de l’échec de la conférence climatique de Copenhague (danemark) et des incertitudes qui entourent la CnuCed Xiii. la Conférence rio+20 a été victime, elle-aussi, de la réduction des engagements pris par les pays développés pour aider les pays en développement à se développer.

Malgré quelques déconvenues, les pays en développement ont réussi à asseoir beaucoup de leurs positions et exigences phares dans les négociations. Que la réaffirmation de principes fixés il y a 10 et 20 ans soit un signe de réussite en dit long sur la situation internationale actuellement.

Le système multilatéral du développement durable a survécu grâce au document convenu à rio. les mesures prescrites dans le texte de rio+20 en ce qui concerne l’instance de haut niveau chargée du développement durable, la stratégie de financement et le mécanisme de transfert de technologie et les objectifs de développement durable, montrent qu’il y aura encore beaucoup de travail à faire l’année prochaine au sein du système des nations unies. C’est la solidité de son suivi qui fait la réussite d’une conférence. la Conférence rio+20 pourrait n’être que déception ou pourrait devenir le début de quelque chose de grand. la Conférence rio+20 n’est donc pas terminée. elle ne fait que commencer, comme l’a dit la présidente du Brésil à la séance de clôture.

Climate Asia Pacific plate-forme                      Source: Marah Sayaman

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.