La citoyenneté culturelle – une renaissance

Photographie Victor Hilitski

La mentalité biélorusse se caractérise essentiellement, dit-on, par un attachement profond à la terre natale. Ceci est dû au fait que beaucoup de gens considèrent que la culture traditionnelle et l’histoire de leur village ou hameau d’origine les relient à la nation biélorusse. Malgré une population urbaine nombreuse, on parle souvent de la Biélorussie comme d’un pays peuplé de « gens du coin ». Ce trait d’attachement émotionnel aux origines rurales peut devenir un « moteur culturel » de renouveau pour les villages biélorusses.

Le projet intitulé : Histoire vivante de mon village, mis en œuvre par DVV International, avait pour objet d’activer les populations rurales de Biélorussie, de les pousser à assumer leur responsabilité civique et à développer une identité nationale en recueillant et préservant l’histoire et la culture locales, et en tirant des enseignements de l’histoire. L’un des volets de ce projet consistait dans la création et la mise en œuvre de 18 petits projets différents au plan local dans les six régions biélorusses afi n de faire participer les populations rurales au développement de leurs territoires.

Près d’un an après la fin du projet, l’équipe de DVV International en Biélorussie et le photographe Victor Hilitski se sont rendus dans quatre endroits où ces petits projets avaient été mis en place afin d’en constater l’impact et les résultats plus larges.

Cherven, situé dans la région de Minsk, a organisé son projet dans le foyer local pour personnes ayant des besoins particuliers. Les éducateurs ont enseigné à ses résidents les particularités du patrimoine culturel, des coutumes et des traditions biélorusses. Ils s’y sont pris de manière à les préparer à la vie en société et à favoriser leur inclusion sociale.

Semezhevo a remis au goût du jour des traditions culinaires anciennes – héritage immatériel des ancêtres. Aujourd’hui, le village donne le ton pour attirer l’attention sur le sauvetage de la cuisine et des coutumes locales dans la région de Minsk.

Radyn a mis son caractère unique en valeur en créant un musée en plein air sur le thème des pierres de l’Âge de glace. Ce projet entendait combler un fossé en ce qui concerne l’information et la culture pour que la population locale prenne pleinement conscience des richesses naturelles autour d’elle.

 

Mikola Tarasiuk, la dernière personne à habiter en permanence à Stoyly a créé le musée des « Souvenirs de la patrie » qui abrite des expositions d’objets artisanaux en bois sculpté, représentant des scènes de la vie des anciens villageois. Aujourd’hui, Mikola n’est plus, mais son œuvre continue d’attirer des touristes ruraux à Stoyly et de leur montrer « l’encyclopédie en plein air » de la paysannerie biélorusse.