La diversité culturelle en classe : un défi ou une chance ?

Tania Hussein est directrice de Premiere Development Consulting
à Amman, en Jordanie.

Contact
tania@premiereconsulting.jo

 


Notre façon de voir le monde est largement influencée par la culture, que ce soit par nos valeurs, nos conceptions ou nos comportements. La culture influe également sur notre façon de nous comprendre les uns les autres et d’interagir entre nous. Par conséquent, les valeurs et normes culturelles ont non seulement un effet sur nos relations avec les autres au quotidien, mais elles s’étendent aussi aux salles de classe où elles ont une incidence tant sur les modes d’apprentissage que d’enseignement. Ces dix dernières années en gros, différents pays, notamment au Moyen-Orient et en Europe, ont connu l’arrivée de grandes vagues de réfugiés. Ces derniers apportent avec eux une diversité culturelle d’une grande richesse. Toutefois, si nous ne comprenons pas bien leurs différences et si nous ne respectons pas leur diversité, il est probable que nous interprèterons mal leurs actes et leurs comportements. Ceci risque d’aggraver leur exclusion sociale et leur sentiment d’aliénation. Accueillir la diversité culturelle n’est pas aisé, mais c’est essentiel pour leur donner les mêmes possibilités d’apprendre, de progresser et de s’intégrer dans la société.

Manifestement, les éducateurs d’adultes ont leurs propres modes de communication qui sont très influencés par leurs origines culturelles. Le but n’est pas de dépouiller les éducateurs de leurs valeurs, normes et conceptions, car ils peuvent au contraire apporter eux aussi une richesse de valeurs et d’expérience dans la salle de classe, faisant de l’apprentissage un processus réciproque tel que les méthodes d’éducation des adultes le préconisent. C’est l’ouverture d’esprit des éducateurs d’adultes à l’égard de la diversité qui aide les étudiants à s’engager efficacement sur la voie de l’apprentissage. Les classes d’éducation des adultes offrent aussi aux apprenants un lieu où ils sont en sécurité pour exprimer leurs points de vue et valeurs diverses sans être jugés, rejetés ou assimilés à des stéréotypes. Non seulement cette atmosphère d’acceptation et d’inclusion améliore le processus d’apprentissage, mais elle est primordiale pour réduire la détresse que beaucoup de réfugiés expriment et que les sentiments d’aliénation ont tôt fait d’exacerber.

Reconnaître les différences culturelles que les réfugiés introduisent avec eux dans le pays d’accueil en général, et dans la salle de classe en particulier, est essentiel pour nourrir une culture de l’inclusion plutôt que de créer des sociétés xénophobes qui manquent de tolérance à l’égard des personnes « différentes ». De même, les apprenants parmi les réfugiés doivent apprendre les valeurs et principes fondamentaux de leur pays d’accueil afin d’instaurer avec ses habitants un mode de coexistence pacifique. Dans les classes pour adultes, les éducateurs sont conscients de l’influence de la culture sur le processus d’apprentissage et ils s’efforcent d’adapter les différences culturelles de sorte que l’environnement d’apprentissage s’appuie sur elles. En substance, l’éducation des adultes est un canot de sauvetage qui emporte des apprenants de cultures diverses vers un refuge où ils seront à l’abri et où ils pourront reprendre espoir.