Le manque de données fiables constitue un véritable frein pour le plaidoyer

En Afrique de l’Ouest en général et au Mali en particulier, le manque de données fiables est un élément qui caractérise plusieurs départements ministériels et constitue un véritable frein pour le plaidoyer notamment dans notre secteur de l’éducation des adultes, et cela malgré une cellule de planification et de statistiques au niveau de chaque département.

Illustration par Shira Bentley pour Éducation des adultes et développement, numéro 85/2019, "Rôle et impact de l’éducation des adultes"

En Afrique de l’Ouest en général et au Mali en particulier, le manque de données fiables est un élément qui caractérise plusieurs départements ministériels et constitue un véritable frein pour le plaidoyer notamment dans notre secteur de l’éducation des adultes, et cela malgré une cellule de planification et de statistiques au niveau de chaque département.

Ces statistiques en effet permettent de mettre en évidence l’impact de l’éducation des adultes sur l’hygiène, l’assainissement et le développement économique et personnel de l’individu. Plus de la moitié de la population du Mali a moins de 16 ans. Le Mali a donc une forte population de jeunes qui à 50 % sont reversés dans le système non formel (pour plusieurs raisons) qui ne dispose ni de ressources ni de structures suffisantes pour les recevoir, mettant en marge une large partie de la population productive. Ce sont ces mêmes jeunes qui sont les premiers candidats à l’immigration, car ne disposant d’aucune formation qualifiante et d’aucun espoir pour le futur, ils sont donc prêts au péril de leur vie à tenter l’immigration clandestine. Cela est compréhensible quand on sait que dans les pays d’accueil avec le travail le plus dérisoire ils peuvent réaliser beaucoup plus qu’un employé « bien payé » au Mali. Cette situation est exacerbée par la crise que vit le Mali depuis 2012 avec les fermetures de classes notamment dans les régions du nord et du centre, les déplacés internes et les immigrés. Le nombre de jeunes en déperdition scolaire a augmenté exponentiellement.

Les programmes d’éducation pour jeunes et adultes doivent donc se focaliser sur des programmes d’éducation et de formation professionnelle non formelle pour jeunes afin que la formation professionnelle non formelle soit une véritable issue de secours. Aussi, les investissements étatiques en ressources financières et humaines en ce sens doivent augmenter et cela ne peut se faire qu’avec un plaidoyer basé sur des statistiques fiables.

Les économies d’Afrique de l’Ouest sont essentiellement basées sur le secteur non formel et la tendance des populations bénéficiaires des projets de développement est de ne pas trop partager les succès engrangés notamment en termes de gains et bénéfices financiers, ce qui a pour conséquence de biaiser notamment les résultats de certaines évaluations. La tendance est de toujours faire croire qu’on est  pauvre malgré les progrès afin de continuer à bénéficier des faveurs de l’ONG bienfaitrice. Il est possible cependant à travers cette éducation des adultes de faire comprendre aux bénéficiaires l’importance pour eux-mêmes de fournir des éléments/témoignages réels afin que les effets ou impacts d’une intervention soient mesurables et que l’on puisse juger de sa pertinence et de sa continuité.

La remontée des données des opérateurs du non-formel a toujours constitué un défi pour DVV International au Mali et ses partenaires, notamment les réseaux nationaux et sous-régionaux de soutien à l’éducation non formelle /éducation des adultes ainsi que ses partenaires étatiques comme le Centre national des ressources en éducation non formelle (CNR ENF) chargé de la coordination des activités du non-formel. Cela s’est matérialisé par la mise en place d’une base de données des opérateurs du non-formel qui est confronté à un défi de mise à jour régulière.

Cet article a été publié lors du séminaire virtuel sur le rôle et l’impact de l’éducation des adultes, réalisé par le Conseil international pour l’éducation des adultes (CIEA) et DVV International. Pour en savoir plus, consultez le site web du séminaire (en anglais) : http://virtualseminar.icae.global/

Pour lire la revue Éducation des adultes et développement (85/2018) sur le rôle et l'impact de l’éducation des adultes, sur laquelle le séminaire a été basé, consultez : www.dvv-international.de/adult-education-and-development/editions/

L'auteur

Mouhamadou Diagne est directeur national du DVV International au Mali.

Unsere Arbeit

Weltweit

DVV International arbeitet mit mehr als 200 Partnern in über 30 Ländern.

Zur interaktiven Weltkarte

Neueste Beiträge

Für viele Länder ist die Aufgabe, Menschen mit Behinderungen den Zugang zu inklusiver Bildung zu ermöglichen, mit erheblichen Schwierigkeiten verbunden. Gleiche Bildungschancen für alle zu gewährleisten ist jedoch Voraussetzung für die berufliche und persönliche Entwicklung jeder und jedes Einzelnen. Diese wichtige Aufgabenstellung spiegelt sich auch im UN-Nachhaltigkeitsziel 4 wider, das inklusive Bildung für alle anstrebt. Im Jahr 2018 hat Tadschikistan die UN-Konvention über die Rechte von Menschen mit Behinderungen unterzeichnet. Die Bereitstellung inklusiver Bildung für Jugendliche und Erwachsene mit Behinderungen bleibt in Tadschikistan dennoch eine enorme Herausforderung, sowohl für den Staat als auch die zivilgesellschaftlichen Organisationen.

Read more

In Zusammenarbeit mit DVV International arbeitet die lokale NGO Non-Timber Forest Products (NTFP) seit 2009 daran, Angehörigen der ethnischen Minderheit der Kavet in Ratanakiri, Kambodscha, eine verbesserte Bildung und Ausbildung zu bieten. Zu diesem Zweck bilden sie freiwillige Lehrerinnen und Lehrer aus.

Read more

En Afrique de l’Ouest en général et au Mali en particulier, le manque de données fiables est un élément qui caractérise plusieurs départements ministériels et constitue un véritable frein pour le plaidoyer notamment dans notre secteur de l’éducation des adultes, et cela malgré une cellule de planification et de statistiques au niveau de chaque département.

Read more

Auch wenn der Prozess zögerlich und manchmal mit Rückschlägen verläuft: Mali dezentralisiert sich. Die Zuständigkeit für Grundbildung ist bereits formal an die Kommunen übergegangen. Immer noch gehen aber viele Kinder – vor allem Mädchen – nicht zur Schule, brechen vorzeitig ab und/oder verlassen die Schule mit völlig unzureichenden Kenntnissen. Auf dem Land haben 80 Prozent der Frauen und 60 Prozent der Männer über 15 nicht einmal Lesen und Schreiben gelernt. Auch fehlt der Zugang zu einer beruflichen Bildung, die über die informelle Wissensvermittlung, zum Beispiel im Kreise der Familie, hinausgeht. Der Zugang zu non-formalen Bildungsmöglichkeiten ist der einzige Weg, wichtige, ja zum Teil sogar überlebensnotwendige Kenntnisse und Fertigkeiten zu vermitteln. Dies muss dezentral und in…

Read more

Interview with Vanna Peou, who is today the country director of DVV International in Cambodia, working at the intersection of adult education and development cooperation. Being born in a poor family in Cambodia during the civil war period made learning really difficult.

Read more