Les citoyens ont la parole

Fadil Maloku
République du Kosovo 

1. Que signifie la citoyenneté mondiale pour vous ?

Par citoyen mondial, j’entends d’abord et par-dessus tout un citoyen qui se déplace librement sur toute la planète, une personne pouvant être employée n’importe où sans se heurter à des obstacles et coutumes idéologiques, sociaux, politiques et culturels. Par conséquent, un citoyen réduisant au minimum les préjugés et stéréotypes négatifs concernant des critères comme l’appartenance ethnique, le sexe, la classe, la race, la culture, etc.

2. Dans quelle mesure êtes-vous un citoyen du monde ?

Pour les citoyens de l’ouest des Balkans, n’oubliez pas que l’idée d’une citoyenneté mondiale demeure encore un beau rêve, car :

a. cinq guerres sanglantes se sont déroulées sur cette partie du continent, et les générations actuelle et futures souffrent de leurs conséquences ; la réconciliation ethnique prend du temps ;

b. nous nous trouvons encore en pleine transition ; nous n’avons pas d’institutions démocratiques consolidées, nous constatons encore une inexplicable indiff érence de la part des citoyens quand il s’agit de prendre des décisions, de voter ou de dénoncer des phénomènes négatifs comme le crime organisé, la corruption, le népotisme, le conformisme ;

c. dans des pays comme le Kosovo, la liberté de mouvement dépend toujours de visas et de questions sociales, politiques, économiques et culturelles.