« Dès que tu apprends, tu es different »

Kebeh Kollie, Liberia 

 

 

 

 

 

 


Kebeh Kollie a participé, en tant qu’adulte, à des cours d’alphabétisation et de calcul. Aujourd’hui, ses affaires sont florissantes – elle a remboursé son prêt et gère son épicerie avec succès. L’alphabétisation ciblée produit des miracles !

Éducation des adultes et développement : Pourquoi n’avez-vous pas appris à lire et à écrire quand vous étiez enfant ?

Kebeh Kollie : Quand j’étais enfant, je n’en ai jamais eu la possibilité. Mes parents, plus spécialement ma mère, n’ont jamais eu d’argent pour envoyer à la fois mon frère et moi-même à l’école. C’est donc mon frère qu’on a fait étudier, et pas moi. Chez nous, on dit que c’est l’homme qui reste dans la famille et qui en prend soin. La femme va toujours dans une autre famille. C’est pour ça qu’ils ont préféré envoyer mon frère à l’école, et pas moi. Maintenant, mon frère ne fait pas grand-chose pour moi. Il a commencé à m’aider avant la guerre, quand il avait du travail. Aujourd’hui, il n’a pas de travail et il a la vie dure. Je crois que si c’était moi qu’on avait envoyée à l’école, les choses iraient bien mieux. Les femmes ont beaucoup de possibilités quand elles font des études.

Pourquoi avoir voulu étudier?

J’ai voulu étudier parce qu’avec le temps, j’ai compris que l’éducation est ce qu’il y a de plus précieux pour quiconque veut réussir. L’éducation change notre vie et notre statut vis-à-vis de nos amis. J’ai constaté que dès que tu apprends, tu es différente. D’abord, j’ai cru qu’il était trop tard. Mais mes amis étudiaient. Alors j’ai relevé le défi.

Comment l’alphabétisation a-t-elle changé votre vie ?

La première chose, c’est que l’alphabétisation a énormément amélioré ma vie en m’aidant à apprendre les chiffres. Je crois qu’une personne qui n’a pas d’éducation est partiellement aveugle. Deuxièmement, en sachant reconnaître les chiffres, je peux utiliser mon portable correctement : j’appelle les clients pour les informer des nouveaux produits et leur dis que s’ils viennent me voir tel ou tel jour, je leur ferai un rabais. Troisièmement, je tiens des registres avec le suivi des bénéfices et des pertes. Je connais certains chiffres. Pas tous. Parfois je regrette de ne pas avoir été envoyée à l’école quand j’étais enfant. Mais mieux vaut tard que jamais. Et je continuerai à apprendre à lire et à écrire jusqu’à ma mort.

Dans la méthode d’enseignement de la lecture et de l’écriture REFLECT, qu’est-ce que vous avez aimé le plus ?

Je suis impressionnée par le travail en équipe avec les autres femmes de mon âge, et par le fait que les leçons ont si directement trait à notre vie. Nous n’apprenons pas comme les enfants. La plupart des leçons traitent de ce que nous faisons dans nos communautés ou à la maison. Quand j’ai commencé à apprendre avec cette méthode, j’ai trouvé ça drôle et j’ai pensé que c’était une blague. Quand mes amies des autres écoles d’alphabétisation ont dit qu’elles devaient passer des examens, j’ai pris peur. Mais REFLECT ne nous a jamais fait passer aucun test. La méthode est simple, elle parle de lecture, d’écriture, de notre famille et de la vie au sein de notre communauté.

Numéros

Recherche d’articles

Vous pouvez rechercher des articles dans notre index (classement par auteurs, numéros, années, régions et pays). Vous pouvez aussi effectuer une recherche plein texte.

L’opinion des lecteurs

Aidesz-nous à améliorer la revue et remplissez ici notre bref questionnaire. Cela vous prendra juste quelques minutes.

S’abonner

La revue Éducation des adultes et développement est distribuée gratuitement en français, en anglais et en espagnol. Si vous souhaitez la recevoir, veuillez vous abonner ici.