« Les centres d’alphabétisation sont devenus des espaces pour les femmes »

Neelam Tiwari
Inde


Neelam Tiwari est superviseuse dans les centres d’alphabétisation d’adultes gérés par Gram Vikas Sewa Sansthan (GVSS) à Mangraura block, Pratapgarh, Uttar Pradesh.  


Éducation des adultes et développement : Comment êtes-vous devenue éducatrice d’adultes ?

Neelam Tiwari : En 2011, je préparais un master en sanskrit. J’ai entendu dire qu’il y avait un poste vacant dans un centre d’alphabétisation. J’ai postulé, j’ai obtenu le poste et j’ai réalisé qu’en fait, j’étais la personne la mieux qualifiée pour le poste.

Veuillez décrire votre travail actuel.

Au centre, mon travail allait de l’alphabétisation et l’enseignement du calcul au chant de chansons entraînantes. La plupart des femmes incrites au centre appartenaient aux autres classes défavorisées (Other Backward Class, OBC1 et aux castes répértoriées (Scheduled Castes, SC2 : ce sont des communautés dans lesquelles on n’attache aucune importance à l’éducation des femmes. Le taux d’alphabétisation des femmes, dans le village, était de 26 %3, et celles qui venaient au centre n’avaient jamais été à l’école, leurs maris non plus. La pédagogie que nous utilisions s’inspire de la vie des femmes rurales et elle est étroitement liée à celle-ci. J’ai compris qu’il était important de valoriser les contextes des apprenants et leurs expériences pendant le processus de construction des connaissances. Aider les femmes à comprendre les questions de genre et de violence, au travers de leur vécu, constituait le coeur même du processus pédagogique. Nos manuels ont été rédigés dans une perspective de genre et m’ont aidée non seulement à mener des discussions avec les femmes, mais aussi à affiner ma propre perception de la pensée féministe. Cette conception était mise quotidiennement au défi dans ma vie privée. Au début, mon mari a soutenu mon travail, mais il s’est mis à le détester au fur et à mesure que je devenais de plus en plus mobile. Il n’aimait pas le fait que je doive parler aux hommes du village d’égale à égal. Plus je devenais financièrement autonome, plus mon mari trouvait des raisons de me battre. Pour remédier à cela, je suis allée vivre avec mes beaux-parents. En 2018, lorsque GVSS a ouvert des centres d’alphabétisation pour adultes destinés aux femmes d’une coopérative laitière du même bloc, j’ai été nommée superviseuse et chargée de superviser quinze centres d’alphabétisation pour adultes. Je les visite tous, je soutiens les enseignants et j’approfondis leur compréhension des questions de genre et des pédagogies féministes.

Quelle est votre méthode d’enseignement favorite et pourquoi ? 

J’aimais composer des chansons sur les idées et les problèmes abordés au centre. Nous commencions nos journées en chantant des chansons qui étaient aussi un appel aux femmes à rejoindre le centre. Après, je commençais à enseigner. J’aimais aussi demander aux femmes d’écrire au tableau. Elles prenaient confiance en leurs capacités d’apprentissage et s’appréciaient mutuellement, et cela leur donnait envie de continuer à apprendre.

Qu’est-ce qui vous motive ?

Je me sens motivée et stimulée lorsque je vois des femmes faire des efforts pour apprendre, plus particulièrement lorsqu’elles échangent leurs expériences positives en alphabétisation. Les centres d’alphabétisation sont devenus des espaces pour les femmes où nous suivons toutes des parcours similaires mais surtout, où nous continuons à apprendre ensemble.


Notes

1 / « Autres classes défavorisées » est le terme collectif utilisé par le gouvernement indien pour classifier les castes défavorisées au plan éducatif et social.

2 / Les castes répertoriées sont des groupes officiellement recensés de personnes historiquement défavorisées.

3 / Recencement 2011

Éducation des Adultes et Développement

Dans le monde

DVV International coopèrent avec plus de 200 partenaires dans plus de 30 pays.

La carte du monde interactive

Cookie-Settings
VOUS ETES SUR LE POINT DE QUITTER LE SITE DE DVV INTERNATIONAL
Remarque importante : Si vous cliquez sur ce lien, vous quitterez le site web de DVV International. DVV International ne s'approprie pas les sites web de tiers accessibles par des liens et n'est pas responsable de leur contenu. DVV International n'a aucune influence sur les données personnelles qui sont traitées sur ces sites. Pour plus d'informations, veuillez-vous référer à la politique de confidentialité du propriétaire du site web externe.